Marc-Emile Ruchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marc-Emile Ruchet
Illustration.
Marc-Emile Ruchet
Fonctions
36e conseiller fédéral

(12 ans, 6 mois et 12 jours)
Élection
Réélection


Prédécesseur Eugène Ruffy
Successeur Camille Decoppet
Chef du Département de l’Intérieur

(6 mois et 12 jours)
Prédécesseur Josef Anton Schobinger
Successeur Camille Decoppet

(5 ans)
Prédécesseur Ludwig Forrer
Successeur Josef Anton Schobinger

(4 ans)
Prédécesseur Adrien Lachenal
Successeur Ludwig Forrer
Président de la Confédération suisse

(un an)
Réélection
Vice-président Ludwig Forrer
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Ludwig Forrer

(un an)
Élection
Vice-président Ludwig Forrer
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Ludwig Forrer
Chef du Département politique

(un an)
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Ludwig Forrer

(un an)
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Ludwig Forrer
Chef du Département des Finances et des Douanes

(un an)
Prédécesseur Robert Comtesse
Successeur Robert Comtesse
Conseiller aux États

(3 ans et 24 jours)
Législature 17e (1896-1899)
18e (1899-1902)

(6 ans, 5 mois et 27 jours)
Législature 13e (1884-1887)
14e (1887-1890)
15e (1890-1893)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bex (Suisse)
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Bex (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti radical-démocratique
Profession Homme politique

Marc-Emile Ruchet
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Marc-Emile Ruchet né le à Bex et mort dans la même ville le , est une personnalité politique suisse, membre du parti radical-démocratique.Il est connu pour être président de la confédération en 1905 et 1911.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc-Emile Ruchet après avoir fait ses études de droit à Lausanne et à Heidelberg, revient à Lausanne pour y pratiquer le barreau. Membre de la Société d'étudiants Helvétia, il entre en 1876 dans l'étude de Louis Ruchonnet, d'abord comme stagiaire puis comme associé, enfin, dès 1881, comme successeur. Député en 1882, il préside simultanément le Conseil communal de Lausanne et le Grand Conseil, en 1887.

Marc-Emile Ruchet est élu au Conseil d'État en 1887, il y reste jusqu'en 1894 alors qu'il reprend le Département de l'instruction publique et des cultes. On lui doit la nouvelle École normale, la gratuité des écoles enfantines et la loi sur la conservation des monuments historique. Président du gouvernement en 1898, il est délégué au Conseil des États de 1887 à 1894 et de 1896 à 1899. Il occupe plusieurs sièges de conseils d'administration du secteur parapublic, comme à la Banque cantonale vaudoise ou à la compagnie de chemins de fer de la Suisse occidentale et du Simplon. Dès 1881, Marc Ruchet est membre du conseil de surveillance de la Banque cantonale vaudoise, et, dès 1883, de la commission centrale d'impôts. Il remplit ces fonctions jusqu'à son entrée au Conseil d'État, au mois de février 1894, après l'élection d'Eugène Ruffy au Conseil fédéral.

En 1899 il est élu conseiller fédéral en remplacement d'Eugène Ruffy. Président de la Confédération en 1905. Son nom est attaché à la loi sur les forêts (1902) et à la fondation de la Ligue pour la conservation de la Suisse pittoresque (1905), à l'origine du Heimatschutz. Il conduit tout au long de son parcours bernois les destinées du Département de l'intérieur. Franc-maçon, il est membre de la Loge "Liberté" de Lausanne, appartenant à la Grande Loge suisse Alpina. Il est aussi Lieutenant-colonel de la justice militaire.

Affecté par le décès de son épouse en 1909, et atteint dans sa santé, il annonce en 1912 sa démission avant de mourir quelques jours plus tard.

Sources[modifier | modifier le code]