Marc Légasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Légasse
Marc-legasse.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
Manuel ErobiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Enfant

Marc Légasse, né à Paris le [1] et mort en 1997 à Sare, est un écrivain et militant politique basque-français du Pays basque. Il est le fondateur du mouvement autonomiste au Pays basque français après la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, mort en 1939, est le fondateur d'une compagnie de morutiers à Saint-Pierre-et-Miquelon et Pasaia. Marc Légasse prend alors la direction des « Entreprises maritimes basques » à Ciboure.

Pour sa participation à la Seconde Guerre mondiale, il reçoit la croix de guerre 1939-1945 en 1940. Il s'investit aussi dans la parution de la revue Aintzina. En 1942], il se marie avec Veronica de la Sota, fille d’un président de la députation provinciale de Biscaye. En , son frère est tué par une mine en Italie.

En 1945, il se présente comme nationaliste basque aux élections cantonales en défendant l'idée de la création d’un département basque.

En 1946, il adresse au président José Antonio Aguirre une lettre de critiques sur son gouvernement d'exil. En 1952, il le reçoit à son domicile à Sare pour trouver un accord sans succès de la création d'un mouvement abertzale (patriotique) au Pays basque français.

Puis il se marie à Jacqueline Laruncet, fille de Jacques Laruncet, directeur de la maison Molyneux, célèbre parfumeur des années 1920, à Paris. Son fils Périco Légasse, né le à Boulogne-Billancourt, est un journaliste et critique gastronomique français.

Malade, il meurt dans son lit au début du printemps 1997.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Les séparatistes : 1 act1, Hordago, Bayonne, 1950
  • La petite sirène au peigne et au miroir d'or sur la légende de la sirène des Légasse de la villa Mauresque d'Hendaye
  • Le Basque récalcitrant et le coq gaulois[2]
  • Concerto guerrillero pour un pays qui n'existe pas, avec Emilio López Adán, Bayonne, Maiatz, 1984.
  • Les cavaliers de Guernica, Paris : Jérôme Martineau, 1970.
  • Euzkadi, ma patrie et autres contes, avec Jacques Légasse, Bayonne, Presse, 1944.
  • Gastibeltzaren karabinak avec Maskarada Taldea, Lasarte-Oria, Susa, Antzerkia
  • Les carabines de Gastibeltsa[3], Paris, R. Laffont, 1977.
  • Las carabinas de Gastibeltsa : concierto barroco para txalaparta, avec Virginia Martínez, San Sebastian, Txertoa, 1978
  • Paroles d'un anarchiste basque, 1948[4]
  • Euskararen ebangelio eta apokalipsia = Evangelio y apocalipsis del euskara, San Sebastián, Txertoa, L.G. 1979.


Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Pouyet, « Marc Légasse, soldat et écrivain engagé », sur un site du journal Sud Ouest, (consulté le 24 juin 2017).
  2. « Le Basque récalcitrant et le coq gaulois », sur decitre.fr (consulté le 24 juin 2017).
  3. « Les carabines de Gastibeltsa », sur decitre.fr (consulté le 24 juin 2017).
  4. « Paroles d'un anarchiste basque », sur le blog retours-vers-les-basses-pyrenees.fr, (consulté le 24 juin 2017).