Marc de Beauvau-Craon (1816-1883)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marc de Beauvau-Craon.
Marc de Beauvau-Craon
Fonctions
Député de la Sarthe
-
Président
Conseil général de la Sarthe (d)
Titre de noblesse
Prince
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Enfant
Autres informations
Propriétaire de
Membre de
Distinction

Marc-René-Antoine-Victurnien de Beauvau-Craon, 5e prince de Beauvau, est un homme politique français né à Paris le et mort à Nice le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc de Beauvau est le fils de Charles-Just de Beauvau-Craon, 4e prince de Beauvau-Craon et du Saint Empire, grand d'Espagne, sénateur du second empire, président du conseil-général de la Meurthe, et de Virginie de Choiseul-Praslin, sa première épouse,

Passionné par l'équitation, il consacre ses loisirs et sa grande fortune à l'amélioration du la race chevaline en France. Son écurie est célèbre, et il est l'un des membres les plus actifs du Jockey Club.

Sa haute situation le fait porter candidat aux élections législatives dans le département de la Sarthe, le 29 février 1852 et il est élu [1] dans la 4e circonscription électorale, contre de Riancey [2], Gendron [3] et Ledru-Rollin [4]. Il est successivement réélu dans la même circonscriptionle, le 22 juin 1857 [5], contre Raspail[Lequel ?][6], le 1er juin 1863 [7], contre Gustave de Beaumont [8], candidat de l'opposition, et le 24 mai 1869 [9], contre MM. Busson-Duviviers [10] et Goussault [11].

Le prince de Beauvau s'associe parfois aux votes de l'opposition dynastique, se rapproche du centre gauche et signe l'interpellation des 116.

Il est élu conseiller-général de la Sarthe.

Chevalier de la Légion d'honneur depuis 1858, il est promu officier de la Légion d'honneur en 1866.

Marc de Beauvau-Craon devient prince de Beauvau à la mort de son père en 1864. Il hérite de son père le château de Sainte-Assise à Seine-Port (Seine-et-Marne) où il recevait sa nombreuse parenté [12].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Marc de Beauvau-Craon épouse en premières noces le 26 novembre 1840, Marie-Catherine-Augustine d'Aubusson de La Feuillade (1824-1862), fille d'Augustin Pierre d'Aubusson de La Feuillade, colonel d'infanterie, officier de la Légion d'honneur, et de Blanche Catherine Rouillé de Boissy, petite-fille de Pierre Raymond Hector d'Aubusson de La Feuillade. Dont trois filles :

  1. Jeanne-Victurnienne de Beauvau-Craon,(1848-1924), mariée à Paris en 1867 avec le comte Robert de Mun ;
  2. Isabelle-Marie-Blanche-Charlotte-Victurnienne de Beauvau-Craon (1852-1875), mariée à Paris en 1874 avec Agénor, duc de Gramont) ;
  3. Louise de Beauvau-Craon (1861-1885), mariée à Paris en 1879 avec Bertrand de Blacas d'Aulps.

Devenu veuf en 1862, il se remarie le 30 septembre 1875 avec Marie-Adèle de Gontaut-Biron (1848-1938), fille d'Elie de Gontaut-Biron, vicomte de Gontaut, et d'Augustine de L'Espinay. Dont deux enfants :

  1. Henriette de Beauvau-Craon (1876-1931), mariée à Paris en 1896 avec le comte Charles d'Harcourt ;
  2. Charles-Louis-Juste-Élie-Marie-Joseph-Victurnien de Beauvau-Craon (1878-1942), prince de Beauvau, marié en 1920 avec Mary Gregorini-Bingham

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par 18 888 voix sur 22 123 votants et 28 346 inscrits.
  2. 453 voix.
  3. 1 732 voix.
  4. 565 voix.
  5. Par 10 538 voix sur 17 417 votants et 26 839 inscrits.
  6. 576 voix.
  7. Par 14 708 voix sur 22 752 votants et 27 554 inscrits.
  8. 7 078 voix.
  9. Par 12 130 voix sur 22 508 votants et 27 320 inscrits.
  10. 9 048 voix.
  11. 1 207 voix.
  12. Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Beauvau, Lyon, l'auteur, , 272 p. (ISBN 978 2 901990 10 9), p. 122-124

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Marc de Beauvau-Craon (1816-1883) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] (231)
  • Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Beauvau, 2012, Lyon, l'auteur, 272 p., p. 122-123.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Chronologies[modifier | modifier le code]