Marc Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marc Vincent
Description de cette image, également commentée ci-après
Marc Vincent pendant sa tournée égyptienne de 1987
Informations générales
Naissance (71 ans)
Morlaix, France
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical chanson française
Instruments guitare acoustique, cornet à pistons
Années actives Depuis 1967
Site officiel marcvincent.chanteur.free.fr

Marc Vincent, né le à Morlaix, est un auteur-compositeur-interprète français ou, comme il se plaît à le dire lui-même, « chantauteur » (de l’italien Cantautore (it)[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de musiciens, Marc Vincent grandit dans un milieu baigné de musique et de chanson (Georges Brassens, Pierre Louki, Anne Sylvestre, Félix Leclerc…). Sa venue à Paris en 1965 pour y étudier à la faculté des sciences lui donne l’opportunité de s’inscrire, le mardi 26 octobre, au Petit Conservatoire de Mireille[2] et de suivre des cours d’art dramatique[3]. En 1967, il choisit (le 21 janvier) définitivement la chanson et se produit dans les cabarets de la Rive Gauche (La Chanson Galande, La Mendigote, L'Écluse, Le Cheval d'Or, Le Cabaret d’Art et d’Essai).

En 1967, Marc Vincent est sélectionné pour participer, sur les ondes de France Inter, puis en tournée, à l'émission de Luc Bérimont "La Fine Fleur de la Chanson Française". Il fait ainsi connaître à un auditoire national ses chansons dans lesquelles se révèle un humour original, chansons émaillées de fins jeux de mots comme "une quille dans un jeu de chiens". C'est l'occasion de la sortie du premier 33 Tours intitulé Opus 15 à la Boîte à Musique (Disques Alvarès) avec 12 chansons.

Armand Lanoux de l'Académie Goncourt dira de lui : « Descendant naturel de Charles Cros, de Max Jacob, de Robert Desnos et de Paul Fort, cocasse, gentil au sens médiéval, Marc Vincent, troubadour en chandail rouge et barbe noire s'en va de maison de jeunes en maison de jeunes, d'un cabaret rive gauche à la Fine Fleur de la Chanson, chez Luc Bérimont. Marc Vincent a le charme que doit posséder celui qui voyage avec une guitare. »[réf. nécessaire]

Puis il décide de quitter Paris et d’arpenter la France. À partir de 1981, ses tournées le conduisent à l’étranger où il chante régulièrement dans les Alliances françaises et établissements où le français est enseigné. Il se produit, au cours de sa carrière, dans près de cinquante pays, de Hawaï à Hong Kong, en passant par le Brésil, l’Ukraine, l'Égypte[4], la Syrie, le Liban[5],[6], les Émirats, l’Inde…

Discographie[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Marc Vincent met en musique et interprète, en s’accompagnant à la guitare, plus de deux cents de ses textes. Il enregistre onze albums entre 1971 et 1997 :

En 1988, les albums De Charybde en Sheila et Hauts-de-Seine sont regroupés dans un même CD : Histoire de vin. (notice BnF no FRBNF38266695)

En 1991, les albums Merci et Le tube de l’été sont regroupés dans un même CD : Vingt ans déjà. (notice BnF no FRBNF38266898)

En 1994, les albums Opus 15 et Chansons d’un adolescent sont regroupés dans un même CD : On a volé mon antivol. (notice BnF no FRBNF38266690)

En 2003, l’album Bretagne est poésie sort en CD. (notice BnF no FRBNF41214317)

En 1992, les albums Au pays de Coralie et Chansons pour toute la famille (face B) sont regroupés dans un même CD. (notice BnF no FRBNF38266902)

En 1994, les albums La journée du petit Alexandre et Chansons pour toute la famille (face A) sont regroupés dans un même CD. (notice BnF no FRBNF38267266)

Les textes d’autres auteurs[modifier | modifier le code]

Hormis ses propres textes, il arrive à Marc Vincent de mettre en musique des poèmes d’autres auteurs : Jean de La Fontaine, Robert Desnos, Catherine Paysan ou encore Marc Alyn.

Les citations musicales[modifier | modifier le code]

Bien qu'écrivant ses mélodies, Marc Vincent s'inspire, dans quelques-uns de ses titres, d’autres compositeurs : Marche Nuptiale de Felix Mendelssohn dans Françoise ou Sophie, Rêves d’amour de Franz Liszt dans L’ado, Les petites marionnettes dans Le joli flocon de neige, Let's go (pony) ! (1962) de Lanny Duncan dans Ce n'est qu'un début...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits de Marc Vincent[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc Vincent à l’écran[modifier | modifier le code]

Entre 1966 et 1994, Marc Vincent passe à la télévision française sur des chaînes nationales et régionales, entre autres dans l’émission du Petit Conservatoire (1966), le télé-crochet Le jeu de la chance (1966), une émission spéciale pour Noël sur FR3 Bretagne (1976)[8], la séquence Discopuce de Récré A2 (1979), Les Jeux de 20 heures (1980), l’émission Top à l’Ouest sur FR3 Bretagne (1990), La Chance aux chansons de Pascal Sevran (1994). Il apparaît également dans le DVD Lafesse refait le trottoir où le célèbre humoriste n’hésite pas à lui "cirer les pompes" !

Outre ses passages en-chantés à la télévision, il apparaît comme figurant dans des films et téléfilms, notamment dans Les Enquêtes du commissaire Maigret entre 1967 et 1969, la mini-série Entre terre et mer d’Hervé Baslé en 1997, l'adaptation du roman Mon frère Yves (de Pierre Loti) par Patrick Poivre d’Arvor en 2012, et Sales gosses de Frédéric Quiring (sorti le mercredi 19 juillet 2017).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Daguebone, Marc Vincent chantauteur (1946-1983), éd. L’Harmattan, 2011, p. 108.
  2. Marc Vincent, retraité chanteur devenu « chantauteur », Ouest-France, 26 octobre 2015
  3. Noël Neuman, La Vie du Rail, numéro 1706, 26 août 1979
  4. Gisèle Boulad, Le Journal d'Égypte, 27 novembre 1987
  5. Natacha Sikias, Marc Vincent : l'enfance en chansons, tout un poème..., L'Orient-Le Jour, 22 janvier 1998
  6. Antoine Boulad, Le troubadour des temps modernes célèbre la francophonie : Marc Vincent chante les 400 coups de l’enfance et de la liberté, L'Orient-Le Jour, 24 mars 2007
  7. Marc Vincent publie L'Alphabet de la Musique, Ouest-France, 6 octobre 2015
  8. Noël – Nouël, réalisé par Paul-André Picton, FR3 Bretagne, 24 décembre 1976

Liens externes[modifier | modifier le code]