Marc Leriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Marc Leriche
Naissance
Décès
(à 32 ans)
Lyon (4e) (Rhône)
Nom de naissance
Paul Marie Marc Leriche
Nationalité
Activité
Formation
Fratrie

Marc Leriche de son vrai nom Paul Marie Marc Leriche, né le [1] à Roanne (Loire) et mort le [2] dans le 4e arrondissement de Lyon (Rhône), est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de médecins lyonnais, son père Ernest Leriche est avoué[1] près le tribunal civil de Roanne (après des études de droit à Paris) et sa mère Anne Chamussy épouse Leriche appartient à l'élite industrielle de la région. Il est le frère de René Leriche, célèbre chirurgien et physiologiste français.

Admis à l’École des beaux-arts de Paris, il entre dans l’atelier de Jean-Antoine Injalbert et d’Emmanuel Hannaux[3].

En 1914, il remporte le premier grand prix de Rome ; il ne séjournera jamais à la villa Médicis puisqu’il est mobilisé, suite à l’entrée en guerre de la France le 1er août de la même année.

Incorporé au 359e régiment d’infanterie[4], avec le grade de sergent, il est grièvement blessé en décembre 1915 dans les combats de l’Hartmannswillerkopf[5].

Il décède de ses blessures le 15 octobre 1918.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Léandre, rejeté par les flots, expire sur le rivage de Sestos : plâtre avec lequel M. Leriche remporta le premier prix de Rome en 1914 ; conservé à l’École nationale supérieure des beaux-arts[6] ;
  • Sélène : marbre (h : 0,45 m), don de Mme veuve Marc Leriche ; conservé au Musée des beaux-arts de Lyon[7] ;
  • Icare: groupe relié en terre-cuite, don de Mme veuve Marc Leriche en 1949 ; conservé au Musée des beaux-arts de Lyon[8] ;
  • Figure masculine: haut-relief en terre-cuite ; conservé au Musée des beaux-arts de Lyon[9] ;
  • Orphée suppliant Caron: plâtre ; conservé au Musée des beaux-arts de Lyon[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Dufieux, Sculpteurs et architectes à Lyon, 1910-1960 : de Tony Garnier à Louis Bertola.
  • Sophie Couvra, Dictionnaire des artistes exposant à Lyon : 1919-1939.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Acte de naissance de Paul Marie Marc Leriche, État-civil numérisé de la ville de Roanne, Archives départementales de la Loire, vue 197 :http://www.archinoe.net/cg42/visualiseur/visu_affiche.php?PHPSID=efdf54031537b5bba345d16810e91894&param=visu_0&page=1# L’acte de naissance est bien rédigé au nom de « Leriche » et non « Le Riche ».
  2. Acte de décès de Paul Marie Marc Leriche, État-civil numérisé de la ville de Lyon (4e arrondissement), vue 196 :http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/visu_affiche.php?PHPSID=1ca131ad887fa9153ac06e544c1df138&param=visu&page=1#
  3. Union provinciale des arts décoratifs (France) Auteur du texte, « La Revue des beaux-arts : peinture, sculpture, architecture, gravure, musique, renseignements artistiques, expositions, concours : gazette hebdomadaire fondée en 1830 / dir. Henri Revers », sur Gallica,‎ (consulté le 14 août 2016)
  4. Tableau d'honneur, morts pour la France : guerre de 1914-1918, (lire en ligne)
  5. « Figaro : journal non politique », sur Gallica,‎ (consulté le 14 août 2016)
  6. http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0037/m505106_0014614_p.jpg
  7. Base Joconde
  8. Base Joconde
  9. Base Joconde.
  10. http://www.flickr.com/photos/museebeauxartslyon/4172226838/