Marc Tarabella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Tarabella
Image illustrative de l'article Marc Tarabella
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Législature 7e et 8e
Groupe politique S&D
Élection 13 juin 2004
Législature 6e
Groupe politique PSE
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Ougrée
Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité Belge
Parti politique PS

Marc Tarabella, né le à Ougrée, est un homme politique belge de langue française, membre du Parti socialiste.

Il est bourgmestre d'Anthisnes et, depuis le 16 juillet 2009, député européen chargé de la Protection des consommateurs européens, de l'Agriculture et de l'Égalité des genres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Marc Tarabella est né en 1963 d'une mère agricultrice et d'un père ouvrier carrier, immigré de Seravezza en Toscane. Depuis sa naissance, il vit à Anthisnes, commune rurale de 4 000 habitants située dans le Condroz liégeois.

Ses débuts en politique[modifier | modifier le code]

C'est encore étudiant en sociologie à l'Université de Liège que Marc Tarabella s'engage politiquement, notamment en contribuant à la remise sur pied du mouvement des étudiants socialistes. Après avoir obtenu sa licence en 1986, il travaille successivement dans les cabinets ministériels de Guy Coëme (1988) et de Bernard Anselme (1988-1990) avant de rejoindre une institution bancaire où naît un autre de ses combats : le combat syndical.

Ses premiers mandats[modifier | modifier le code]

En 1988, pour la première fois candidat aux élections, il est élu conseiller communal sur une liste de l'opposition PS. Lors des élections communales suivantes, en 1994, le PS anthisnois, grâce à une liste d'ouverture, inverse la tendance et Marc Tarabella accède au mayorat à l'âge de 31 ans. Il est à nouveau désigné bourgmestre en 2000 et en 2006.

Le 13 juin 2004, Marc Tarabella est élu député européen avec près de 32 000 voix de préférence. Il quitte alors son emploi à la banque pour se consacrer pleinement à son engagement politique, à sa commune d'Anthisnes et à sa fonction parlementaire européenne où la protection des consommateurs et l'agriculture sont ses principaux centres d'intérêt.

En juillet 2007, Marc Tarabella est appelé à de nouvelles fonctions : il quitte son mandat de Député européen pour devenir ministre wallon de la Formation et ministre communautaire de la Jeunesse et de l'Enseignement de Promotion sociale.

Législature européenne 2009-2014[modifier | modifier le code]

Il redevient député européen le 16 juillet 2009 avec 50 993 voix de préférence et il retrouve les commissions parlementaires de l'agriculture et du développement rural et du marché intérieur et de la protection des consommateurs. En plus, il devient l'un des rares hommes à siéger au sein de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres.

En 2010, une large majorité de Députés vote en faveur de son rapport sur l'égalité entre les hommes et les femmes reconnaissant notamment le droit de toutes les femmes à disposer de leurs corps via un accès aisé à la contraception et à l'avortement.

En 2011, il est désigné rapporteur pour la directive marché publique au sein de la commission IMCO (marché intérieur et protection des consommateurs). Cet important rapport destiné à réformer en profondeur l'attribution des marchés publics tout en simplifiant leur accès notamment pour les PME et en introduisant d'importantes clauses sociales constituera son principal cheval de bataille tout au long de la législature. Il sera voté au Parlement européen avec une large majorité en 2014.

Au même moment, il est nommé rapporteur pour avis de la commission agriculture dans le dossier de l'étiquetage des denrées alimentaires. Il prône l'obligation de la mention de la provenance des viandes ainsi que de l'ingrédient majoritaire dans les aliments transformés.

Aux élections communales de 2012, il est réélu bourgmestre d'Anthisnes.

Législature européenne 2014-2019[modifier | modifier le code]

En 2014, les électeurs lui font une nouvelle fois confiance pour effectuer un troisième mandat au Parlement européen avec 85 828 voix de préférence. Il devient chef de la délégation socialiste belge et retrouve les commissions parlementaires dans lesquelles il siégeait au mandat précédent.

Passionné de sport, il est à l'initiative de la création de l'Intergroupe Sport dont le but est de remettre les thématiques liées au sport au centre de l'agenda politique européen. Il devient, avec le député espagnol Santiago Fisas Ayxelà, le co-président de cet intergroupe qui verra le jour en décembre 2014.

Il fait partie des premières personnalités politiques à critiquer l'attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar. Il dénonce notamment les conditions de travail des ouvriers migrants (népalais pour la plupart) ainsi que les soupçons de corruption planant autour de cette coupe du monde.

Le 10 mars 2015, le "rapport Tarabella" faisant une nouvelle fois l'état des lieux de l'égalité entre les hommes et les femmes et se focalisant davantage sur les thèmes de la pauvreté et de l'emploi des femmes est voté au sein de l'hémicycle de Strasbourg.

Au sein de la commission marché intérieur et protection des consommateurs, il est désigné rapporteur pour avis dans le dossier Big Data dans lequel il se positionne notamment pour la protection des données personnelles des utilisateurs. Il se positionne également en faveur de la suppression totale des frais roaming et encourage la neutralité du net.

Actuellement, Marc Tarabella est à la manœuvre pour introduire la consommation de lait, fruits et légumes au sein des écoles primaires. Cette mesure est destinée à lutter contre l'obésité infantile ainsi qu'à favoriser les producteurs locaux, dont la défense fait partie de ses principaux combats.

Liens externes[modifier | modifier le code]