Marc Taraskoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Taraskoff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Nationalité
Activités
Fratrie

Marc Taraskoff, nom de plume de Marc Fleischer[1], né le à Boulogne-Billancourt, et mort le [2], est un peintre et illustrateur français.

Il est le frère du pianiste Zool Fleischer, et membre de l'Académie du Jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un cursus classique au lycée Jacques-Decour à Paris, pendant ses études de philosophie, de 1975 à 1978, Marc Taraskoff est libraire, avant de devenir illustrateur. Son premier travail publié est la couverture du roman Hitler et Staline montent en ballon de Gérard Guicheteau.

Parmi ses œuvres, il a entre autres dessiné des affiches de festival, notamment de jazz dont il est passionné (Calvi Jazz Festival), des Journées Georges Brassens à Paris, un millier de couvertures de livres pour les éditions : Balland, Grasset, Omnibus, 10/18, Pocket, Gallimard, Plon, Robert Laffont, Albin Michel, Le livre de poche, Denoël, etc., environ 800 portraits pour le journal Le Monde de 1996 à 2004, des timbres-poste de France métropolitaine et de l'outre-mer depuis 1996.

En mars 2005, il est nommé conseiller artistique de la commission philatélique de Saint-Pierre-et-Miquelon. Dans ce rôle, il doit aider l'Administration postale et les artistes locaux à créer les timbres-poste de l'archipel, et servir de médiateur avec ITVF (devenu depuis Phil@poste Boulazac) qui imprime les timbres-poste français[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Couverture de roman[modifier | modifier le code]

Timbre de France[modifier | modifier le code]

Timbre de Saint-Pierre-et-Miquelon[modifier | modifier le code]

Timbre des Terres australes et antarctiques françaises[modifier | modifier le code]

  • « Le passage à l'euro », 2000.

Timbre des Terres australes et antarctiques françaises et de Saint-Pierre-et-Miquelon[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Taraskoff est le nom de sa mère.[réf. nécessaire]
  2. « Disparition de Marc Taraskoff » - Lemonde.fr, 4 mars 2015
  3. Émilie Rabottin, « Conseiller couleur outre-mer », article publié dans Timbres magazine, n°58, juin 2005, pp. 36-37.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émilie Rabottin, « Conseiller couleur outre-mer », Timbres magazine, n°58, juin 2005, pp. 36-37, [sur sa nomination comme conseiller artistique de la Commission philatélique de Saint-Pierre-et-Miquelon].
  • « Aron vu par Taraskoff », entretien recueilli par Amélie Amiel, Timbres magazine, n°61, octobre 2005, p. 15, [l'illustrateur présente la genèse du timbre-poste de France en hommage à Raymond Aron].

Liens externes[modifier | modifier le code]