Marc Leriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leriche.
Marc Leriche
Marc Leriche dans son atelier.jpg

Marc Leriche dans son atelier

Biographie
Naissance
Décès
(à 32 ans)
Lyon (4e) (Rhône)
Nom de naissance
Paul Marie Marc Leriche
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Distinctions
Prix de Rome de sculpture

Paul Marie Marc Leriche, né le [1] à Roanne (Loire) et mort le [2] dans le 4e arrondissement de Lyon (Rhône), est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Orphée suppliant Caron (1914), plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.

Issu d'une famille de médecins lyonnais, son père Ernest Leriche est avoué[1] près le tribunal civil de Roanne[3] et sa mère, Anne Chamussy épouse Leriche, appartient à l'élite industrielle de la région. Il est le frère de René Leriche, célèbre chirurgien et physiologiste français.

En 1905, il entre dans l'atelier du sculpteur Pierre Aubert à l'École des beaux-arts de Lyon où il obtient le prix de Paris[4]. En 1910, il est admis à l’École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Jean-Antoine Injalbert et d’Emmanuel Hannaux[5].

En 1912, son esquisse d’Orphée obtient une 3e médaille au Salon des artistes français[6].

En 1914, il remporte le premier grand prix de Rome de sculpture avec Léandre, rejeté par les flots, expire sur le rivage de Sestos[7], mais il ne séjournera jamais à la villa Médicis puisqu’il est mobilisé le 1er août de la même année quand éclate la Première Guerre mondiale.

Incorporé au 359e régiment d’infanterie[8], avec le grade de sergent, il est grièvement blessé en mai 1915 à Metzeral[6] dans les combats de l’Hartmannswillerkopf[9]. Il est décoré de la croix de guerre et met son talent au service des chirurgiens de l'armée pendant sa convalescence[6].

Il meurt à Lyon le , victime d'une épidémie de grippe[4].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Marc Leriche est caractérisé par une rare probité dans les moyens techniques employés et une tendance très marquée à styliser la nature dans ses réalisations de pure composition[7]. À sa mort, l'architecte François Roux-Spitz lui consacre un article élogieux : pour lui, son œuvre est « le reflet même de l'état d'esprit à la fois idéaliste et pratique de [l']époque ». On retrouve chez Leriche le réalisme et la grâce rustique de l'antiquité primitive[6].

Œuvres répertoriées[modifier | modifier le code]

  • Buste de Mme E. La Bonnardière, 1912, marbre[4]
  • La Mort de Léandre[4].
  • Buste d’Ernest Reyre, 1914, marbre[4].
  • Buste de Mme Leriche, marbre.[4]
  • Portrait du professeur Antonin Poncet[4].
  • Jeune fille et la grande sœur, terre cuite[4].
  • Soldat, terre cuite[4].
  • Mlle Moriset, marbre[4].
  • Buste de l’organiste Neuville, 1917, bronze[4].
  • Portrait de Mme Savy, marbre[4].
  • Buste de Mme Leriche, plâtre[4].
  • Les Quatre éléments, panneaux décoratifs pour un vase, avec François Roux-Spitz, architecte[4].
  • Buste de Mlle Cotte, marbre[4].
  • Portrait de Mme Lenail, marbre[4].
  • Portrait de M. Dufour, marbre[4].
  • Léandre, rejeté par les flots, expire sur le rivage de Sestos, plâtre avec lequel Marc Leriche remporta le premier prix de Rome en 1914, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts[10].
  • Séléné, marbre, 45 × 40 × 35 cm, don de Mme veuve Marc Leriche, musée des beaux-arts de Lyon[11].
  • Icare, groupe relié en terre-cuite patinée, 19 × 15 × 8,5 cm, don de Mme veuve Marc Leriche en 1949, musée des beaux-arts de Lyon[12].
  • Figure masculine, haut-relief en terre-cuite, musée des beaux-arts de Lyon[13].
  • Orphée suppliant Caron, 1914, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon[14].
  • Contractures de la masse sacro-lombaire des obliques et ses muscles de la hanche, plâtre moulé, 30 × 12 × 8 cm, Paris, musée du service de santé des armées[15].
  • Cérès ou l’Été, plaque en grès polychrome, 24,5 × 18,5 cmLyon, galerie l’Amateur, collection particulière[7].
  • Jeune Femme sortant du bain[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Acte de naissance de Paul Marie Marc Leriche, État-civil numérisé de la ville de Roanne, Archives départementales de la Loire, vue 197 (en ligne). L’acte de naissance est bien rédigé au nom de « Leriche » et non « Le Riche ».
  2. Acte de décès de Paul Marie Marc Leriche, État-civil numérisé de la ville de Lyon (4e arrondissement), vue 196 (en ligne).
  3. Après des études de droit à Paris.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Dufieux, Philippe., Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960) : de Tony Garnier à Louis Bertola, [M. Chomarat], [©2007] (ISBN 290818561X, OCLC 213435465, lire en ligne).
  5. Union provinciale des arts décoratifs (France) Auteur du texte, « La Revue des beaux-arts : peinture, sculpture, architecture, gravure, musique, renseignements artistiques, expositions, concours : gazette hebdomadaire fondée en 1830 / dir. Henri Revers », sur Gallica, (consulté le 14 août 2016).
  6. a, b, c et d Salon d'automne Lyon, Salon d'automne, (lire en ligne).
  7. a, b, c et d Carlier, Sylvie. et Musée Paul Dini., Le symbolisme & Rhône-Alpes : de Puvis de Chavannes à Fantin-Latour, 1880-1920 : entre ombre et lumière : peintures, sculptures, œuvres graphiques, Musée municipal Paul-Dini, (ISBN 9782905048196, OCLC 680230108, lire en ligne).
  8. Tableau d'honneur, morts pour la France : guerre de 1914-1918, (lire en ligne).
  9. « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 14 août 2016).
  10. « Léandre, rejeté par les flots, expire sur le rivage de Sestos », notice no 50510013533, base Joconde, ministère français de la Culture.
  11. « Séléné », notice no 000SC025466, base Joconde, ministère français de la Culture.
  12. « Icare (?) », notice no 000SC025545, base Joconde, ministère français de la Culture.
  13. « Figure masculine », notice no 000SC025544, base Joconde, ministère français de la Culture.
  14. flickr.com.
  15. Bertrand Dorléac, Laurence, 1957- ..., Louvre-Lens. et Historial de la Grande guerre (Péronne, Somme), Les désastres de la guerre, 1800-2014 : [exposition, Musée du Louvre-Lens, 18 mai-6 octobre 2014], Somogy éd. d'art, dl 2014 (ISBN 2757208152, OCLC 887574042, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Philippe Dufieux, Sculpteurs et architectes à Lyon, 1910-1960 : de Tony Garnier à Louis Bertola, Mémoire Active, 2011 (ISBN 290818561X).
  • Sophie Couvra, Dictionnaire des artistes exposant à Lyon : 1919-1939, Presses universitaires de Lyon, 1999, 405 p. (ISBN 978-2729706265)