Marc-Renier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc-Renier
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Drapeau de l'Allemagne Cologne
Nom de naissance
Marc-Renier WarnautsVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Marc-RenierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Rochefort (jusqu'en ), Spa (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Fratrie
Parentèle
Remacle Le Loup (ancêtre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Genre artistique
Œuvres principales

Marc-Renier Warnauts, dit Marc-Renier, né le à Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), est un auteur de bande dessinée réaliste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc-Renier Warnauts naît le à Cologne[1]. Issu d'une famille d'artistes dont les deux frères font de la bande dessinée : Roland et Éric. Marc-Renier Warnauts suit trois ans d'études à l'École supérieure des arts Saint-Luc de Liège dans la section arts plastiques[1].

Dans les journaux et revues[modifier | modifier le code]

Marc-Renier Warnauts débute dans la bande dessinée dès 1982 en adoptant son prénom comme pseudonyme et se retrouve au sommaire de périodiques tels que Tintin[2] et Super Tintin[3] pour lesquels il réalise seul une série des Contes et légendes du Moyen Âge[4], rassemblés par la suite en trois recueils édités dans la collection « Histoires et Légendes » aux éditions du Lombard (1985-1989) ainsi que divers récits authentiques avec le scénariste Yves Duval de 1983 à 1985. Il publie sont premier album Le Crapaud dans la collection « 1/1 Comics » aux éditions Jonas en 1983 ainsi que Le Reflet scénarisé par Yvan Hasse aux éditions du Miroir, un autre petit éditeur de Waterloo, la même année. En 1985, il réalise la couverture et la page de garde du quatrième tome de la série Michaël Logan : Elfaniel de feu André Beautemps. Il fait son entrée dans le magazine (À suivre)[5] en 1986 où il publie un one shot La Nuit des frelons sur scénario de Gérard Dewamme et publié aux éditions Casterman en 1987. Il enchaîne avec La Traque publié aux éditions du Miroir en 1988. Il crée, en 1989, avec le scénariste Frank Giroud, le personnage de Jackson[6] — un jeune trappeur métis[7] —, la série est prépubliée dans Hello Bédé[2], trois albums sont publiés aux éditions du Lombard de 1989 à 1991 et le quatrième ne connaît qu'une version de luxe aux éditions Wonderland[8] au tirage limité en 1995 avant d'être réédité tardivement par les éditions Loup en 2002. Puis, il publie en noir et blanc Shosha[9] dans la collection « Marque noire » aux éditions du Lombard en 1990 et la même année, il fait son entrée dans le revue Vécu[10] où, sur un scénario de Patrick Cothias et Goué-Dard, il entame la série Le Masque de fer qui intègre le cycle des Sept Vies de l'Épervier, 6 albums dans la collection éponyme sont publiés aux éditions Glénat de 1991 à 2001. En 1992, il participe à la nouvelle mise en couleur de Corentin de Paul Cuvelier[11] et crée Le Cœur mangé, un roman graphique qui conte les relations de Catherine avec son geôlier sur un scénario de Denis Lapière prépublié dans Hello Bédé en 1991[2] et publié aux éditions du Lombard en 1992[12]. Parallèlement, en compagnie de Rodolphe, il illustre le premier volume de Melmoth : Sur la route de Londres, publié en album aux éditions Dargaud en 1990 et republié dans Hello Bédé en 1993. L'album est couronné du Prix regards chrétiens sur la bande dessinée en 1991. Puis la série est abandonnée[13] après le deuxième tome Mary Shilling (1992). En 1994, il entame avec son frère Éric, un roman graphique Ombres et Désirs qui dépeint un ambigu ménage à trois, paru dans (À suivre)[5] qui sort en album de manière tronquée chez Casterman en septembre 1996 et qui lui vaut le prix du public au Festival de Durbuy la même année. Parallèlement, il illustre à l'aquarelle Han voûtement sur des textes de Gérard Dewamme qu'il retrouve pour l'occasion aux éditions des Grottes de Han en 1995. Toujours avec Warnauts, il publie dans les derniers numéros de la même revue en 1997 Là où meurent les anges[5], un récit dont l'action se déroule aux États-Unis au début des années 1960 et qui reste inédit en album.

Avec différents scénaristes (1999 - )[modifier | modifier le code]

Marc-Renier s'associe au scénariste Yves Swolfs pour créer Black Hills, un western dont il réalise seul le quatrième tome paru dans la collection « Grafica » aux éditions Glénat (1999-2005). Il dessine Le Dernier visiteur de George Sand, scénario de Rodolphe dans la collection « Monum » aux éditions du Patrimoine en 2006. Avec le même scénariste, il crée l'année suivante Mary Céleste : Les Enfants sauvages aux Éditions Albin Michel. Il entame une nouvelle collaboration avec la scénariste Virginie Cady pour Clandestine[14] aux éditions Futuropolis en 2009, la série est abandonnée après cette première partie. Ensuite, il dessine la série Média qui ne verra qu'un titre paraître avant d'être abandonnée L'Idéaliste[15] sur un scénario de Philippe Richelle pour la collection « Grafica » aux éditions Glénat en 2010. Puis vient Klimt[16],[17], une biographie du peintre éponyme scénarisée par Jean-Luc Cornette pour la collection « Les grands peintres » aux éditions Glénat en 2017. Il crée la série O'Sullivan avec le scénariste Rodolphe et publie le premier tome Mary-Mae[18] dans la collection « Histoire & Histoires » aux éditions Delcourt en 2021.

Marc-Renier participe à différents albums collectifs dont Les Aventures du latex (1991) ; Rire c'est rire (1995) ; Carrément Bruxelles (2005) ; 62 Auteurs de Boulogne Dessiné (2010) ; 1914-1918, mon papa en guerre (2012) ; En chemin elle rencontre... : Les artistes se mobilisent pour l'égalité femme-homme (2013) ; Il était une fois 1914[19],[20] (2014).

Marc-Renier travaille à l'atelier Armageddon[21] qu'il partage avec Batem, Clarke, Marco Venanzi, Benoît Ers, Ludo Borecki, Johan Pilet, Corentin Longrée et Mathieu Barthélémy à Liège[22].

Selon Patrick Gaumer « Marc-Renier s'impose comme l'un des principaux artisans du renouveau de la bande dessinée belge classique. » et qualifie son trait de sûr[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marc-Renier ayant passé une dizaine d'années à Rochefort vit à Spa avec Marie-Noëlle Bastin, sa coloriste sur de nombreux albums depuis 2013[23],[24].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Les Yeux du marais, 1985 (ISBN 2-8036-0499-X)
  2. Le Cri du faucon, 1987 (ISBN 2-8036-0600-3)
  3. La Danse de l'ours, 1989 (ISBN 2-8036-0787-5)
  • Shosha, collection « Marque noire » , Le Lombard, 1990
  1. Mary-Mae, 2021[29] (ISBN 978-2-413-00256-7)

Collectifs[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Je bouquine no 84 en 1991.
  • Thérèse D'Avila par Elisabeth Reynaud, Mame, coll. « Passeur de lumière », 1994 (ISBN 9782728906024)
  • Han voûtement, Domaine des Grottes de Han, Han-sur-Lesse, 1995
    Scénario : Gérard Dewamme - Dessin et couleurs : Marc-Renier.

Para BD[modifier | modifier le code]

À l'occasion, Marc-Renier réalise des portfolios, ex-libris, cartes postales, marque-pages, jaquettes[33] et des affiches[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Invité d'honneur au 9e festival BD de Ganshoren, Marc-Renier monte l'exposition Les Sentiers de la mémoire et réalise l'affiche du festival en  ;
  • Klimt dans le cadre du festival Bulle Berry, Musée du Berry, Bourges du au [34].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dictionnaire mondial de la bande dessinée 2010, p. 561.
  2. a b et c Bernard Coulange, « Warnauts Marc-Renier dans Tintin », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  3. a et b Bruno Lemaître, « Marc-Renier - biographie - bibliographie - affiches », OpaleBD,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 102.
  5. a b et c Bernard Coulange, « Warnauts Marc-Renier dans (A suivre) », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  6. Bernard Coulange, « Jackson dans Tintin », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  7. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 149.
  8. BDM 2023-2024, p. 648.
  9. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 156.
  10. Bernard Coulange, « Warnauts Marc-Renier dans Vécu », sur bdoubliees.com (consulté le ).
  11. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 172.
  12. Un demi-siècle d’aventures t. 2 : 1970 - 1996, p. 169.
  13. « Melmoth », sur BD Gest' (consulté le ).
  14. a et b L. Gianati, « Les chroniques BD Gest' Tome -1- Première partie », BD Gest',‎ (lire en ligne).
  15. P. Virgilio, « Les chroniques BD Gest' Tome -1- L'idéaliste », BD Gest',‎ (lire en ligne).
  16. a et b Jacques Schraûwen, « Klimt », RTBF, (consulté le ).
  17. a et b Didier Pasamonik, « La folie des biographies », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. J. Milette, « Les chroniques BD Gest' Tome -1- Mary-Mae », BD Gest',‎ (lire en ligne).
  19. a et b Christian Sonon, « Il était une fois...neuf histoires », sur wawmagazine.be, (consulté le ).
  20. « Une BD intitulée "Il était une fois 1914" par l'Abbaye de Stavelot », sur ardenneweb.eu, (consulté le )..
  21. « L’Atelier Armageddon s’expose au Casse Du Siècle à Liège », sur ActuaD, (consulté le ).
  22. Alexis Seny, « Clarke: « Accepter la réalité, c’est vital dans une série aussi longue que Mélusine » », Branchés Culture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Rencontre avec Marc-Renier Warnauts », Réalités,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Brigitte Lousberg, « De l'eau à nouveau dans les lavoirs du Vieux-Spa », sur Vedia, (consulté le ).
  25. Shelton, « Ombres et désirs de Éric Warnauts (Scénario), Marc-Renier (Dessin) », sur critiqueslibres.com, (consulté le ).
  26. Jean-Pierre Fuéri, « Swolf près de ses Sioux », BoDoï, no 23,‎ , p. 11.
  27. Thierry Bellefroid, « « La voie du guerrier », tome 2 de la série « Black Hills » par Yves Swolfs et Marc-Renier, chez Glénat. », BDParadisio,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Olivier Maltret, « Les Rouges et les Noirs », BoDoï, no 60,‎ , p. 14.
  29. « O'Sullivan », sur BD Gest' (consulté le ).
  30. « Les Aventures du latex », sur BD Gest' (consulté le ).
  31. « Rire c'est rire », sur BD Gest' (consulté le ).
  32. Edmond Finné, « Il était une fois 1914 », La DH Les Sports+,‎ (lire en ligne).
  33. « Marc-Renier - Le Para-BD », sur BD Gest' (consulté le ).
  34. « Musée du Berry Exposition Bulle Berry: « Klimt » de Marc-Renier », sur route-jacques-coeur.com/ (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • Alvarez Ricardo, « L'automne indien », Vécu, Glénat, no 18,‎ , p. 19
  • Olivier Bailly Olivier, « La huitième vie de Marc-Renier », Vécu, Glénat, no 26,‎ , p. 7376
  • Alvarez Ricardo, « Le western dans tous ses états », Vécu, Glénat, no 31,‎ , p. 18-26.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Rencontre avec Marc-Renier Warnauts », Réalités,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • David Taugis, « O’Sullivan T. 1 : Mary-Maë - Par Rodolphe & Marc-Renier », ActuaBD,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • F. Bonivert, « "O'Sullivan" la nouvelle BD dessinée par Marc Renier », RTC-Télé Liège,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :