Marc de Hemptinne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Hemptinne.
Marc de Hemptinne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Enfants
Bernard de Hemptinne
Xavier De Hemptinne (d)
Alexandre De Hemptinne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Marc de Hemptinne est un physicien belge né à Gand le et mort à Zwijnaarde le . Il est un des pionniers de la spectroscopie moléculaire et, en Belgique, un des fondateurs de la recherche en sciences atomiques.

Formation[modifier | modifier le code]

Marc de Hemptinne effectue ses humanités au Collège des Jésuites Sainte-Barbe à Gand. Il est diplômé ingénieur chimiste de l'Université de Gand en 1925 et docteur en Sciences physiques et mathématiques de la même institution en 1926. Il poursuit sa formation au laboratoire de chimie physique de Victor Henry à l'Université de Zurich. Il y est assistant de 1926 à 1928.

Carrière[modifier | modifier le code]

Marc de Hemptinne rejoint l'Université catholique de Louvain en 1929 où il est nommé chargé de cours à la Faculté des sciences. Il est professeur ordinaire en 1931 et devient émérite en 1971[1].

Professeur et chercheur à l'UCLouvain[modifier | modifier le code]

En 1929, il crée un premier laboratoire de spectroscopie dans les bâtiments d'Institut de physique installé dans l'ancien collège des Prémontrés de l'Université de Louvain unitaire.

Il deviendra un éminent spécialiste de l'architecture moléculaire grâce à sa maîtrise d'un large éventail d'outils d'exploration des molécules dans le visible via l'effet Raman découvert en 1928 et plus tard dans les micro-ondes. Il mesure pour la première fois, avec J. Wouters et P. Capron, les distances inter-atomiques du bromoforme, du dichlorodibrométhane et du silicobromoforme.[2] Il noue des collaborations fructueuses avec des chercheurs internationaux tels Hugh Stott Taylor, professeur à l'Université de Princeton qui occupe la Chaire Francqui à l'UCLouvain en 1936 et des professeurs louvanistes comme Charles Manneback, Walter Mund et Frans Cerulus. Il s'entoure de jeunes chercheurs (Jean-Marie Delfosse, Paul Capron, Jean Savart parmi les premiers avec le technicien Guillaume Maes) avec lesquels il constitue un véritable Institut de physique expérimentale à la fin des années 1930. Il poursuivra ses recherches jusqu'au début des années 1970, au moment où l'Institut de physique est transféré de Louvain à Louvain-la-Neuve et il où devient émérite. Mais entre-temps, il se sera fortement investi dans le développement des sciences atomiques en Belgique et en Europe.

Les deux cyclotrons de l'UCLouvain[modifier | modifier le code]

En 1938, Marc de Hemptinne visite le laboratoire du professeur Ernest O. Lawrence à Berkeley et lance aussitôt le projet d'installer un cyclotron à l'UCLouvain[3]. Il envoie à Berkeley ses deux assistants, Jean-Marie Delfosse et Paul Capron et contacte les ACEC (Ateliers de construction électrique de Charleroi) pour construire la machine. L'invasion de la Pologne par les troupes nazies interrompt le projet le 1er septembre 1939, le jour même où le contrat de construction aurait dû être signé. Le projet repart en 1947, grâce au mécénat de l'Union minière du Haut Katanga et aux subsides de l'Institut interuniversitaire de physique nucléaire (INP) qui venait d'être fondé. Luc Gillon et Guy Tavernier pilotent le projet[4]. Le cyclotron est construit dans les bâtiments universitaires du Parc d'Arenberg où s'installe l'Institut de physique qui avait été gravement bombardé en mai 1944. Il est inauguré en 1952. Fin 1965, un nouveau projet se fait jour : construire un cyclotron plus performant, accessible aux chercheurs de toutes les universités belges. Ce sera le cyclotron de Louvain-la-Neuve, qui entre en fonction en 1971. Le chef de projet est Pierre Macq, élève de Marc de Hemptinne et futur recteur de l'UCLouvain[5]. Le bâtiment contenant celui-ci, portera par la suite le nom bâtiment Marc de Hemptinne.

Les sciences nucléaires[modifier | modifier le code]

Après la Deuxième Guerre mondiale, Marc de Hemptinne s'investit dans le développement des recherches en sciences nucléaires en Belgique. En 1952, il participe simultanément à la création de l'Institut interuniversitaire des sciences nucléaires avec Jean Willems, directeur du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) et à celle du Centre d'étude de l'énergie nucléaire à Mol dont il préside le Conseil pendant dix ans. En 1961, il est le premier président du Comité de programmation de basses énergies créé au sein de l'INP.

L'Université Lovanium[modifier | modifier le code]

Marc de Hemtinne s'investit aussi dans la création de la première université au Congo belge (actuelle RDC) : l'Université Lovanium, sur le plateau de Kimwenza sur les hauteurs de Kinshasa. Il est membre du Conseil d'administration de Lovanium dès sa fondation en 1950. Et, lorsque la Faculté des sciences de Lovanium ouvre ses portes en 1955, il participe durant une dizaine années aux jurys d'examens.

Sociétés scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Membre du Comité interuniversitaire de Physique nucléaire (Belgique) à partir de sa création en 1947
  • Correspondant de l'Académie des Sciences en 1948 et membre en 1956
  • Membre, entre autres, du comité de rédaction des revues Journal of Nuclear Energy, Nuclear Physics et Nuclear Instruments and Methods
  • Membre du Comité scientifique de l'Institut météorologique
  • Membre du Conseil d'administration du CERN
  • Membre du Comité d'histoire de la Société scientifique de Bruxelles

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Officier de l'Ordre de Léopold
  • Grand Officier de l'Ordre de la Couronne
  • Grand Officier de l'Ordre de Léopold II
  • Commandeur de l'Ordre d'Orange Nassau

Famille[modifier | modifier le code]

Marc de Hemptinne est le fils de Alexandre de Hemptinne. Il était marié et père de 7 enfants.

Bibliographie de Marc de Hemptinne[modifier | modifier le code]

  1. M. de HEMPTINNE, Décomposition photochimique de la benzaldéhyde à l’état de vapeur, dans Le Journal de Physique et le Radium, t. IX, 1928, p. 357-364.
  2. M. de HEMPTINNE, Spectroscopie et réactions chimiques, dans Bulletin de la Société Chimique de Belgique, t. 40, 1931, p. 220-233.
  3. M. de HEMPTINNE et A. PEETERS, Spectre de diffusion de CHCI3 et SiHCI3, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l'Académie royale de Belgique, t. XVII, 1931, p. 1107-1118
  4. M. de HEMPTINNE, Spectres Raman comparés de composés du C et du Si, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LII série B, 1932, p. 185-189.
  5. M. de HEMPTINNE, J. WOUTERS, M. FAYT, Spectre Raman du trichlorobromure de silicium, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XIX, 1933, p. 318-324.
  6. M. de HEMPTINNE et J. WOUTERS, Spectre Raman de quelques nitriles non saturés, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LIII, 1933, p. 215-218
  7. M. de HEMPTINNE, Effet Raman et structure moléculaire, dans Revue des Questions scientifiques, t. XXV, 1934, p.172-180.
  8. M. de HEMPTINNE et J. WOUTERS, Spectre Raman du Silicométhane, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XX, 1934, p.1114-1116.
  9. M. de HEMPTINNE et J. SAVARD, Potentiel d’ionisation et énergie de dissociation de la molécule d’azote, dans Le Journal de Physique et le Radium, t. VI, 1935, p. 499-506.
  10. M. de HEMPTINNE et J. SAVARD, Potentiel d’ionisation de la molécule d’azote, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, t. 200, 1935, p. 2147.
  11. M. de HEMPTINNE et J.-M. DELFOSSE, Contribution à l’étude du spectre Raman de l’hydrogène phosphoré léger et lourd, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXI, 1935, p. 793-799.
  12. P. CAPRON et M. de HEMPTINNE, Etude du bromochloroforme par diffraction électronique, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LVI, 1936, p. 342-348.
  13. M. de HEMPTINNE et J.-M. DELFOSSE, Spectre Raman de la phosphine et de l’arsine légères et lourdes, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LVI, 1936, p. 373-382.
  14. J. SAVARD, M. de HEMPTINNE et P. CAPRON, Potentiel d’ionisation de l’oxyde de carbone, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, t. 204, 1937, p. 354.
  15. M. de HEMPTINNE, J. SAVARD et P. CAPRON, Energie de dissociation de la molécule d’oxyde de carbone, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, t. 204, 1937, p. 1039.
  16. M. de HEMPTINNE et J. WOUTERS, Structure of BrSiCI, stupide by means of Electron Diffraction, dans Nature, t. 139, 1937, p. 928.
  17. M. de HEMPTINNE, J. JUNGERS et J.-M. DELFOSSE, Raman Spectra of Deuteroethylenes, dans Nature, t.140, 1937, p. 323.
  18. J. WOUTERS, M. de HEMPTINNE et P. CAPRON, La structure moléculaire du silicobromoforme, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LVII, 1937, p. 25-38.
  19. M. de HEMPTINNE, J. JUNGERS et J.-M. DELFOSSE, Raman Spectra of Deuteroethylenes, dans Journal of Chemical Physics, t. 6, 1938, p. 319-324.
  20. P. CAPRON et M. de HEMPTINNE, Concentration du carbone de poids atomique 13, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXIV, 1938, p. 641-643.
  21. P. CAPRON, J.-M. DELFOSSE, M. de HEMPTINNE et H.S. TAYLOR, The Separation of the Carbon Isotopes by Diffusion, dans Journal of Chemical Physics, t. 6, 1938, p. 656.
  22. M. de HEMPTINNE et C. VELGHE, Raman Spectra of Deuteroethyl and Deuteroethylene Bromides, dans Physica, t. V, 1938, p. 958-960.
  23. J. B. RAJAM, P. CAPRON et M. de HEMPTINNE, Evaluation of the Beta Upper Energy Limits with Simple Absorption Data, dans Nature, (July, 29),1939.
  24. J. SAVARD et M. de HEMPTINNE, Potentiels critiques de l’oxyde de Carbone, dans Le Journal de Physique et le Radium, t. X, 1939, p. 1-2.
  25. M. de HEMPTINNE et P. CAPRON, Concentration du carbone de poids atomique 13 à l’aide de la méthode de diffusion, dans Le Journal de Physique et le Radium, t. X, 1939, p. 171-175.
  26. M. de HEMPTINNE et Ch. MANNEBACK, Raman effect and the potential function of the ethylene molecule, dans Proceedings of the Indian Academy of Science, t. IX, 1939, p.286-302.
  27. J. B. RAJAM, P. C. CAPRON et M. de HEMPTINNE, Détermination des périodes des radiothoriums et radioargents obtenus par les neutrons lents, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LIX, 1939, p. 403- 417.
  28. M. de HEMPTINNE et J. JUNGERS, Chimie des Isotopes, dans Revue des Questions scientifiques, t. V, 1939, p. 173-204.
  29. M. de HEMPTINNE et P. CAPRON, La séparation des isotopes de carbone, dans Association française pour l’avancement des sciences, Liège 1939.
  30. M. de HEMPTINNE et P. CAPRON, Séparation des Isotopes de Carbone, dans Mémoires de la Classe des sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XIX, n°1550, 1942, 44p.
  31. M. de HEMPTINNE et R. VAN RIET, Contribution expérimentale à l’étude du spectre Raman des Ethylènes, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXIX, 1943, p. 79-92.
  32. R. MARTENS et M. de HEMPTINNE, Etude spectroscopique de la molécule C13H, dans "Bulletin de la Classe des Sciences de l'Académie royale de Belgique", t. XXIX, 1943, p. 343-353.
  33. M. de HEMPTINNE et Th. DOEHAERD, Spectre Raman des halogénures de deutero-méthyle I. Spectre de CD, CI et Spectre de CD,BR, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXIX, 1943, p. 447-456.
  34. Th. DOEHAERD et M. de HEMPTINNE, Spectre Raman des halogénures de deutero-méthyle II. Spectre de CD3I, dans Bulletin de la Classe desSciences de l’Académie royale de Belgique"", t. XXIX, 1943, p. 783-789.
  35. M. de HEMPTINNE, C. VELGHE et R. VAN RIET, Spectre Raman des Bromures de vinylidène léger et deutérosubstitués, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXX, 1944, p. 40-55.
  36. M. de HEMPTINNE et Th. DOEHAERD,Spectres Raman de l'alcool méthylique CH3OH et de l'alcool complètement deutéré CD3CD, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXX, 1944, p. 189-199.
  37. M. de HEMPTINNE, Aperçu concernant les réactions nucléaires, dans Revue des Questions scientifiques, t. VII, 1946, p. 370-383.
  38. M. de HEMPTINNE, A number of Raman Spectra of Isotope Molecules, dans Transactions of the Faraday Society, t. XLII, 1946, p. 5-9.
  39. M. de HEMPTINNE, "Cinétique des réactions nucléaires et Astrophysique", dans "Ciel et Terre", t. LXII, 1946, p. 1-15.
  40. M. de HEMPTINNE et Th. DOEHAERD,Spectres Raman des composés des radicaux méthyle mixtes CH2D et CD2H, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXXI, 1944, p. 497-514.
  41. M. de HEMPTINNE, Utilisation du Deutérium en Spectroscopie Raman et I.R., dans Volume commémoratif Victor Henri : « Contribution à l’étude de la Structure Moléculaire », Desoer, Liège, 1948, p. 151-161.
  42. M. de HEMPTINNE, Utilisation des isotopes en spectroscopie Raman et infrarouge, dans Le Journal de Physique et le Radium, t. IX, 1948, p. 180- 183.
  43. M. de HEMPTINNE et R. VAN RIET, Spectre Raman de l’éthane monodeutéré, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXIII, 1949, p. 104-110.
  44. M. de HEMPTINNE, Contribution à la détermination de la symétrie de la molécule d’éthane et des dérivés bromés de l’éthane, dans Journal de Chimie Physique, t. 46, 1949, p. 98-102.
  45. M. de HEMPTINNE et C. COURTOY, Vibrations fondamentales de l’éthylène monodeutérosubstitué, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXIII, 1949, p. 98-103.
  46. R. VAN RIEZT et M. de HEMPTINNE, Contribution à l'étude du spectre Raman de la molécule CD3-CD2H, dans Annales. de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXIV, 1950, p. 177-187.
  47. M. de HEMPTINNE et C. COURTOY, Contribution à l'étude des fréquences propres des molécules isotopes, dans IIIe Congrès National des Sciences, Bruxelles, 1950, p. 222-223 .
  48. C. COURTOY, M. de HEMPTINNE, M. V. MIGEOTTE, "Infrared Absorption Spectrum of H2C=CHD, dans ""The Journal of Chemical Physics, t. 19, 1951, p. 137.
  49. J. CHARRETTE et M. de HEMPTINNE, Spectres infra-rouges des deutéroéthylènes, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXXVII, 1951, p. 436-448.
  50. J. CHARRETTE et M. de HEMPTINNE, Spectre infrarouge des bromures de vinyle deutérosubstitués, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXXVIII, 1952, p. 934-956.
  51. C. COURTOY, M. de HEMPTINNE, Spectre infra-roue à grande dispersion de H2C=CHD, dans Annales de la Société scientifique de Bruxelles, t. LXVI, 1952, p. 82-110.
  52. R. VAN RIET, C. COURTOY et M. de HEMPTINNE, Spectre infra-rouge à grande dispersion de CH2D – CH2D, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXVII, 1953, p. 105-121.
  53. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE, Spectres Raman et spectres d’absorption I.R. des deutéros-éthanes, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXXIX, 1953, p. 273-284.
  54. M. de HEMPTINNE et J. CHARRETTE, Spectre Raman des éthylènes gazeux, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XXXIX, 1953, p. 622-628.
  55. V. H. DIBELER, F. H. MOHLER et M. de HEMPTINNE, Mass Spectra of the Deuteroethylenes, dans Journal of Research of the National Bureau of Standards, t. 53, 1954, p.107-111.
  56. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE,Les vibrations CH, CD et C-C de la molécule d’éthane deutéro-substituée CH2H-CH2D, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXVIII, 1954, p. 92-104.
  57. R. VAN RIET, C. COURTOY et M. de HEMPTINNE, Contribution expérimentale à l’étude de la molécule CD3-CD2H, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. LXVIII, 1954, p. 108-115.
  58. M. de HEMPTINNE et S. L. PERLINGHI, Méthode de préparation des bibromures d’acétylène deutérés, dans C.R. du XXVII Congrès International de Chimie Industrielle, Bruxelles 1954.
  59. M. de HEMPTINNE, Sur les recherches effectuées en Belgique dans le domaine de l’utilisation de l’énergie nucléaire, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XL, 1954, p. 226-229.
  60. M. de HEMPTINNE, Vers l’utilisation industrielle de l’énergie nucléaire de 1940 à 1954, dans Energie nucléaire et bombe atomique, 1954, p.1-13.
  61. M. de HEMPTINNE, Physique et chimie des réacteurs nucléaires, dans Revue de la Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels, 1955, p. 17-23.
  62. M. de HEMPTINNE, Effort de la Belgique dans le domaine nucléaire, dans Bulletin Scientifique de l’A.I.M., 1955, p. 693-699.
  63. R. VAN RIET, C. COURTOY et M. de HEMPTINNE, Note concernant le spectre infra-rouge à grande dispersion de CH3-CH2D, dans Revue des Questions Scientifiques, t. XVI, 1955, p. 194-201.
  64. M. de HEMPTINNE et P. MACQ, Interprétation des résultats de corrélation angulaire, dans Nuclear Physics, t. 2, 1956/1957, p.160-168.
  65. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE,Spectre d'absorption des molécules de bromure de vinyle dans la région 4000 à 1700cm-1,dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 72, 1958, p. 122-137.
  66. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE,Spectre Raman de rotation de la molécule CH2=CHD, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l'Académie royale de Belgique, t.XIV, 1959, P. 381-386
  67. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE, Contribution expérimentale à l’étude du spectre infrarouge des bromures de vinyle. Bandes à 1,6m, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 74, 1960, p. 75-87.
  68. M. de HEMPTINNE, G. GERMAIN-LEFEVRE, R. VAN RIET et D. LENAERTS, Spectre Raman et Spectre infrarouge de chlorures de vinyle deutérés, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XLVI, 1960, p. 310-335.
  69. M. de HEMPTINNE, Le Laboratoire de Physique moléculaire et nucléaire de l’Université Catholique de Louvain, dans ""Bulletin de la Fédération des Sociétés Scientifiques, n°3, 1960, p. 225-228.
  70. R. VAN RIET et M. de HEMPTINNE, Contribution expérimentale à l’étude du spectre infrarouge des chlorures de vinyle. Bandes à 1,6m, à 1,1m et à 0,8m, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XLVII, 1961, p. 1128-1136.
  71. M. de HEMPTINNE, R. VAN RIET et A. DEFOSSEY,Spectre Raman et spectre infrarouge de la molécule CD2=CHCl,dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XLVII, 1961, p. 161-168.
  72. M. de HEMPTINNE, F. GREINDL et R. VAN RIET Spectre de rotation du SO2, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XLVIII, 1962, p. 397-410.
  73. M. de HEMPTINNE, R. VAN RIET, A. D. DEFOSSEY, F. BRUYNINCKX et P. DACHELET,Spectre de rotation des molécules 32S16O18O et 32S18O18O dans l’état fondamental, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 77, 1963, p. 164-171.
  74. M. de HEMPTINNE, A. DEFOSSEY,F. BRUYNINCKX, G. STEENBECKELIERS et R. VAN RIET, Spectre de rotation de la molécule 32S16O17O dans l’état fondamental (0, 0, 0),dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LI, 1964, p. 1367-1372.
  75. M. de HEMPTINNE et R. VAN RIET, Spectre de rotation des molécules 32S16O18O et 32S18O18O dans l’état fondamental, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. XLVIX, 1963, p. 856-861.
  76. M. de HEMPTINNE, A. DEFOSSEY,F. BRUYNINCKX, G. STEENBECKELIERS et R. VAN RIET, Spectre de rotation de la molécule 32S16O17O dans l’état fondamental (0, 0, 0),dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LI, 1964, p. 1367-1372.
  77. E. A. TRIAILLE, C. P. COURTOY, A. MARTEGANI et M. de HEMPTINNE, Spectromètre à réseau, de haut pouvoir de résolution pour l’étude des spectres infrarouges, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 78, 1964, p. 121-132.
  78. M. de HEMPTINNE,Considérations sur la recherche en Belgique dans le domaine nucléaire, dans Revue de la Société royale belge des ingénieurs et industriels, 1964, p. 3-8.
  79. M. de HEMPTINNE, Quelques aspects de la physique nucléaire aux basses énergies, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l'Académie royale deBelgique, t. LI, 1965, p. 1482-1504.
  80. A. FAYT, C. COURTOY et M. de HEMPTINNE, Nouvelle mesure de la bande 3x3 du CO2, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 79, 1965, p. 233-235.
  81. E. QUEL, X. de HEMPTINNE et M. de HEMPTINNE, Décomposition des éthers méthylique et éthylique soumis à un rayonnement Laser à CO2 en présence d’éthylène, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LIV, 1968, p. 818-822.
  82. E. QUEL, X. de HEMPTINNE et M. de HEMPTINNE, Méthode simple pour la mesure de l’énergie d’un laser CO2 de 100 watts, dans Annales de la Société Scientifique de Bruxelles, t. 83, 1969, p. 388-390.
  83. M. de HEMPTINNE, Action d’un laser de puissance CO2 sur le spectre infra-rouge de certains gaz, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LVII, 1971, p. 1020-1028.
  84. M. de HEMPTINNE et X. de HEMPTINNE, Action d’un rayonnement laser CO2 sur l’éthylène pur ou mélangé avec d’autres gaz, dans Mémoire de la Société Royale des Sciences, Liège, 1971, p. 21-31.
  85. J. MAROOR, M. de HEMPTINNE, Microwave spectrum of vinyl bromide, the heaviest isotopic species, CD2 = CDBr, dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LVIII, 1972, p. 969-991.
  86. M. de HEMPTINNE, A. FAYT, et R. VAN RIET, Action du laser CO2 sur le spectre d’absorption infrarouge du CO2,dans Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, t. LIX, 1973, p. 842-864.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc GILLON, Servir en actes et en vérité, Paris-Gembloux, Duculot, 1988.
  • Pierre MACQ, En souvenir de Marc de Hemtinne, dans Bulletin de la Classe des Sciences, Académie royale de Belgique, t. 72, 1986, pp. 171-176.
  • Pierre MACQ, 25e anniversaire de CYCLONE (30 octobre 1997) publié dans Marcel CROCHET (éd.), Pierre Macq dans son université, Louvain-la-Neuve, Academia, 2017, pp. 251-265.
  • Pierre MACQ, Marc de Hemptinne, dans Nouvelle Biographie Nationale, t. 7, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2003, p. 99-103.
  • Pierre MACQ, Marc de Hemptinne, dans Annuaire de l’Académie royale des sciences des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles,Académie royale de Belgique, 2005, p. 25-32.
  • Pierre MARAGE, La physique nucléaire et la physique des particules élémentaires, dans Robert HALLEUX (dir.), Histoire des sciences en Belgique, 1815-2000, t. 2, Bruxelles, Dexia/La Renaissance du Livre, 2001, p. 88-91.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre MACQ, Marc de Hemptinne, dans Nouvelle Biographie Nationale, t. 7, Bruxelles, 2003, p. 99.
  2. Pierre MACQ, Marc de Hemptinne, dans Annuaire de l’Académie royale des sciences des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 2005, p. 29..
  3. Pierre MACQ, Le 25e anniversaire du Cyclone, dans Marchel CR0CHET(éd.), Pierre Macq en son université, Louvain-la-Neuve, pp. 252-253
  4. Luc GILLON, Servir en actes et en vérité, Paris-Gembloux, 1988, pp. 53-64; Pierre MACQ, le 25e anniversaire de CYCLONE, p. 254
  5. Pierre MACQ, Le 25e anniversaire de CYCLONE, pp.259-263.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :