Marbéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marbeville)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marbéville
Marbéville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Arrondissement de Chaumont
Canton Bologne
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Bologne Vignory et Froncles
Maire
Mandat
Michel Courageot
2014-2020
Code postal 52320
Code commune 52310
Démographie
Gentilé Marbévillois, Marbévilloises
Population
municipale
99 hab. (2015 en diminution de 12,39 % par rapport à 2010)
Densité 5,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 38″ nord, 5° 01′ 25″ est
Altitude 315 m
Superficie 17,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Marbéville

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Marbéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marbéville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marbéville

Marbéville est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Guindrecourt-sur-Blaise Ambonville Mirbel Rose des vents
Curmont N La Genevroye
O    Marbéville    E
S
Sexfontaines Ormoy-lès-Sexfontaines

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est fait mention de Marbéville en 1252 (Marbeti-Villa) c'est-à-dire la ferme de Marbetus. Le village a toujours eu une vocation agricole très importante.

La seigneurie appartenait au baron du Châtelet (de Cirey-sur-Blaise) Celle-ci a été vendue au XVIIIe siècle au financier Antoine de Crozat. Antoine de Crozat avait obtenu d'immenses richesses notamment grâce à son privilège du commerce avec la Louisiane. Il acquit les principales seigneuries du bailliage de Chaumont à savoir : Vignory, Semilly, Sexfontaines, Lafauche...

Son fils Louis Antoine de Crozat, baron de Thiers et lieutenant-général de Champagne hérita de la seigneurie de Marbéville.

Il n'est pas fait mention sur la commune de château ni même de maison forte. Aucune famille noble n'a séjourné sur le village d'après les registres paroissiaux. Voici le résumé de quelques familles importantes ou de certains personnages qui ont marqué l'histoire du village.

Les familles du village [1][modifier | modifier le code]

Tout d'abord mentionnons maître Nicolas Rhin né à Marbéville vers 1585, il fut sergent et huissier royal à Daillancourt puis lieutenant de Justice pour le compte de la famille de Choiseul à Ambonville.

  • Les Georges

Maître Pierre Euvrard né vers 1590, est cité comme le premier lieutenant de la Justice de Marbéville. Son gendre Aubin George, probablement originaire d'Ambonville, est incontestablement le personnage le plus important de la commune en cette fin du XVIIe siècle. Substitut du procureur fiscal, praticien (notaire seigneurial) et surtout marchand, Aubin George est un individu avec lequel il faut compter dans la petite région du Blaisois. Il épouse Margueritte Euvrard fille de Pierre Euvrard nommé précédemment. De leur union mentionnons :

a) Maître François George, procureur fiscal d'Ambonville pour le compte des Choiseul, il fut également syndic perpétuel d'Ambonville et marchand.

b) Maître Nicolas George, marchand et exempt de la maréchaussée d'Ambonville (chargé du ravitaillement des troupes).

c) Maître Pierre George, est né à Marbéville vers 1665 et y demeure. Nommé lieutenant de la Justice de Marbéville, il est aussi exempt et syndic perpétuel de la commune. Il épouse damoiselle Anne Donnot fille de François Donnot, lieutenant au bailliage de Montier-sur-Saulx (Meuse). Pierre George s'éteint le 8 janvier 1731. Après son décès les Georges n'auront plus aucune influence sur la commune tout du moins en leur nom propre.

  • Les Guyot

Dans le même temps, une autre famille apparaît dans la commune ou plus exactement un autre personnage. Il s’agit de Joseph Guyot (1610-1687). Il est né à Bouzancourt aux alentours de 1610, d'abord laboureur à Bouzancourt, il épouse en second Nicole Harmand (1620-1699) originaire de Blaise. Les Harmand sont une famille de maîtres taillandiers, mais aussi de maîtres armuriers et arquebusiers. L'un deux, Étienne, fait fortune et épouse même Margueritte de Saulx issue de la noblesse. Joseph Guyot et Nicole Harmand s'installent à Marbéville aux environs de 1650. Ils sont les ancêtres de la nombreuse descendance Guyot et de beaucoup de Marbévillois aujourd'hui.

Au XVIIe siècle, les Guyot n'ont que peu d'influence sur la commune. Il faut parler au départ d'un essor démographique qui s'effectue principalement par François Guyot (1654-1729) et fils de Joseph. François Guyot épouse le 15 février 1707 Pierrette Desnouveaux de Mirbel et issue d'une famille de Charpentier. De leur union, trois fils nous intéressent, Charles, François et Bernard Guyot. Ils épousent tous les trois, les trois sœurs Voillequin de Biernes et filles de maître Pierre Voillequin, lieutenant de la Baronnie de la Voivre. Ce sont ces trois frères qui sont à l'origine de l'ascension sociale de la famille Guyot. Bien que certains vont exercer quelques charges dans la Justice locale, citons Joseph (1748-1819) syndic de Marbéville, François (1740-1800) Greffier de la Justice et surtout Jean François (1741-ca 1810) Greffier de la Justice également, la vocation des Guyot est tournée essentiellement vers l'accroissement des terres. De plus la période est favorable et la Révolution pointe à l'horizon. Les Guyot deviennent en ce début du XIXe siècle les propriétaires terriens les plus importants de la région. Dans un souci de conserver le patrimoine, ils s’orientent inexorablement vers des mariages consanguins. La période faste de cette famille couvre plus d'un siècle. Elle débute vers 1740 pour finir vers 1880. Citons quelques personnages :

a) Jean François Guyot est né le 27 décembre 1741 à Marbéville, il est fils de Charles Guyot (1715-1773) et d'Anne Voillequin. Greffier de la Justice du lieu il épouse Marie Thérèse Tarlet, fille de Firmin Eugène Tarlet, procureur fiscal de Marbéville et bourgeois de Vignory. Marie Thérèse Tarlet était l'arrière-petite-fille de Maître Pierre George. Jean François Guyot mentionné Bourgeois de Marbéville, sera le premier maire de la commune et son beau-père prendra la suite quelques années plus tard. Son fils Pierre Eugène Guyot briguera lui aussi un mandat quelque temps plus tard. Il faut souligner que l'élection des maires de l'époque n'est pas le fruit du vote de la populace mais provient d'une nomination de l'administration qui choisit le plus souvent parmi les plus notables voir parmi les nobles s’ils existent dans la commune.

b) François Martin Alexis Guyot est né le 19 janvier 1779 à Marbéville. C'est un personnage incontournable en ce début de XIXe siècle. Important propriétaire terrien, il est également élu maire de la commune dans les années 1835. Il épouse Marie Jeanne Guyot sa cousine issue de germain par deux fois. Marie Jeanne Guyot est la petite-fille de Claude Girardin, Marchand de Lachapelle et l'arrière-petite-fille de Sébastien Paulin, Procureur Fiscal de Lachapelle en Blaisy. Leur fils Alexandre Guyot (1817-1895) sera également maire de la commune pendant près de vingt ans.

  • Les Piot

Incontestablement la famille la plus nombreuse de la commune (environ 300 naissances en deux siècles). En 1820 les familles Piot et Guyot composent à elles seules environ 30 % de la population. Comme nous l'avons dit, la vocation économique du village repose essentiellement sur l'agriculture. Néanmoins la proximité de la forêt de l'Étoile, appelé forêt de Lenoncourt sous l'ancien régime parce qu'ayant appartenu longtemps à cette famille noble de Lorraine, conduit nombre d'habitants du village à exercer le métier de charbonnier. Les Piot furent parmi les premiers charbonniers de l'étoile. Citons :

a) Jean Piot, né peut-être à Marbéville aux environs de 1635, il est charbonnier dans la forêt de l'Étoile, tantôt sur le finage de Marbéville, tantôt sur celui de Lachapelle et de Lamothe ainsi que d'Ormoy. Il épouse Barbe Thierry de Lamothe.

b) Claude Piot (1684-1761), petit-fils du précédent, et maître charbonnier dans les bois de Lenoncourt. Il épouse Marie Caput de Montherie. De leur union mentionnons : Louis, Edmé et Jean Piot tous trois maîtres charbonniers à l'Étoile et Jacques Piot charbonnier à Sexfontaines.

Loin d'être des gens incultes (il suffit de considérer leurs signatures), ils sont souvent parmi ceux qui possèdent le savoir. Ainsi Noel Piot (1675-1750) fils de Jean Piot et de Barbe Thierry fut recteur d'école de Marbéville pendant près de 35 ans. Citons également François Piot, né à Marbéville en 1694 et maître de forge à Bologne. Un autre François Piot, sabotier, né le 10 novembre 1748 ainsi que son frère Pierre Piot et garde forestier pour la famille du Chatelet font partie des personnages de la commune en cette fin du XVIIIe siècle. Il nous faut parler également de Pierre Nicolas Piot, né le 2 novembre 1805 à Marbéville et mort à Paris le 1er septembre 1877 qui fut longtemps instituteur dans la commune.

  • Les Demerson

Les Demerson sont originaires de Villiers-sur-Marne. L'un d'eux, maître Nicolas Demerson (1645-1686), domicilié à Guindrecourt, fut lieutenant de la Justice de Marbéville avant la nomination de maître Pierre George. Son petit-fils, Mames Demerson (1714-1789) était venu s'installer à Marbéville en 1749. Il contracta alliance en second avec Margueritte Guyot (1742-1787). De cette union est née Anne Demerson le 17 avril 1786 à Marbéville. C'est sans doute l'enfant du village la plus célèbre. Entrée à la Comédie-Française en 1810, ce fut une comédienne de talent et de grand succès. Elle fut sociétaire de la Comédie-Française pendant vingt ans.

  • Les Multier

L'origine de la famille Multier à Marbéville vient de Joseph Multier (1710-1784), originaire de Blaise, il s'installe dans la commune en 1730 lors de son mariage avec Jeanne Bertrand matrone jurée de Marbéville (1713-1785). Les débuts de cette famille sont modestes. De surcroît la famille Bertrand est plutôt pauvre. Jean Bertrand l’aïeul de Jeanne Bertrand est mendiant dans la commune. Il faut attendre le petit-fils de Joseph, Pierre Nicolas Edmé Multier né en 1764, pour percevoir une évolution sociale. Pierre Nicolas Edmé Multier épouse Anne Charlotte Cultrud de La Genevroye. De leur union, citons Charles Nicolas Multier (1799-1886), prêtre de Marbéville et Nicolas Multier (1794-1883) propriétaire et maire de la commune. L'influence de cette famille est surtout perceptible dans la seconde moitié du XIXe siècle avec Antoine Sigismond Multier, né en 1838, propriétaire et maire de la commune. Victor Nicolas Multier, né en 1857, et René Marie Georges Multier, né en 1888, ses neveux, furent eux aussi maires de Marbéville.

  • Les Fourrier

C'est une famille originaire de Cerizières. Les Fourrier de Marbéville tirent leur origine de Nicolas Fourrier (1721-1796). Né probablement à la ferme de Morfontaine dont son père Jacques Fourrier est administrateur il s'installe dans le village en 1744 lors de son mariage avec Marie Simonne Maillot du dit lieu. Très vite Nicolas Fourrier s'impose dans la commune. Pierre Fourrier son fils est recteur d'école de 1766 à 1771 puis aubergiste à Soncourt. Juste Fourrier un autre de ses fils est lui aussi aubergiste, tandis que Nicolas et Jacques sont cultivateurs. L'un des descendants, Ernest Hyppolite Fourrier, né en 1856 sera maire de la commune en 1902, il est décédé en Seine-et-Marne avec sa femme Marie Anasthasie Huot.

  • Les Huot

Originaire de Lamothe. Le premier à être mentionné est Simon Huot (1675-ca1725) alors greffier de la Justice de Lamothe mais celui-ci ne résidera jamais à Marbéville. Son petit-fils François Huot, résidant à Curmont, contracte alliance à Marbéville avec Barbe Piot, petite-fille de Noel Piot et recteur d'école, mais lui aussi ne sera jamais un habitant de la commune. Ce sont ses fils, François et Jacques Alexandre Huot, qui s'installent dans le village en 1804. Le premier François épouse Marie Jeanne Fourrier, fille de Nicolas Fourrier et Edmée Demerson, et le second Jacques Alexandre prend pour femme Marie Edmée Piot, fille de François Piot (cité plus haut) et de Marie Fourrier. Très vite les Huot se révèlent être des propriétaires importants. Le plus en vue d'entre eux est sans doute Jacques François Huot (1808-1882) qui s'allie avec Célénie Daubanton, fille du notable Claude Daubanton de Rouécourt. Citons également Jacques Alexandre Huot (1820-1863), son frère, qui fut diacre à Paris puis prêtre et missionnaire en Chine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Courageot    
Les données manquantes sont à compléter.

Maires de Marbéville (naissance et décès) :

Jean François GUYOT 1741
Joseph GUYOT 1748-1819 (cousin germain de Jean François Guyot)
Claude COLLOT ca 1752
Pierre Eugène GUYOT 1775 (fils de Jean François Guyot)
François Martin Alexis GUYOT 1779-1868 (neveu de Joseph Guyot)
Nicolas MULTIER 1794-1883
Alexandre GUYOT 1817-1895 (fils de François Martin Alexis Guyot)
Antoine Sigismond MULTIER 1838 (fils de Nicolas Multier)
Ernest Hyppolite FOURRIER 1856
Victor Nicolas MULTIER 1857- (petit-fils de Nicolas Multier)
René Marie Georges MULTIER 1888-ca1981 (fils du précédent)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 99 habitants[Note 1], en diminution de 12,39 % par rapport à 2010 (Haute-Marne : -2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225227235253306310322323311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300296288256242225215220218
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185180158126146156168192167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
19113612612094101105113101
2015 - - - - - - - -
99--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Rhin, né vers 1585 à Marbéville, huissier royal à Daillancourt et lieutenant en la justice d'Ambonville pour la famille de Choiseul.
  • Pierre Euvrard, né vers 1595, lieutenant en la Justice de Marbéville.
  • Aubin George (1620-1700), notaire seigneurial, substitut du procureur fiscal, marchand.
  • Pierre George (1666-1731), lieutenant en la Justice de Marbéville, exempt, syndic perpétuel.
  • Noêl Piot (1677-1750), recteur d'école de Marbéville de 1696 à 1727 et de 1742 à 1745.
  • François Piot (1694-), maître de forge à Bologne.
  • Firmin Eugène Tarlet (1730-1805), procureur fiscal, bourgeois de Vignory, maire de Marbéville.
  • Jean François Guyot (1741-1815), 1er maire de la commune, bourgeois de Marbéville, greffier.
  • Anne Demerson (1786-1872), comédienne de théâtre de renom entrée à la Comédie-Française en 1810.
  • Pierre Nicolas Piot (1805-1877), instituteur de Marbéville, mort à Paris.
  • Jacques Alexandre Huot (1820-1863), prêtre puis missionnaire en Chine où il meurt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Texte rédigé par Emmanuel Laporte d'après ses recherches
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.