Marc Laberge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Laberge
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Marc Laberge, né le à Québec, est photographe, ethnographe, conteur et écrivain québécois. En 1993, il fonde le « Festival interculturel du conte de Montréal », le premier du genre au Québec, devenu en 1999, à la suite d'une large croissance, le Festival interculturel du conte du Québec dont il a assuré la direction jusqu'en 2015.

Titulaire d'un doctorat en Arts et traditions populaires de l'Université Laval ainsi que d'une maîtrise en Études des Arts de l'Université du Québec à Montréal, Marc Laberge est également président-directeur de Vidéanthrop[1] depuis sa fondation en 1975.

Photographe et ethnographe[modifier | modifier le code]

Une formation de base en audio visuel amène Marc Laberge dans le monde de l’archéologie qui l’adopte comme photographe pendant de nombreuses années. Ce premier emploi aura une incidence déterminante sur l’évolution de sa carrière.

En 1975, soit deux ans après l’obtention de son Baccalauréat en histoire de l’art, Marc Laberge fonde sa propre entreprise dans le but de produire des documents audiovisuels dans le domaine de l’anthropologie. Vidéanthrop gère aujourd’hui d’importantes collections documentant l’univers concret des Autochtones.

En 1979, il entreprend une maîtrise en Études des arts. Son mémoire qui a pour titre : « La production du fer et de la fonte aux Forges du Saint-Maurice ou la vidéo, un médium privilégié d’interprétation de la recherches », contribuera à renforcer et à confirmer la vocation de son entreprise.

Dans la foulée, il publie en 1999 Affiquets, matachias et vermillon : ethnographie illustrée des Algonquiens du nord-est de l’Amérique aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (Recherches amérindiennes au Québec), illustrée par les dessins de François Girard[2].

Photographe de voyage[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses travaux de recherches sur les Autochtones, Marc Laberge poursuit son métier de photographe dans un autre registre : la photo de voyage. Fasciné par la beauté des paysages sauvages et des phénomènes géologiques, il parcourt le monde pour photographier les plus beaux trésors naturels de la planète. Sensible à la richesse des contacts humains, il va à la rencontre des cultures et des civilisations et souligne par ses images fabuleuses combien l’unicité des peuples se fonde dans la diversité des cultures.

Au retour de ces plongées passionnantes dans des ailleurs toujours renouvelés, il retrouve avec plaisir son Québec natal et n’a de cesse de partir en quête de l’originalité et des racines de sa « belle province ». Son Québec en 35 ans de photos témoigne d’un présent teinté d’histoire et tourné vers un avenir balancé entre traditions et modernisme.

Ses routes sont celles que tracent ses pas guidés par son amour de la nature et le hasard des rencontres. Le regard qu’il pose sur le pays et les gens est celui d’un voyageur qui marche hors piste et découvre une réalité quotidienne à cent lieues des clichés touristiques.

En 2004, il remporte le 1er prix du concours Photo Adventura 2004 avec la photographie Le portrait de l'aïeule (Chine, Yunnan)[3]. Ce prix (catégorie Aventure humaine) récompense l'excellence des travaux des photographes d'aventure.

Conférencier[modifier | modifier le code]

Depuis plus de vingt-cinq ans, Marc Laberge partage sa vision de monde à l’occasion de conférences-photos et d’expositions. À ce jour, il propose quelque soixante dix sujets empruntés à ses photos de voyages allant du Québec jusqu’en Mongolie, en passant par l’Amérique centrale, l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Extrême-Orient.

Ses expositions sont représentatives de ses multiples périples : « Québec insolite », « Autour du monde », » Le carnaval de Venise », « Sur les chemins du monde », « Pays et gens du monde », « Regards d’un Canadien sur le Liban », « Sourires de Cuba », Ensorceleuse Italie », « Le Mexique des Rois Mages », « Fabuleuse mystérieuse et mythique Islandes »…

Conteur[modifier | modifier le code]

Lors de ses conférences photos, l'intensité de ses aventures autour du monde, sa faconde et son contact chaleureux avec les gens ont donné une telle dimension à ses seuls récits qu’un jour, il a traversé l'image pour passer à la seule oralité, rejoignant ainsi le monde des conteurs. Non pas dans le rang des conteurs traditionnels, mais du côté des conteurs qui imaginent des histoires à partir de la réalité, à partir des faits qui ont marqué leur mémoire.

Avec des contes tragiques, des récits de vie ou d'aventures, des récits de forêt et de froid, des contes de sagesse, des histoires inventées en français, en anglais, en italien et en espagnol, il participe régulièrement à plusieurs festivals en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Afrique. À travers l'atelier « Récits de vie », Marc Laberge initie les personnes intéressées à l’art du conte.

Son œuvre dans le monde du conte lui vaut en 2006 le Prix Jocelyn Bérubé[4] (Québec) et en 2009, le Prix de l’Acadie-Québec.

Écrivain[modifier | modifier le code]

Marc Laberge est également auteur. Entre deux expéditions, entre deux spectacles, il signe un roman, des récits d'aventures et des recueils de contes. Une ethnographie illustrée, des reportages, et des contes, encore des contes... Lauréat de plusieurs prix internationaux, il a reçu le prestigieux prix Saint-Exupéry en 1995 (France), et en 2006, le prix Jean de La Fontaine (France) pour son livre La baleine d’Aubert[5] (Éditions Trois-Pistoles, 2005) et le Prix Jocelyn Bérubé (Québec).

Marc Laberge est l’auteur de nombreux articles dans la revue La Grande Oreille (France), consacrée au conte.

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Lauréat du Prix de l'Acadie-Québec en 2009[6]
  • Lauréat du Prix Jean de la Fontaine en 2006 pour La baleine d’Aubert[7] Éditions Trois-Pistoles
  • Premier prix du concours Photo Adventura 2004 avec la photographie Le portrait de l'aïeule (Chine, Yunnan)
  • Lauréat du Prix Saint-Exupéry francophonie en 1995 et finaliste pour le prix Christie pour Le Glacier, Québec-Amérique-Jeunesse[8]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]