Marc Lalonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lalonde.
Marc Lalonde
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ministre de la santé et du bien-être social

Ministre de la condition féminine

Ministre du sport amateur

Ministre des relations fédérales-provinciales

Procureur général et ministre de la justice

Ministre de l'énergie, des mines et des ressources

Ministre des finances
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Distinctions

Doctorats honoris causa:

Université de Maastricht Université de Western Ontario

Université de Montréal
Titres honorifiques
Membre du Conseil privé, Officier de l'Ordre du Canada, Conseil de la Reine

Marc Lalonde (Île Perrot, -) est un homme politique et un avocat canadien. Il était ministre dans le cabinet de Pierre Trudeau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sommaire:

Il a obtenu sa maîtrise en droit à l'Université de Montréal, une maîtrise à l'Université d'Oxford et un diplôme d'études supérieures en droit (DESD) à l'Université d'Ottawa.

Il travaille à Ottawa avec le ministre progressiste-conservateur Davey Fulton en 1959. Lalonde pratique le droit à Montréal jusqu'en 1967 puis revient à Ottawa pour travailler comme conseiller dans le bureau du Premier ministre sous Lester Pearson.

Lorsque Pierre Trudeau devient premier ministre en 1968, il demeure au gouvernement et devient son directeur de cabinet. À la demande de Trudeau, il se présente dans la circonscription d'Outremont en 1972 et il est élu député libéral. Il est aussitôt nommé ministre du bien-être social et de la santé.

Fédéraliste, il est aussi l'un des conseillers principaux de Trudeau sur la situation au Québec, étant ministre d'État aux relations-fédérales provinciales en 1977l subséquemment à la victoire du Parti québécois en 1976.

Lalonde est nommé ministre de la Justice en 1978 mais il doit quitter ses fonctions après la défaite libérale de 1979. Quand les libéraux reviennent au pouvoir en 1980, il devient ministre de l'Énergie et il institue le programme énergétique national, qui est devenu très impopulaire en Alberta.

De 1982 à 1984, il sert à titre de ministre des Finances. Lorsque John Napier Turner succède à Trudeau en 1984, il demeure ministre des Finances, mais il ne se présente pas à l'élection fédérale canadienne de 1984.

Juge ad hoc à la cour internationale de justice pendant les années 1990, il a aussi représenté le Canada dans plusieurs disputes commerciales.

Il est brièvement revenu à la vie publique en 2005 lorsque Paul Martin l'a nommé coprésident de la campagne politique libérale au Québec avec Brigitte Legault, qui dirige les jeunes libéraux du Canada.

D'après Michel Vastel, il a été un mentor politique de Justin Trudeau.

***

Curriculum vitae détaillé:

M. Lalonde est titulaire d’une maîtrise en droit de l’Université de Montréal, d’une maîtrise de l’Université d’Oxford (M.A. OXON) ainsi que d’un diplôme d’études supérieures en droit de l’Université d’Ottawa.

M. Lalonde a enseigné le droit commercial et les sciences économiques à l’Université de Montréal de 1957 à 1959; il a aussi enseigné le droit administratif au niveau du doctorat, à l’Université d’Ottawa et à l’Université de Montréal (1961-1962). Il a pratiqué le droit à Montréal de 1960 à 1967 en tant qu’associé du cabinet Gélinas, Bourque, Lalonde et Benoît.

En 1959-60, il a joint le cabinet du ministre fédéral de la Justice, l’hon. Davey Fulton, en tant qu’adjoint spécial.  Dans cette fonction, il a été l’instigateur du dernier amendement unanime apporté au British North America Act : la retraite obligatoire à 75 ans des juges nommés par le gouvernement fédéral.  Il a également convaincu le ministre de la Justice d’entreprendre des négociations pour l’adoption d’une formule d’amendement de cette loi, qui est subséquemment devenue connue comme la Formule Fulton-Favreau.

De 1960 à 1967, M. Lalonde a pratiqué le droit à Montréal, en tant qu’associé de l’étude  Gélinas, Bourque, Lalonde et Benoît.

En 1961, il fut l’un des co-fondateurs de l’Institut de droit public de l’Université de Montréal.

En 1963, il fut nommé  par le gouvernement canadien, membre du Comité Spécial sur la Radiodiffusion sous la direction de M. Robert Fowler.  Le rapport de ce Comité a mené subséquemment à une révision majeure de la loi canadienne en matière de radiodiffusion.

En 1965, il fut nommé chef d’un groupe de travail fédéral sur la gouvernance des entreprises et la réglementation des valeurs mobilières. Ce groupe produit son rapport en moins de dix-huit mois, mena à des amendements majeurs à la Loi fédérale sur les compagnies et recommanda l’établissement d’une commission fédérale sur les valeurs mobilières.

M. Lalonde a été conseiller politique en matières fédérales-provinciales du Premier ministre Lester B. Pearson en 1967 et 1968.

Il a été directeur de cabinet du Premier ministre Pierre E. Trudeau de 1968 à 1972.

En 1971,  il était nommé conseil de la Reine par le Gouverneur général du Canada.

Élu député d’Outremont en 1972 et nommé ministre de la Santé nationale et du Bien-être social (1972-1977), M. Lalonde présenta, en 1972, des propositions visant la réforme de l’appareil de sécurité sociale canadien et il diriga l’instauration de bon nombre de ces réformes au cours des années qui ont suivi, dont l’indexation des pensions de sécurité de vieillesse et le triplement des allocations familiales. En 1974, il publia « Nouvelle perspective sur la santé des Canadiens » (subséquemment identifié comme « le rapport Lalonde »), document reconnu internationalement pour sa re-définition radicale des politiques en matière de santé. En 1977, il obtint le Prix Dana de l’American Public Health Association pour avoir ouvert une voie nouvelle en élaborant un régime de soins médicaux axés sur la médecine préventive. En 1988, il fut médaillé de l’Organisation mondiale de la santé pour son exceptionnelle contribution aux politiques de santé. En 2002, il a été choisi par l’Organisation Panaméricaine de la Santé comme l’un des onze « Public Health Heroes of the Americas » qui ont façonné la santé publique internationale durant le dernier siècle. En 2004, il était intronisé membre du Temple de la renommée médicale canadienne. En 2005, il a été récipiendaire du prix de leadership exceptionnel des Instituts de recherche en santé du Canada. Depuis 1974, il a été l’auteur de plusieurs articles et a prononcé de nombreuses allocutions, tant au Canada qu’à l’étranger, sur l’importance d’une définition holistique des politiques de santé.

De 1972 à 1976, il fut ministre chargé du Sport. Il effectua une réorganisation et une expansion majeures du sport amateur et il lanca des campagnes d’éducation du public sur le conditionnement physique.

De 1974 à 1979, il fut ministre chargé du Statut de la femme. Il entama d’importantes réformes législatives et administratives visant à promouvoir les droits des femmes. Ces réformes furent suivies par la publication d’un document intitulé « Femmes en voie d’égalité », qui constituait la contribution du gouvernement canadien au Plan d’action mondial des Nations Unies.

En 1977, il fut nommé ministre d’État chargé des Relations fédérales-provinciales. Dans cette fonction, il coordonna les consultations et négociations intergouvernementales, notamment le délicat dossier de la réforme constitutionnelle. Il dirigea durant cette période la publication de plusieurs études sur le fédéralisme.

En 1978, il fut nommé ministre de la Justice et procureur général du Canada. En cette qualité, il fut responsable des services juridiques fournis au gouvernement du Canada et à ses divers ministères, notamment ceux ayant trait aux litiges auxquels ils sont parties. Il fut chargé de la rédaction de la législation gouvernementale à soumettre à l’approbation du Parlement ainsi que de la nomination des juges, sauf ceux des cours provinciales, et du budget de toutes les cours fédérales. Pendant son mandat, M. Lalonde s’occupa notamment du processus de réforme constitutionnelle et a présenté d’importantes propositions constitutionnelles au Parlement qui ont subséquemment en partie servies de points de référence dans l’adoption des modifications apportées à la Constitution du Canada en 1982.

En 1980, il fut nommé ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources. Il a fait adopter une nouvelle politique énergétique nationale d’autosuffisance, de propriété canadienne et de conservation et de substitution énergétique. Cette nouvelle politique comportait une restructuration en profondeur de l’industrie ainsi que des changements considérables à la fiscalité et aux relations fédérales-provinciales dans le domaine énergétique. Il participa à de nombreuses rencontres internationales, dont des rencontres de l’OPEP et de l’Agence internationale de l’énergie et le Sommet économique de 1981. Conférencier fréquent sur des questions énergétiques, il a publié, en 1991, un document sur la politique énergétique canadienne entre 1960 et 1990.

En 1982, il fut nommé ministre des Finances. Son exposé économique de 1982 fut suivi de deux budgets en 1983 et 1984. Reconnu pour sa mise en oeuvre du processus de réforme budgétaire, il collabora avec les représentants des gouvernements provinciaux et ceux du secteur privé. Il participa aux rencontres ministérielles internationales du Groupe des Dix, aux rencontres du Fonds monétaire international, aux rencontres de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, à celles de l’OCDE et des ministres des finances du Commonwealth, ainsi qu’aux Sommets économiques de 1983 et de 1984.

Ayant décidé de quitter la politique, il termina son mandat de ministre des Finances le 17 septembre 1984 et le 1er octobre, il devient associé chez Stikeman Elliott, cabinet d’avocats ayant des bureaux à Montréal, Toronto, Ottawa, Calgary, Vancouver, New York, Londres et Sydney. De 2003 à 2006, il agit comme avocat‑conseil de cette étude et pratiqua particulièrement la médiation et l’arbitrage commercial international. Le 1er juillet 2006, il mit fin à cette fonction et devint praticien à son compte.

En décembre 1989, le Gouverneur général du Canada le nommait Officier de l’Ordre du Canada. Il a reçu un doctorat (LL.D.) honoris causa de l’Université du Limbourg, à Maastricht en 1992. Il a reçu également un tel doctorat de la University of Western Ontario (London, Canada) en 2005 et. de l'Université de Montréal en 2018. .

M. Lalonde a été membre des conseils d’administration de Citibank Canada (1986-2005), de Sherritt International Corporation(2003 - 2013) et de la Fondation Trudeau.

À la demande de la fondation Renaissance, il fut membre du Conseil consultatif international auprès du Praesidium de l’Ukraine (1990-1996), membre du conseil consultatif sur les questions constitutionnelles de la Tchécoslovaquie (1989‑1991). Il fut en outre membre du conseil consultatif international d’Air France (1991‑1994).

De 1995 à 2007, M. Lalonde fut le directeur général d’un projet majeur de consultation auprès du gouvernement et de l’ Assemblée nationale du Vietnam en matière de réforme économique et administrative, financé par l’Agence canadienne de développement international.

Dans les années ’90, M. Lalonde a vu ses services retenus par la Banque mondiale pour conseiller deux pays arabes en rapport avec le développement des marchés des capitaux.

Il a été président du Conseil des gouverneurs de la Chambre de commerce Canada-Chili (1995-2006), vice-président du conseil d’administration de la Chambre canadienne allemande de l’industrie et du commerce Inc. (2002-2005) et co‑président de la section Canada-Allemagne d’Atlantik-Brücke (2001-2005).

Continuant son intérêt en matière de santé, M. Lalonde fut président du conseil de l’Hôtel-Dieu de Montréal, deuxième plus ancien hôpital du Canada (1984-1996).

Il fut nommé juge ad hoc à la Cour internationale de Justice dans l’affaire de la Compétence en matière de pêcheries (Espagne c. Canada) (1995-1998) et dans l’affaire de la licéité de l’emploi de la force (Yougoslavie c. Canada et al.) (1999‑2005).

Il agit comme envoyé spécial du gouvernement canadien dans le cadre du différend entre le Canada et le Brésil relatif à des avions de transport régional (1998).

Membre de divers organismes : Barreau du Québec (avocat à la retraite), Barreau de l’Ontario (Barreau du Haut-Canada), American Bar Association (membre associé), Association du Barreau canadien, Chambre de commerce de Montréal (1985-1998), Conseil international pour l’arbitrage commercial (ICCA), American Arbitration Association (Corporate Counsel & International Arbitration Committees), conseil d’administration du American Arbitration Association (1987-1999), président du North-American Users Committee of the London Court of International Arbitration (1997-2006), membre du conseil consultatif international du Liu Centre for the Study of Global Issues (UBC) (2000-2005), président du Cinquième Forum des gens d’affaires des Amériques (1999), membre de l’Institut d’arbitrage et de médiation du Canada Inc. (Arb.C./Med.C.), conseil d’administration (conseiller) de l’Institut d’arbitrage et de médiation du Québec, membre correspondant de l’Institut du droit et des pratiques des affaires internationales, Comité canadien d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale et président du Conseil des gouverneurs du congrès de l’ICCA tenu à Montréal en 2006.

Depuis 1986, M. Lalonde a connu une carrière remarquable dans le domaine de l’arbitrage international en matières commerciales et d’investissement. Il a été honoré par ses pairs dans plusieurs publications internationales en étant classé parmi  les meilleurs au monde.

M. Lalonde a participé en tant qu’arbitre, médiateur ou conseiller juridique dans plus de 125 affaires d’arbitrage international sous les auspices de la Chambre de commerce internationale, du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Banque mondiale), de l’American Arbitration Association, de la London Court of International Arbitration et aux termes de l’Accord de libre‑échange nord-américain. Il a aussi fait office d’arbitre dans plusieurs causes d’arbitrage ad hoc, en vertu du règlement d’arbitrage de la CNUDCI.

Sa pratique en arbitrage et en médiation touche notamment les domaines suivants : l’énergie, le pétrole et le gaz, l’électricité, l’énergie nucléaire, l’assurance, le financement, les placements étrangers, les responsabilités des organisations internationales et étatiques, la construction, les services commerciaux, les mines, la technologie, les télécommunications, les services publics, le transport, les contrats de distribution et de fabrication et l’industrie aéronautique.

Il a été le premier  membre étranger du conseil d’administration de l’American Arbitration Association et membre du comité d’avocats d’entreprise ainsi que membre du comité d’arbitrage international de cette association. De 1987 à 2006, il a été le membre canadien du Conseil international pour l’arbitrage commercial (ICCA); il est présentement membre consultatif de ce Conseil. Il a été président du Conseil des gouverneurs du Congrès 2006 de l’ICCA; subséquemment, un prix d’excellence en son nom est maintenant offert annuellement au candidat canadien qui aura présenté le meilleur essai sur une question d'arbitrage commercial international ou d'arbitrage en matière d’investissement. Il a été président du North-American Users Committee of the London Court of International Arbitration (1997-2006). Il est membre de la liste des arbitres prévue par le chapitre 20 de l’Accord de libre-échange nord-américain. Il est également membre du comité consultatif international du International Centre for Dispute Resolution. Il est un arbitre agréé de l’Institut d’arbitrage et de médiation du Canada Inc. et un arbitre agréé du Centre canadien d’arbitrage commercial. Il a été le rédacteur durant de nombreuses années du rapport canadien de l’International Handbook on Commercial Arbitration. Il a écrit nombre d’articles et a donné plusieurs conférences au Canada et à l’étranger sur l’arbitrage commercial international.

En 1986, il a participé activement à faire adopter la loi type de la CNUDCI par le Canada à titre de loi type d’arbitrage international aux niveaux fédéral et provincial.

En 2011, M. Lalonde a reçu de l’American Arbitration Association, le « President’s Award for Outstanding Contribution and Leadership in the Field of Conflict Management ».

Honneurs[modifier | modifier le code]