Marc Desgrandchamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marc Desgrandchamps
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activités
Formation

Marc Desgrandchamps, né le 31 janvier 1960 à Sallanches, est un peintre et graveur français .

Après avoir effectué ses études à l'École des beaux-arts de Paris de 1978 à 1981, il vit et travaille à Lyon[1].

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Peintre de la transparence, de l'évanescence, des « fantômes liquides »[2] : ces qualificatifs reviennent souvent chez les critiques d'art qui reconnaissent en lui un peintre à la démarche particulièrement inventive et spectaculaire.

Desgrandchamps peint des figures laissant voir à travers elles que le minéral, les arbres, les autres, les objets continuent à exister. Sa peinture faite de jus très liquides crée des coulures, qu'il dit ne plus voir, mais qui participent à l'impression d'un monde à la fois très vivant et au bord de la disparition.

Expositions individuelles et collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

Marc Desgrandchamps a participé à de nombreuses expositions. Deux rétrospectives lui ont été consacrées ces dernières années dans de grandes institutions françaises.

Il a été représenté pendant 20 ans (1995-2015) par la galerie Zürcher. Il a rejoint la Galerie Lelong en janvier 2016[6].

Depuis 2010, son travail est documenté sur le Réseau documents d'artistes.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

  • 1995 : « Marc Desgrandchamps », première[9] exposition personnelle à la galerie Zürcher, Paris

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Collections (sélection)[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Catalogues[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Vincent Corpet, Marc Desgrandchamps, Pierre Moignard, préface Bernard Ceysson, textes Fabrice Hergott et Didier Ottinger ; édité à l'occasion de l'exposition dans les Galeries contemporaines du Musée national d'art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, 63 p.
  • 2004 : Marc Desgrandchamps, entretien avec Thierry Raspail et Isabelle Bertolotti, textes de Pierre Sterckx, Fabrice Hergott, Erik Verhagen et Benoît Decron, monographie, Flammarion, Paris (ISBN 2-080113445), 160 p.
  • 2006 : Marc Desgrandchamps, textes de Catherine Millet et Jean-Pierre Bordas (langues (fr) et (en)), exposition à l'Espace 315 du Musée national d’art moderne, Centre Georges-Pompidou, du 9 janvier au 6 mars, éditions du Centre Pompidou, Paris, 80 p.
  • 2007 : Un état des choses, entretiens avec Frédéric Bouglé, à l’occasion de l’exposition au Creux de l’Enfer, du 13 juin au 16 septembre, collection Mes pas à faire, éditions Creux de l’enfer, Thiers, 183 p.
  • 2007 : Marc Desgrandchamps. Gouaches 2001-2006, texte de Anne Bertrand (langues (fr) et (en)), exposition du musée Baron Martin, Gray, 2006, Crac, édition Montbéliard, 72 p.
  • 2008 : Marc Desgrandchamps, essai de Frank Schmidt (langues (fr) et (en)) accompagné de 34 illustrations, exposition de la galerie Zürcher, Paris, du 19 janvier au 15 mars, coédition Panama musées et galerie Zürcher, 34 p.
  • 2009 : Marc Desgrandchamps, textes par David Cohen (langue (en)), exposition au Zürcher Studio à New York, du 9 mai au 24 juin, éditions galerie Zürcher, 16 p.
  • 2011 : Marc Desgrandchamps. Notes d’atelier, édition établie par Pascale Le Thorel, à l'occasion de l'exposition au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, du 12 mai au 4 septembre, Actes Sud, 256 p.
  • 2016 : Marc Desgrandchamps. Soudain hier, Lelong Editions, coll. Repères, (langues (fr) et (en)) (ISBN 9782868821256), 80 p.
  • 2017 : Lignes. Ecrits et entretiens, de Marc Desgrandchamps, Lelong Editions,(langues (fr))

Articles[modifier | modifier le code]

  • 2001 : art press, no 268 (mai), « Les fantômes liquides de Marc Desgrandchamps » par Richard Leydier, p. 29 à 33
  • 2003 :
    • « (R)appels », L'Œil, no 553 (décembre)
    • « Les Français présents en nombre », Le Journal des arts, no 168 (4 avril)
  • 2006 : « Opération séduction », Le Journal des Arts, no 243 (22 septembre)
  • 2007 : « Sous le soleil », Le Journal des arts, no 263 (6 juillet)
  • 2008 : Chronique d'Olivier Cena sur Marc Desgrandchamps, Télérama, no 3029 (2 février)
  • 2010 : « Le Maître du Suspense » par Olivier Cena, Télérama, no 3129 (2 janvier)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site fundacio-stampfli.org, Marc Desgrandchamps lire en ligne (consulté le 28 mai 2010).
  2. Voir dans Articles : Richard Leydier, art press de mai 2001.
  3. Voir sur le site du Centre Pompidou, exposition du 11 janvier au 6 mars (consulté le 28 mai 2010).
  4. Musée d'art moderne de la Ville de Paris
  5. Marc Desgrandchamps sur Télérama
  6. Eric Tariant, « Marc Desgrandchamps, Peintre », Le Journal des Arts, no 451,‎ .
  7. Site artclair.com, Fabrice Hergott, « (...) il dirige pendant deux ans la Maison de la culture de Saint-Étienne. En 1985, il y présente les peintures de Markus Lüpertz, puis, la même année, trois peintres français, Vincent Corpet, Marc Desgrandchamps et Pierre Moignard. Une répétition pour l’exposition controversée qu’il organise à Beaubourg en 1987, deux ans après son arrivée. » lire en ligne (consulté le 28 mai 2010).
  8. Site ville de Saint-Étienne, archives : histoire de la maison de la culture lire en ligne (consulté le 28 mai 2010).
  9. Site artpointfrance.org, Marc Desgrandchamps, lire en ligne (consulté le 28 mai 2010).
  10. Sur le site de la galerie Metropolis, avril-mai 2003 (consulté le 29 mai 2010).
  11. (en) Sur le site de la galerie Zürcher, (consulté le 28 mai 2010).
  12. (en) Sur le site d'arTslanT, Today Art Museum (TAM), Exhibition Detail (consulté le 28 mai 2010).
  13. Sur le site de L'Art et la Manière, Arte (consulté le 28 mai 2010).
  14. [1]
  15. [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]