Marc-André Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury.

Marc-André Fleury

Marc-André Fleury avec les Penguins de Pittsburgh

Fleury avec les Penguins de Pittsburgh en 2011

Surnom(s) Flower[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 28 novembre 1984,
Sorel (Canada)
Joueur
Position Gardien de but
Attrape de la Gauche
Équipe LNH Penguins de Pittsburgh
A joué pour Penguins de WBS (LAH)
Repêc. LNH 1er choix au total, 2003
Penguins de Pittsburgh
Carrière pro. Depuis 2003

Marc-André Fleury (né le 28 novembre 1984 à Sorel au Québec, Canada) est un joueur professionnel de hockey sur glace canadien en Amérique du Nord. Premier choix des Penguins de Pittsburgh de la Ligue nationale de hockey lors du repêchage de 2003, il fait ses débuts au poste de gardien de but avec l'équipe de Pennsylvanie en 2003-2004 mais ne devient gardien régulier de la franchise qu'au cours de la saison 2005-2006.

Finalistes de la Coupe Stanley lors de la saison 2007-2008, Fleury et les Penguins remportent le trophée à l'issue de l'édition suivante en prenant leur revanche sur les tenants du titres, les Red Wings de Détroit. Avec l'équipe du Canada, il remporte deux médailles d'argent aux championnats du monde junior 2003 et 2004, étant élu meilleur joueur en 2003. Également sélectionné pour disputer les Jeux olympiques de 2010 à Vancouver, il remporte la médaille d'or même s'il ne joue aucun match.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Marc-André est le fils de France Cardin et André Fleury et il naît à Sorel dans la province du Québec le 28 novembre 1984[2]. Il débute le hockey à l'âge de 6 ans en jouant en attaque mais il est rapidement attiré par le poste de gardien de but. Pendant deux saisons, il joue au baseball en tant que receveur avant de retourner jouer au hockey sur glace[3].

En 1999-2000, il joue avec les Riverains du collège Charles-Lemoyne dans la Ligue midget[Note 1] AAA[Note 2],[5]. Le 8 janvier 2000, il réalise le premier blanchissage[Note 3] de sa carrière lors d'une victoire 4-0 contre les Jonquières de Sainte-Catherine[6]. Fleury est nommé meilleur joueur de son équipe[7] puis est choisi lors du repêchage[Note 4] par les Screaming Eagles du Cap-Breton de la Ligue de hockey junior majeur du Québec[3]. Il est le seizième joueur sélectionné[8].

Ses débuts dans la LHJMQ (2000 à 2002)[modifier | modifier le code]

Fleury arrive donc en Nouvelle-Écosse, au sein de l'équipe de l'Île du Cap-Breton, une ville située à plus de 1 200 kilomètres de Sorel et il doit apprendre à parler anglais pour s'intégrer[3]. Pascal Vincent, l'entraîneur de l'équipe, pense dans un premier temps utiliser le jeune joueur de 15 ans comme gardien de secours mais devant ses performances aux entraînements et matchs de pré-saison, l'équipe décide d'échanger son gardien numéro un[3] et Fleury se partage la majorité des matchs de la saison avec Daniel Boisclair[9]. Deuxièmes de la division Maritime dans la conférence Dilio, les Screaming Eagles sont qualifiés pour les séries éliminatoires de la LHJMQ. Ils passent le premier tour en battant les Saguenéens de Chicoutimi en sept rencontres mais sont éliminés au second tour par le Titan d'Acadie-Bathurst en cinq rencontres[10].

Lors de la deuxième saison que Fleury joue avec l'équipe de Cap-Breton, en 2001-2002, les Screaming Eagles finissent à la troisième place de la division et sont qualifiés de justesse. Ils passent cependant le premier tour en éliminant le Drakkar de Baie-Comeau en cinq matchs puis ils éliminent les Mooseheads de Halifax en six rencontres. Ils jouent ainsi en finale de conférence contre le Titan qui les élimine une nouvelle fois en cinq dates[10].

Sa première sélection internationale (2002-2003)[modifier | modifier le code]

Fleury connaît en 2002-2003 sa meilleure saison personnelle dans le circuit junior. Ainsi, début décembre 2002, il est nommé pour participer au championnat du monde junior 2003 qui est prévu pour la fin du mois à Halifax et Sidney en Nouvelle-Écosse[11]. Il joue cinq des six matchs de son équipe en étant laissé au repos pour la troisième rencontre contre l'équipe d'Allemagne ; il est alors remplacé par David LeNeveu[12]. Il ne perd pas un seul match de la première poule blanchissant les tchèques[13] et inscrivant même une passe décisive sur un but de Scottie Upshall lors du premier match du tournoi, une victoire 8-2[14]. Lors du quatrième et dernier match de poule, contre l'équipe de Finlande, Fleury est laissé au repos en raison d'une grippe intestinale ; LeNeveu est donc aligné en début de partie mais au bout de trente minutes de jeu, il accorde deux buts en moins de deux minutes et l'entraîneur du Canada, Marc Habscheid, décide d'envoyer le gardien québécois sur la glace. Il joue ainsi la dernière demi-heure de la rencontre, réalise treize arrêts sur autant de tirs[3] et permet aux siens de remporter les quatre rencontres[15].

Premiers de leur poule, les Canadiens sont immédiatement qualifiés pour les demi-finales et ils y battent les États-Unis sur le score de 3-2 avant de retrouver les russes en finale. Ces derniers sont guidés par Aleksandr Ovetchkine et ils battent les locaux canadiens sur le score de 2-3[16]. Malgré cette défaite en finale, Fleury est désigné meilleur gardien[17], meilleur joueur et dans l'équipe type du tournoi en compagnie des défenseurs Joni Pitkänen (Finlande) et Carlo Colaiacovo (Canada) et de Igor Grigorenko (Russie), Upshall (Canada) et Iouri Troubatchiov (Russie)[18].

De retour dans la LHJMQ, il participe en cours de saison au match des meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey, association dont dépend la LHJMQ[7]. L'équipe termine à la dernière place de la division Atlantique mais est néanmoins qualifiée pour les séries ; elle tombe au premier tour contre les Mooseheads en quatre rencontres[19]. Fleury reçoit tout de même les honneurs de la LHJMQ en fin d'année en se voyant remettre la Coupe Telus qui récompense son travail défensif dans l'équipe[20] ainsi que le trophée Michael Bossy du meilleur espoir de la ligue[20]. Il est également sélectionné dans la seconde équipe type de la ligue ; Adam Russo portier du Titan, étant sélectionné dans la première[21].

Fin juin 2003, la Ligue nationale de hockey organise son repêchage d'entrée et les Penguins de Pittsburgh décident le jour même du repêchage de faire un échange massif de joueurs avec les Panthers de la Floride. Mikael Samuelsson, ainsi que les futurs choix des premier et deuxième tours des Penguins sont échangés en retour des premier et troisième choix des Panthers. Ainsi, les Penguins choisissent Fleury en tant que tout premier choix et Daniel Carcillo 73e joueur lors de la troisième ronde alors que les Panthers sélectionnent Nathan Horton en tant que troisième joueur et Stefan Meyer 55e joueur du repêchage[22],[23]. Marc-André Fleury devient alors le troisième gardien de l'histoire à être choisi au premier rang après Michel Plasse en 1968 et Rick DiPietro en 2000[24]. Il est également le septième joueur de l'histoire de la LHJMQ à être sélectionné au premier rang d'un repêchage[25],[26].

Ses débuts dans la LNH (2003-2004)[modifier | modifier le code]

Fleury joue son premier match dans la LNH dès le début de la saison 2003-2004, le 10 octobre 2003, et malgré 45 arrêts sur 48 tirs et l'arrêt d'un tir de pénalité, son équipe perd la rencontre 3-0[7],[27]. Il gagne cependant son deuxième match contre les Red Wings de Détroit sur le score de 4 buts à 3[7]. Contre les Blackhawks de Chicago, le 30 octobre, au cours de son sixième match, il réalise son premier blanchissage au cours d'une victoire 1 à 0 avec 20 arrêts à son actif[1],[28]. Il récolte l'honneur de recrue[Note 5] du mois d'octobre[1].

Fleury joue dix sept rencontres entre le début de la saison et mi-décembre[29] avant de rejoindre pour l'édition 2004 du championnat du monde junior en compagnie de Maxime Talbot, autre choix de repêchage des Penguins en 2002. Le tournoi se joue à Helsinki en Finlande et les vice-champions du monde ouvrent le tournoi contre l'équipe locale avec un blanchissage de Fleury 3-0[30]. Après une nouvelle victoire lors du deuxième match, le nouveau gardien de Pittsburgh est laissé au repos pour la troisième date contre l'Ukraine puis revient au jeu pour la victoire canadienne lors de la quatrième et dernière rencontre de la première phase. Le Canada accède une nouvelle fois à la finale du tournoi après avoir éliminé les Tchèques en demi-finale et il y retrouve les États-Unis. Alors que le score est de 3-3 et à cinq minutes de la fin, les Américains par l'intermédiaire de Patrick O'Sullivan viennent presser haut Fleury ; en tentant de dégager le palet de sa zone, il envoie la rondelle sur le dos de son défenseur Braydon Coburn et elle rentre dans le but scellant par là même l'issue du match et la victoire américaine[31].

Lors de son retour avec les Penguins en janvier, Fleury ne joue que trois matchs avec Pittsburgh avant de repartir jouer dans la LHJMQ. Avant le début de la saison, il a signé un contrat qui lui permet de toucher un bonus de trois millions de dollars s'il joue vingt-cinq matchs. De plus, Fleury ne se maintient pas à son niveau du début de saison : lors du premier match après le championnat du monde, il concède quatre buts au début du troisième tiers-temps en cinq minutes de jeu pour une défaite finale 4-2 contre le Wild du Minnesota. Quelques jours plus tard, il concède six buts en deux périodes pour une nouvelle défaite 6-5 des Penguins contre les Sénateurs d'Ottawa[32].

Fleury parvient à retrouver son jeu dans la LHJMQ et il termine sa courte saison dans le junior avec une fiche de huit victoires, une défaite et deux matchs nuls[33]. Premiers de leur division lors de la saison régulière, les Screaming Eagles accèdent directement au quart-de-finale des séries mais ils perdent en 3 victoires à 4 face aux Saguenéens de Chicoutimi[19]. Le jeune gardien québécois ne joue que quatre matchs dont un seul se termine par une victoire[34].

Suite à cette élimination précoce, l'organisation des Penguins de Pittsburgh décide de continuer à lui donner de l'expérience et il est appelé pour jouer avec les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton, leur équipe affiliée dans la Ligue américaine de hockey[35]. Il rejoint alors l'effectif « réserve » de Pittsburgh entraîné par Michel Therrien. Troisièmes de la saison régulière, les joueurs de Wilkes-Barre/Scranton disputent le premier tour des séries de la Coupe Calder contre les Sound Tigers de Bridgeport. Il joue son premier match dans la LAH lors d'une défaite 5-4 en prolongation en arrêtant seize des vingt-et-un tirs qu'il reçoit puis Therrien décide de titulariser Andy Chiodo pour les autres matchs de la série[34]. Au cours des différents tours qui suivent, les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton éliminent les Phantoms de Philadelphie puis les Wolf Pack de Hartford. Ils jouent la finale de la Coupe Calder contre les Admirals de Milwaukee mais sont battus en quatre matchs ; Fleury rentre en jeu pour la fin de la moitié du dernier match en remplacement de Chiodo mais ne peut rien faire pour empêcher son équipe de perdre cette dernière rencontre 7-2[36].

Professionnel dans la LAH (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Photographie de Chiodo
Andy Chiodo (ici avec le HPK) et Fleury sont les deux gardiens choisis par les Penguins pour jouer avec Wilkes-Barre/Scranton en 2004-2005.

En 2004-2005 en raison de conflits dans la Ligue nationale de hockey, un lock-out de la LNH est déclaré et la saison est donc annulée. Craig Patrick, directeur général de la franchise de Pittbusrgh, décide que Fleury et Chiodo seront les deux gardiens de but pour les Penguins de Wilkes-Barre/Scranton[37]. Au cours de l'été, les Penguins de Pittsburgh ont recruté Dany Sabourin comme gardien de l'équipe, il est alors prévu que ce dernier soit affecté dans l'ECHL avec les Nailers de Wheeling pour que la franchise laisse la place aux deux jeunes joueurs dans la LAH ; il ne joue qu'une trentaine de matchs dans l'ECHL avant d'être appelé pour être le remplaçant de Fleury dans la LAH[38].

Pendant ce temps, l'équipe des Penguins termine la saison LAH à la quatrième place de la division Est ; Fleury joue un peu plus d'une cinquantaine de matchs du calendrier pour vingt-six victoires, dont cinq blanchissages, dix-neuf défaites et quatre matchs nuls[5]. Il ne joue qu'un seul match de la première ronde contre les Senators de Binghamton, une défaite 5-2, alors que Chiodo joue les autres matchs de la série et permet de qualifier les Penguins pour le deuxième tour. Le gardien québécois joue également une seule rencontre lors de cette seconde ronde mais perd une nouvelle fois son match, cette fois contre les Phantoms de Philadelphie et sur le score de 4-1[36]. Les Penguins perdent la série en ne remportant qu'un seul des cinq matchs joués[39].

Première saison dans la LNH puis premières séries (2005 à 2007)[modifier | modifier le code]

Photographie de Brooks Orpik
Brooks Orpik joue aux côtés de Fleury dans la défense de Pittsburgh depuis 2003.

Au mois de juin 2005, les Penguins ont le privilège de pouvoir choisir une nouvelle fois en premier lors du repêchage ; ils sélectionnent alors Sidney Crosby, coéquipier de Fleury lors du championnat du monde junior de 2004 et grand espoir du hockey d'Amérique du Nord[40]. Plus tard, en août, les Penguins signent un contrat avec le gardien de but des Blackhawks de Chicago, Jocelyn Thibault[41], et, bien que Fleury participe au camp d'entraînement des Penguins, il rejoint les rangs de la LAH le 1er octobre 2005[42] à quelques jours du début de la saison 2005-2006. La direction des Penguins préfère alors Sébastien Caron en tant que gardien numéro 2 derrière Thibault, offrant ainsi normalement plus de temps de jeu à Fleury en tant que titulaire dans la LAH qu'à Caron, remplaçant dans la LNH[43]. Quelques jours plus tard, Fleury est appelé pour jouer dans la LNH suite à une blessure de Thibault mais après trois rencontres disputées il est assigné à Wilkes-Barre/Scranton. Il est nommé début novembre gardien du mois dans la LAH ayant permis à son équipe de réaliser une série de neuf victoires consécutives[44].

Fin novembre, Fleury est une nouvelle fois appelé par Patrick pour jouer avec Pittsburgh alors qu'il a joué douze rencontres pour dix victoires et seulement deux défaites depuis le début de la saison LAH[45]. Il passe le reste du calendrier dans la LNH et à la fin des 82 matchs du calendrier il est le gardien le plus utilisé par l'équipe avec cinquante parties disputées pour treize victoires, vingt-sept défaites et six nuls. Il garde ainsi les buts de l'équipe en étant aidés de défenseurs comme Sergueï Gontchar, Ryan Whitney ou encore Brooks Orpik[46]. Derniers de la division Atlantique, les Penguins ne participent pas aux séries éliminatoires[47] et Fleury termine la saison en jouant les séries de la LAH en alternance avec Sabourin[48] ; Wilkes-Barre/Scranton passe la première ronde mais est éliminé lors de la deuxième en quatre rencontres par les Bears de Hershey, futurs champions de la Coupe Calder[49]. Il reçoit avec Ryan Malone, Ryan Whitney et Colby Armstrong le The Edward J. DeBartolo Community Service Award, trophée des Penguins en tant que joueurs qui participent le plus à la vie extra sportive et caritative de la ville de Pittsburgh[50].

Fleury en 2007
Fleury en 2007.

Au début de la saison 2006-2007, Fleury et les Penguins voient arriver de nouveaux joueurs dans l'effectif dont les choix de première ronde de l'équipe : Ievgueni Malkine, choisit en 2004 et Jordan Staal en 2006[51]. La saison débute bien pour les Penguins puisque Fleury arrête les quarante tirs des Flyers de Philadelphie pour un blanchissage 4-0[52]. À la fin de la saison, il totalise quarante victoires, le deuxième plus haut total de victoires pour un gardien des Penguins après les quarante-trois victoires de Tom Barrasso en 1992-1993[1]. Il décroche plusieurs records des Penguins : le plus grand nombre de parties jouées en une saison avec soixante-sept rencontres ainsi que le plus grand temps de jeu sur la saison avec 3 906 minutes sur la glace[53]. L'équipe des Penguins parvient pour la première fois aux séries éliminatoires depuis 2001[54] mais ils perdent au premier tour contre les Sénateurs d'Ottawa 4 matchs à 1 alors qu'Ottawa atteint par la suite la finale de la Coupe Stanley[55].

Première finale des séries (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2007, Fleury joue son cent-cinquantième match de sa carrière dans la LNH mais il est mis de plus en plus en concurrence avec Sabourin[56]. Début décembre, il se blesse à la cheville lors d'un match contre les Flames de Calgary et Ty Conklin, gardien habituel des Penguins dans la LAH, fait ses débuts dans la LNH[56]. Le 30 janvier 2008, son équipe junior du Cap-Breton décide de « retirer son numéro »[Note 6], le numéro 29[2].

Fleury ne revient au jeu que mi-février et avant de revenir dans la LNH, la direction des Penguins, en la personne de Ray Shero successeur de Patrick, annonce que le gardien québécois fera son retour en jouant dans la LAH[57]. Il est rappelé dans la franchise de la LNH au bout de cinq rencontres[58] et il joue une quinzaine de matchs avec l'équipe avant la fin de la saison régulière. L'équipe se qualifie une nouvelle fois pour les séries en décrochant la première place de la division Atlantique[58].

Les Penguins retrouvent au premier tour des séries les Sénateurs d'Ottawa mais la série débute différemment de la saison précédente : Gary Roberts inscrit deux buts, un par Malkine et un autre de Petr Sýkora alors que Fleury arrête tous les tirs adverses[58]. Les Penguins parviennent en finale de la Coupe Stanley en battant tour à tour les Sénateurs, 4 matchs 0, les Rangers de New York, 4-1 et enfin les Flyers de Philadelphie, également en cinq matchs. Ils rencontrent en finale de la Coupe les Red Wings de Détroit, champions de la saison régulière[59]. Les deux premiers matchs sont joués à Détroit et Chris Osgood blanchit à deux reprises les Penguins 4-0 et 3-0. Pittsburgh reprend espoir en gagnant la troisième rencontre 3-2 avec deux buts de Crosby mais ils concèdent la défaite lors de la quatrième date. Lors du cinquième match, trois prolongations sont nécessaires et un but de Sýkora pour voir les Penguins l'emporter. Ce soir là, Fleury arrête cinquante-cinq tirs et ne concède que trois buts. Finalement, les Red Wings l'emportent lors du sixième match sur la glace de Pittsburgh et remportent leur onzième Coupe Stanley[60]. Osgood et Fleury totalisent chacun quatorze victoires lors de la phase finale[60].

La Coupe Stanley (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Photographie couleur de Dan Bylsma entraîneur de Pittsburgh qui célèbre la victoire
Dan Bylsma arrive en février 2009 derrière le banc de l'équipe et la conduit à la conquête de la Coupe Stanley.

Le 3 juillet 2008, il signe un contrat de sept ans avec les Penguins, estimé à 35 millions de dollars[61]. Le 1er mars 2009, dans une victoire de 4-1 contre les Stars de Dallas, il réalise la centième victoire de sa carrière dans la LNH[62]. Le 11 octobre, premier match de la saison des Penguins à domicile, il réalise un sommet personnel de quarante-sept arrêts[63] au cours d'une défaite 2-1 contre les Devils du New Jersey et leur gardien Martin Brodeur[64], une des idoles de Fleury[1]. Le 15 novembre, il se blesse une nouvelle fois et manque un mois de compétition[65] ; il revient au jeu mi-décembre alors que l'équipe vient de perdre quatre de ses cinq derniers matchs[66]. Le 26 décembre, il réalise un blanchissage contre les Devils, le douzième de sa carrière[67] et devient ainsi le deuxième gardien des Penguins avec le plus grand nombre de blanchissages derrière les vingt-deux de Tom Barrasso[68].

Les Penguins connaissent une fin d'année 2008 et un début 2009 catastrophiques, ne parvenant pas à enchaîner les victoires et finalement le 16 février, Shero renvoie Therrien et Dan Bylsma, entraîneur de Wilkes-Barre/Scranton, est mis en place[69]. Le 17 mars, Fleury se rapproche également du record des 226 victoires de Barrasso sous les couleurs de Pittsburgh avec son 105e succès[70]. La saison régulière 2008-2009 se termine le 11 avril et les Penguins sont à la deuxième place de la division derrière les Devils avec sept points de retard, quatrièmes au total de la conférence[59]. Malkine est le meilleur pointeur de la ligue avec 113 réalisations[59] et reçoit alors le trophée Art Ross[71].

Photographie couleur de Fleury et Crosby tenant la Coupe Stanley lors de la parade de la victoire des Penguins
Marc-André Fleury, Sidney Crosby et la Coupe Stanley en 2009.

En séries, les Penguins éliminent au premier tour les Flyers en six matchs alors que lors du dernier match ils sont menés au score 3-0 avant de revenir au jeu, le réveil étant sonné par un combat entre Maxime Talbot des Penguins et Dan Carcillo des Flyers[72]. Au tour suivant, Fleury et ses coéquipiers affrontent les Capitals de Washington emmenés par Aleksandr Ovetchkine. La série se prolonge jusqu'au septième match grâce à notamment une prestation de Semion Varlamov dans les buts des Capitals ainsi qu'aux talents offensifs de Crosby et Ovetchkine ; le septième match décisif a lieu dans la salle de Washington et après 31 minutes de jeu, les Penguins mènent déjà 5-0. Ils remportent le match et la qualification sur le score de 6 buts à 2[73].

La finale de conférence est jouée contre les Hurricanes de la Caroline mais ces derniers perdent totalement pied en étant éliminés en quatre matchs. Contrairement à la saison précédente et à la superstition de la LNH[Note 7], Crosby en accord avec Bill Guerin décide de toucher le trophée Prince de Galles remis au champion de la conférence[74]. Les Penguins retrouvent les champions en titre en finale de la Coupe Stanley, les Red Wings de Détroit. Après les deux premières rencontres et deux défaites de Pittsburgh 1-3, la finale semble prendre le même chemin que la saison passée mais les Penguins gagnent les deux matchs chez eux 4-2[75]. Osgood blanchit les Penguins lors de la cinquième date, 5-0, puis Pittsburgh gagne 2-1 le sixième match avec un arrêt décisif de Fleury face à Daniel Cleary[76]. La finale se joue donc au terme d'un septième match joué à Détroit le 12 juin et les Penguins remportent leur troisième Coupe Stanley à la suite d'une victoire 2-1 grâce à un doublé de Talbot et à un double-arrêt de Fleury dans les dernières secondes de jeu ; il repousse coup sur coup les tentatives de Henrik Zetterberg et de Nicklas Lidström alors qu'il reste moins de cinq secondes à jouer[77]. Avec trente-six points, Malkine est le meilleur pointeur de l'équipe des séries mais également de la LNH, cinq points devant Crosby, deuxième aussi de la LNH. Ce dernier est le meilleur buteur des séries avec un filet de plus que Malkine[78]. Fleury est également un des six Québécois avec Kristopher Letang, Talbot, Pascal Dupuis, Philippe Boucher et Mathieu Garon a remporter la Coupe Stanley avec les Penguins cette saison ; c'est le plus grand nombre de joueurs québécois depuis les Canadiens de Montréal en 1993[79].

Champion olympique (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Photographie de Luongo avec le Canada en 2010
Roberto Luongo (ici en photographie), Martin Brodeur et Fleury sont les trois gardiens olympiques du Canada en 2010.

Comme tous les joueurs champions de la Coupe Stanley, Fleury a droit à une journée entière pour profiter du trophée ; le 6 août 2009, il accueille la coupe dans sa ville[80]. Le 10 septembre 2009, les joueurs des Penguins rencontrent le Président des États-Unis Barack Obama à la Maison-Blanche avant de commencer la saison 2009-2010[81]. Le 20 octobre, Fleury totalise huit victoires en autant de rencontres dans la LNH, sa plus longue série personnelle de victoires consécutives[82].

Fin 2009, Fleury et son capitaine, Sidney Crosby, sont tous les deux désignés pour faire partie de la délégation canadienne aux Jeux olympiques qui se déroulent au mois de février à Vancouver au Canada[83]. Les autres joueurs des Penguins sélectionnés pour les Jeux sont Brooks Orpik pour les États-Unis ainsi que Ievgueni Malkine et Sergueï Gontchar pour la Russie[84]. Lors de la compétition, le Canada termine la première phase à la sixième place générale puis les joueurs du Canada éliminent l'Allemagne, la Russie puis la Slovaquie. Ils atteignent alors la finale qui se joue contre les Américains, seule équipe à avoir battu l'équipe organisatrice jusque là. Les deux équipes étant à égalité deux buts partout, elles jouent des prolongations mais au bout de sept minutes, Crosby récupère une passe de Jarome Iginla et réussit à tromper Ryan Miller entre ses jambières pour offrir au Canada la huitième médaille d'or au hockey et la quatorzième médaille d'or des Jeux de 2010[85],[86]. Fleury reçoit également la médaille d'or même s'il ne joue pas une seule rencontre de la compétition se voyant barrer par Brodeur et Roberto Luongo[87].

Début mars, la LNH reprend ses droits après les Jeux ; le 17 de ce même mois, Fleury devient le deuxième gardien des Penguins avec le plus de matchs joués dans la LNH en participant à sa 291e rencontre[88]. Le 6 avril, il joue son trois-centième match avec les Penguins[88] puis égale son plus haut total de matchs en une saison avec 67 parties disputées[89]. Les Penguins terminent à la deuxième place de la division et sont qualifiés pour les séries de la Coupe. Ils rencontrent une nouvelle fois les Sénateurs lors de la première ronde et en viennent à bout en six matchs[90] mais au deuxième tour, ils sont éliminés en sept matchs par les Canadiens de Montréal[90]. Fleury et Crosby sont tous deux honorés en recevant en fin de saison le "Baz" Bastien Memorial - Good Guy Award en tant que joueurs les plus disponibles pour les journalistes[91].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[5],[92]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  V   D   N   Pr Min  BC Moy % Arr  Bl Pun  A  PJ  V   D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun  A 
1999-2000 Riverains du collège Charles-Lemoyne Midget AAA 15 4 9 0 - 780 36 2,77 - 1 - - - - - - - -
2000-2001 Screaming Eagles du Cap-Breton LHJMQ 35 12 13 2 - 1 704 115 4,05 88,6 0 0 2 2 0 1 32 4 7,50 - 0 0 0
2001-2002 Scraming Eagles du Cap-Breton LHJMQ 55 26 14 8 - 3 043 141 2,78 91,5 2 50 1 16 9 7 1 003 55 3,29 - 0 0 1
2002-2003 Screaming Eagles du Cap-Breton LHJMQ 51 17 24 6 - 2 889 162 3,36 91,0 2 10 2 4 0 4 228 17 4,47 90,4 0 0 0
2003-2004 Penguins de Pittsburgh LNH 21 4 14 2 - 1 154 70 3,64 89,6 1 0 0 - - - - - - - - - -
2003-2004 Screaming Eagles du Cap-Breton LHJMQ 10 8 1 1 - 606 20 1,98 93,3 0 0 2 4 1 3 251 13 3,10 88,6 0 4 0
2003-2004 Penguins de WBS LAH - - - - - - - - - - - - 2 0 1 92 6 3,90 80,0 0 0 0
2004-2005 Penguins de WBS LAH 54 26 19 4 - 3 029 117 2,52 90,1 5 2 0 4 0 2 151 11 4,36 84,3 0 0 0
2005-2006 Penguins de WBS LAH 12 10 2 0 - 727 19 1,57 93,9 0 2 1 5 2 3 311 18 3,48 88,3 0 0 0
2005-2006 Penguins de Pittsburgh LNH 50 13 27 - 6 2 809 152 3,25 89,8 1 0 1 - - - - - - - - - -
2006-2007 Penguins de Pittsburgh LNH 67 40 16 - 9 3 906 185 2,83 90,6 5 4 3 5 1 4 150 18 3,76 88,0 0 0 0
2007-2008 Penguins de Pittsburgh LNH 35 19 10 - 2 1 857 72 2,33 92,1 4 0 1 20 14 6 610 41 1,97 93,3 3 2 0
2007-2008 Penguins de WBS LAH 5 3 2 0 - 297 7 1,42 95,0 0 0 0 - - - - - - - - - -
2008-2009 Penguins de Pittsburgh LNH 62 35 18 - 7 3 641 162 2,67 91,2 4 8 1 24 16 8 686 63 2,61 90,8 0 2 0
2009-2010 Penguins de Pittsburgh LNH 67 37 21 - 6 3 798 168 2,65 90,5 1 10 1 13 7 6 798 37 2,78 89,0 1 2 0
2010-2011 Penguins de Pittsburgh LNH 65 36 20 - 5 3 695 143 2,32 91,8 3 10 1 7 3 4 405 17 2,52 89,9 1 0 0
2011-2012 Penguins de Pittsburgh LNH 67 42 17 - 4 3 896 153 2,36 91,3 3 4 2 6 2 4 337 26 4,63 83,4 0 0 1
2012-2013 Penguins de Pittsburgh LNH 33 23 8 - 0 1 858 74 2,39 91,6 1 2 2 5 2 2 290 17 3,52 88,3 1 0 1
2013-2014 Penguins de Pittsburgh LNH Saison en cours ?
Totaux LNH 484 260 157 2 39 27 633 1 213 2,63 91 24 80 45 34 4 816 219 2,73 90,3 6

Statistiques internationales[modifier | modifier le code]

Statistiques par compétition
Année Équipe Compétition  PJ  V   D   N  Min  BC  BL Moy %Arr  A  Résultat
2002-2003 Drapeau du Canada Canada junior Championnat du monde junior 5 4 1 0 267 7 1 1,57 - 1 médaille d'argent Médaille d'argent
2003-2004 Drapeau du Canada Canada junior Championnat du monde junior 5 4 1 0 299 9 1 1,81 - 0 médaille d'argent Médaille d'argent
2010 Drapeau du Canada Canada Jeux olympiques 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 médaille d'or Médaille d'or[93]

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Fleury et la Coupe Stanley en 2009
Fleury et la Coupe Stanley en 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « midget » est un terme de hockey désignant une catégorie de jeunes joueurs de hockey. Il s'agit de la catégorie des joueurs plus jeunes que les joueurs juniors soit 15, 16 et 17 ans. Littéralement le terme anglais midget désigne une personne exceptionnellement petite.
  2. Le sigle « AAA » correspond au meilleur niveau du programme du développement du joueur dans le système de hockey au Québec[4].
  3. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  4. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voir d'une autre équipe.
  5. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  6. Une équipe peut rendre un hommage à un joueur en décidant de « retirer un maillot ». Ainsi, une réplique du chandail est accrochée dans l'aréna de l'équipe et nul autre joueur ne pourra jamais jouer un match de l'équipe avec le numéro en question dans le dos.
  7. Une superstition de la LNH considère que le véritable trophée à remporter est la Coupe Stanley et qu'en touchant le trophée Prince de Galles, l'équipe perd ses chances de remporter la finale par la suite.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 35.
  2. a et b (fr) Patrick Turgeon, « Son ancienne équipe junior a retiré son chandail, vendredi. Marc-André Fleury : un ambassadeur aussi pour le Cap-Breton », sur le site soreltracyregion.net,‎ 30 janvier 2008 (consulté le 20 mars 2011).
  3. a, b, c, d et e (en) Dejan Kovacevic, « Good as goal: Penguins' prized pick built one step at a time », sur post-gazette.com,‎ 29 juin 2003 (consulté le 20 mars 2011).
  4. (fr) « Schéma du cheminement idéal du joueur en hockey sur glace », sur Hockey Québec (consulté le 5 avril 2011).
  5. a, b et c « Marc-André Fleury - Statistiques », sur www.nhl.com
  6. (fr) « Historique des Riverains du collège Charles-Lemoyne », sur le site des Riverains du collège Charles-Lemoyne (consulté le 20 mars 2011).
  7. a, b, c et d (fr) « Profil de joueur : Marc-Andre Fleury », sur Hockey Canada (consulté le 21 mars 2011).
  8. (en) « 2000 QMJHL Midget Draft List », sur mckeenshockey.rivals.com (consulté le 21 mars 2011).
  9. (en) « 2000-01 Cape Breton Screaming Eagles roster and player statistics », sur The Internet Hockey Database (consulté le 21 mars 2011).
  10. a et b « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 219.
  11. (fr) Stéphane Leroux, « Quatre Québécois avec Équipe Canada Junior », sur Réseau des sports,‎ 16 décembre 2002 (consulté le 21 mars 2011).
  12. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Allemagne (29 décembre 2002) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  13. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - République Tchèque (28 décembre 2002) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  14. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Suède (26 décembre 2002) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  15. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Finlande (31 décembre 2002) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  16. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Russie (5 janvier 2003) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  17. (fr) « Prix du conseil de l'IIHF et joueurs par excellence - championnat mondial junior de l'IIHF », sur Hockey Canada (consulté le 21 mars 2011).
  18. (fr) Marc Branchu, « Championnat du monde des moins de 20 ans 2002/03 », sur Hockeyarchives.com (consulté le 21 mars 2011).
  19. a et b « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 220.
  20. a et b « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 231.
  21. « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 236.
  22. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 288.
  23. (en) « Mikael Samuelsson, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 22 mars 2011).
  24. (en) Guy Junker, « Fleury has history against him », sur Pittsburghlive.com,‎ 23 juin 2003 (consulté le 21 mars 2011).
  25. « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 38.
  26. « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 266.
  27. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 381.
  28. « Guide 2010-2011 de la LHJMQ », p. 277.
  29. (en) « Marc-Andre Fleury Pittsburgh Penguins - 2003-2004 Game Log », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh (consulté le 22 mars 2011).
  30. (fr) Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Finlande - Canada (26 décembre 2003) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 22 mars 2011).
  31. (fr) Nicolas Leborgne, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Finlande - Canada (26 décembre 2003) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 22 mars 2011).
  32. (en) « Penguins send Fleury back to junior », sur le site de la Société Radio-Canada,‎ 30 janvier 2004 (consulté le 22 mars 2011).
  33. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 36.
  34. a et b (en) Ailyn Diaz, « Q&A with Marc-Andre Fleury », sur Hockey's future,‎ 9 mai 2004 (consulté le 23 mars 2011).
  35. (en) Mike Prisuta, « Fleury reports to Wilkes-Barre for playoffs », sur Pittsburghlive.com,‎ 13 avril 2004 (consulté le 23 mars 2011).
  36. a et b (en) Dave Molinari, « Fleury can quiet skeptics with a solid Calder Cup », sur Pittsburgh Post-Gazette,‎ 11 avril 2006 (consulté le 23 mars 2011).
  37. (en) Dave Molinari, « Fleury, Chiodo thrilled to share playing time in minors », sur Pittsburgh Post-Gazette,‎ 1er octobre 2004 (consulté le 23 mars 2011).
  38. (en) Dave Molinari, « Baby Penguins: Sabourin's stock soars with hot goaltending », sur Pittsburgh Post-Gazette,‎ 6 mars 2005 (consulté le 23 mars 2011).
  39. (en) « 2004-05 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 23 mars 2011).
  40. Richer, « The Kid: A Season With Sidney Crosby and the New NHL », p. 8.
  41. (en) « Penguins acquire goaltender Jocelyn Thibault from Chicago for a fourth round choice in 2006 draft », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 10 août 2005 (consulté le 26 mars 2011).
  42. (en) « Penguins assign 11 players to Wilkes-Barre' », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 1er octobre 2005 (consulté le 26 mars 2011).
  43. (en) « Young players make roster decisions tough' », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 1er octobre 2005 (consulté le 26 mars 2011).
  44. (en) « Marc-Andre Fleury named KOHO/AHL goalie of the month », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 1er novembre 2005 (consulté le 26 mars 2011).
  45. (en) « Penguins recall goaltender Marc-Andre Fleury  », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 29 novembre 2005 (consulté le 26 mars 2011).
  46. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 383.
  47. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 162.
  48. (en) « 2005-06 Wilkes-Barre/Scranton Penguins roster and player statistics », sur The Internet Hockay Database (consulté le 26 mars 2011).
  49. (en) « 2005-06 AHL Playoff Results », sur The Internet Hockay Database (consulté le 26 mars 2011).
  50. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 392.
  51. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 385.
  52. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 296.
  53. « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 247.
  54. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 113.
  55. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 304.
  56. a et b « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 113.
  57. (en) « Fleury To WBS For Conditioning », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 10 février 2008 (consulté le 26 mars 2011).
  58. a, b et c « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 114.
  59. a, b et c « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 163.
  60. a et b « Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide », p. 115.
  61. (fr) « Journée chargée à Pittsburgh », sur Réseau des sports,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 26 mars 2011).
  62. (fr) « Les Penguins grimpent au 8e rang », sur Réseau des Sports,‎ 1er mars 2009 (consulté le 2 avril 2011).
  63. « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », p. 111.
  64. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 15.
  65. « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », p. 112.
  66. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 31.
  67. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 32-33.
  68. « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », p. 251.
  69. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 50-51.
  70. « Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide », p. 114.
  71. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 215.
  72. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 94-95.
  73. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 114-115.
  74. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 124 à 126.
  75. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 128 à 140.
  76. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 142 à 148.
  77. Podnieks, « The Year of the Penguins », p. 149 à 150.
  78. « Official Guide & Record Book / 2010 », p. 244.
  79. (fr) La Presse Canadienne, « Une coupe à saveur québécoise », sur le site du Réseau des sports,‎ 13 juin 2009 (consulté le 14 juin 2009)
  80. (en) Kevin Shea, « Hockey Hall of Fame - Stanley Cup Journals: 2009, 13 », sur le site officiel du Temple de la renommée du hockey,‎ 24 juillet 2009 (consulté le 26 février 2011).
  81. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 307.
  82. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 113.
  83. (en) Jason Seidling, « Crosby and Fleury Named to Canadian Olympic Team », sur le site officiel des Penguins de Pittsburgh,‎ 30 décembre 2009 (consulté le 27 mars 2011).
  84. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 308.
  85. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 116.
  86. (fr) « Jeux olympiques d'hiver 2010 - États-Unis 2 - Canada 3 (Prolongation) », sur le site officiel de Hockey Canada (consulté le 4 décembre 2010).
  87. (fr) Marc Branchu, « Analyse de l'effectif canadien aux JO », sur Hockeyarchives,‎ 31 décembre 2009 (consulté le 27 mars 2011).
  88. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 117.
  89. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 240.
  90. a et b « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 118.
  91. « Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide », p. 410.
  92. (en) « Marc-André Fleury hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  93. (fr) « Statistiques Canada - Jeux olympiques d'hiver 2010 », sur Hockey Canada (consulté le 20 mars 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ligue de hockey junior majeur du Québec, Guide 2010-2011 de la LHJMQ,‎ 2010, 354 p. (lire en ligne)
  • (en) Shawna Richer, The Kid: A Season With Sidney Crosby and the New NHL (Broché), Triumph Books (IL),‎ mars 2008 (ISBN 978-1-60078-123-0)
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2008.09 Media Guide,‎ 2008, 421 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2009.10 Media Guide,‎ 2009, 428 p.
  • (en) Pittsburgh Penguins, Pittsburgh Penguins 2010.11 Media Guide,‎ 2010, 440 p.
  • (en) Andrew Podnieks, The Year of the Penguins : Celebrating Pittsburgh's 2008-09 Stanley Cup Championship Season, Fenn Publishing Company,‎ juillet 2009, 184 p. (ISBN 978-1-55168-333-1)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 avril 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.