Maraussan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maraussan
Maraussan
Blason de Maraussan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Cazouls-lès-Béziers
Intercommunalité Communauté de communes la Domitienne
Maire
Mandat
Serge Pesce
2014-2020
Code postal 34370
Code commune 34148
Démographie
Gentilé Maraussanais
Population
municipale
4 244 hab. (2016 en augmentation de 8,68 % par rapport à 2011)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 03″ nord, 3° 09′ 31″ est
Altitude 38 m
Min. 8 m
Max. 92 m
Superficie 12,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maraussan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maraussan

Maraussan (en occitan Marauçan) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Maraussanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Maraussan est une commune de l'ouest du département de l'Hérault, située au nord-ouest de Béziers. Le relief est typique de la plaine languedocienne : des collines dispersées sur le territoire communal et une vaste plaine qui s'étend jusqu'aux rives de l'Orb. Le village est traversé par le ruisseau du Merdanson qui se jette dans l'Orb.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Maraucianum en 1097, Moricenum en 1138, sous la forme languedocienne Marausano en 1323, transformée en Maraussan en 1625.

A l'époque romaine, Marucius un légionnaire de César aurait élu domicile à l'emplacement du village d’où le nom de Maraussan[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1230 Construction de l’église actuelle par l’évêque de Béziers qui s’installe à Villenouvette.
  • 1375 Jean Perdiguier fait construire le « Château de Perdiguier », en agrandissant la bastide « En Auger ». 
  • 1626 Construction de la maison consulaire (Ancienne mairie).
  • 1820 La production de muscat est 7 000 hl. Durant ces années, c’est la production phare qui par sa qualité, fait la réputation du village.
  • 1872 Ouverture de l'école de garçons, actuelle école maternelle Plan Jules Ferry.
  • 1877 Ouverture de l'école des filles.
  • 1891 Maraussan est raccordé au réseau ferroviaire par les Chemins de fer de l'Hérault et voit la construction du pont de Tabarkal et de la gare située à l’emplacement de l’actuelle poste.
  • 1901 Alors que se profile la révolte des vignerons de 1907, quelques petits vignerons se regroupent et fondent « Les Vignerons Libres » dans une remise située avenue de Cazouls. Leur but est de vinifier et vendre le vin en commun au meilleur prix en s’affranchissant des négociants.
  • , Jean Jaurès visite la cave coopérative en construction. Son discours est publié dans l’Humanité du 7 mai 1905.
  • De 1942 à 1944, les Allemands occupent le village. Les écoles réquisitionnées servent de cantonnement. Le « Groupe Arnal » voit le jour et participe à la libération de Béziers
  • Après la guerre, le village est raccordé au réseau électrique.
  • En 1969, les rues pavées sont éventrées pour installer le tout-à-l’égout.
  • * Dans les années 1970, le premier lotissement « le flanc des coteaux » sort de terre. Les Maraussanais vont le nommer « Casablanca » en raison de ses toits terrasse. D’autres vont suivre. Le village s’étend inexorablement. Le mouvement se poursuit de nos jours au détriment de terres agricoles fertiles.
  • Vers la fin du XXème siècle, la baisse de consommation de vin fait chuter le nombre de viticulteurs. La coopérative de vinification est définitivement fermée en 2001.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1944
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Alphonse Jeay   Président du comité local de libération
1945 1946 Louis Cauquil    
1946 1959 Maurice Combes    
1959 1971 René Gibert    
1971 1975 Michel Ragot    
1975 1989 Claude Rouve PCF  
1989 mars 2008 Guy Albecq PS  
mars 2008 En cours Serge Pesce PS Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 4 244 habitants[Note 1], en augmentation de 8,68 % par rapport à 2011 (Hérault : +6,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502684694745917993969981976
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9471 0561 1131 1721 3721 3841 5181 6701 719
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8661 9201 9391 6711 6561 6971 6211 5081 562
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5851 6552 0882 1542 3362 7823 1803 9054 244
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Racing club Maraussanais, demi-finaliste du championnat de France de rugby 1928.
  • ASM champion de France de rugby 1998.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La cave coopérative
Le château d'eau
  • Le château de Perdiguier date de la fin du XIIIe siècle et a été agrandi aux XVIIe siècle et XVIIIe siècles. Il est inscrit à l’inventaire des monuments historiques[5].
  • La chapelle Notre-Dame-de-la-Providence date du XIXe siècle.
  • La casse Ford, la plus grande de France.
  • Le pont de Tabarka est un pont métallique fin du XIXe siècle de type Eiffel qui enjambe l'Orb. Construit lors de la création de la voie ferrée Béziers-Saint-Chinian des Chemins de fer de l'Hérault. Il fut transformé dans les années soixante-dix pour permettre le passage des voitures après la fermeture de la liaison ferroviaire en 1968. À cette occasion il fut doté d'une passerelle piétonne sur son côté amont.
Le pont de Tabarka sur l'Orb
  • Le château d'eau est un ancien réservoir qui capte l'eau d'une source souterraine vers le chemin de la Grotte, pour l'acheminer à la fontaine du lavoir par une galerie souterraine toujours en service.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Maraussan (Hérault).svg

Les armoiries de Maraussan se blasonnent ainsi :

''De sinople, au sautoir losangé d'argent et de gueules[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Jaurès se rendit à Maraussan en mai 1905 pour y visiter le chantier de la première cave viticole de France « Les Vignerons libres », il publia dans L'Humanité le récit de sa visite disponible sur Gallica.
  • Fernand Arcas, alias Arnal, chef de la résistance locale (Groupe Arnal)
  • Général Ulysse Casimir Balaman : polytechnicien, ancien président du comité technique de l’artillerie, a participé à la révision de l’affaire Dreyfus en 1904[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Arrêté du 20 septembre 1972, notice de la Base Mérimée, consultée le 4 septembre 2008
  6. Arrêté du 25 mai 2001, notice de la Base Mérimée, consultée le 2 octobre 2008
  7. Banque du Blason
  8. http://www.sabix.org/documents/dreyfus95.html


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Clair et Léa Roussel, Avenir des vignerons libres, Maraussan : toute une histoire... famille Louis Tarbouriech, Maraussan, Avenir des vignerons libres, [2010], 65 p.
  • Richard Lauraire, Maraussan, production et producteurs d'un patrimoine social : de la célébration historiographique au rite d'initiation (rapport final), [s.l.], Atelier de rencontres et de recherches comparatives en ethnologie, , 163 p. (lire en ligne)
    dans le cadre de la mission Production, producteurs et enjeux contemporains de l'histoire locale - 1996
  • Louis Tarbouriech et Marie-Claude Quemeneur, Les vignerons libres de Maraussan : naissance de la coopérative vinicole, 1901-1918, [s.l.], [s.n.], [1990-2000], 24 p.
  • Pierre Varaldi-Balaman, Maraussan près Béziers, village occitan : deux mille ans d'histoire, [s.l.], [s.n.], , 186 p.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :