Marathon masculin aux Jeux olympiques d'été de 1904

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marathon masculin aux Jeux olympiques de 1904
Description de cette image, également commentée ci-après

Thomas Hicks avec des supporteurs.

Généralités
Sport Athlétisme
Marathon
Lieu(x) Drapeau : États-Unis Saint-Louis
Date
Nations 4
Participants 32
Palmarès
Vainqueur Drapeau : États-Unis Thomas Hicks
Deuxième Drapeau : États-Unis Albert Corey[Note 1]
Troisième Drapeau : États-Unis Arthur Newton

Navigation

L'épreuve du marathon masculin aux Jeux olympiques de 1904 se déroule le dans les rues de Saint-Louis, aux États-Unis. Elle est remportée par l'américain Thomas Hicks dans le temps de h 28 min 53 s. Trente-deux athlètes représentant quatre nations participent à la compétition, mais seulement quatorze parviennent à terminer la course, dans un contexte particulier entre organisation et arbitrage insuffisants.

Contexte et record précédent[modifier | modifier le code]

Pour la première olympiades organisée aux États-Unis, c'est la ville de Saint-Louis qui est choisie comme hôte en raison de la tenue simultanée de l'Exposition universelle de 1904 dans la ville, aux dépends de Chicago[1].

Avant cette compétition, le record olympique dans la discipline du marathon est de h 58 min 50 s. Le détenteur est l'athlète grec Spyrídon Loúis qui l'a réalisé le , pendant les Jeux olympiques de 1896 à Athènes. Spyrídon Loúis est le premier champion olympique du marathon, puisque l'épreuve n'a été réalisée que deux fois dans les jeux olympiques dits « modernes ».

Déroulement[modifier | modifier le code]

Au lieu de commencer le marathon tôt le matin, les organisateurs de Saint-Louis font démarrer l'épreuve l'après-midi du et les températures pendant le marathon atteignent 32 °C[2]. La seule source d'eau pour les concurrents est un puits à environ à la marque des 12 milles (19,312128 km)[2], pour une distance totale de 24,85 milles (39,9921984 km)[3], le tout vallonné[1].

Le départ de la course.

Le premier concurrent à arriver à la ligne d'arrivée est le coureur américain Fred Lorz (en), qui avait abandonné la course après 9 milles (14,484096 km) et était retourné au Francis Field en voiture[1], saluant les spectateurs et les coureurs pendant le trajet[3]. Arès s'être réposé[1], Lorz reprend la course jusqu'à la ligne d'arrivée[3]. Dans la confusion, salué comme le vainqueur, il prend une photo avec Alice Roosevelt Longworth[3], la fille du président des États-Unis de l'époque, Theodore Roosevelt. Lorsqu'il est sur le point d'être de recevoir la médaille d'or, la vérité est révélée. Lorz admet la triche et indique avoir seulement plaisanté[3]. Cela lui vaudrait une interdiction temporaire à la compétition par l'Amateur Athletic Union (AUA)[2] et la colère du public[3].

Thomas Hicks, britannique s'étant installé aux États-Unis[4],[Note 2], fini vainqueur de l'épreuve, bien qu'il soit aidé. En effet, à 10 milles (16,09344 km) de l'arrivée, Hicks menant la course d'un 1,5 milles (2,414016 km), il est interdit de s'arrêter par ses entraîneurs qui lui donnent plusieurs doses de strychnine — un poison qui stimule le système nerveux à petites doses — mélangées à des blancs d'œufs[3],[1],[5], puis à de l'eau-de-vie[3]. Il continue à courir, pris d'hallucination et à peine capable de marcher droit pendant la majeure partie de la course[3]. Quand il atteint le stade, son équipe de supporteurs l'emmène jusqu'à la ligne en le tenant en l'air pendant qu'il remue ses pieds comme s'il courait toujours[3]. Les juges décident que cela est acceptable et lui décerne la médaille d'or[3],[6]. Hicks est transporté hors de la piste et est traité par plusieurs médecins en urgence[6]. Il ne courra plus jamais professionnellement.

La course sur les routes de campagnes.

William Garcia (en), de San Francisco, manque aussi de mourir dans l'épreuve. Il est retrouvé allongé sur la route le long du parcours marathon avec des problèmes respiratoires liés aux nuages ​​de poussière soulevés par les voitures des officiels de la course[6]. En effet, si la course commence et se termine dans un stade, le reste du parcours se déroule sur des routes de campagne poussiéreuses où les officiels de la course accompagnent dans des véhicules les coureurs, créant ainsi des nuages de poussière dangereux.

Un facteur cubain nommé Andarín Carvajal (en) rejoint le marathon à la dernière minute. Après avoir perdu tout son argent à La Nouvelle-Orléans, il fait de l'auto-stop jusqu'à Saint-Louis[3]. Il doit aussi courir dans ses propres vêtements qu'il adapte (coupe les jambes pour le transformer en short) pour l'événement[6]. N'ayant pas mangé depuis longtemps, il s'arrête dans un verger pendant l'épreuve pour prendre une collation[3]. Les pommes s'avèrent être pourries et lui causent de fortes crampes d'estomac[3]. En dépit de sa condition, il termine à la quatrième place.

Le marathon comprend les deux premiers Noirs Africains à concourir aux Jeux Olympiques : Len Taunyane (en) et Jan Mashiani (en). Ils ne sont pas à Saint-Louis pour participer aux Jeux Olympiques, puisqu'ils sont des figurants pour une animation consacrée à la guerre des Boers, à l'Exposition universelle de 1904 qui a lieu au même moment que les jeux olympiques[3]. Len Taunyane a terminé neuvième et Jan Mashiani est arrivé au douzième. Ce fut une déception, car de nombreux observateurs étaient sûrs que Len Taunyane aurait pu faire mieux s'il n'a pas été poursuivi près d'un mille en dehors du trajet de la cours par une meute de chiens sauvages[3].

Enfin, arrivant sans les documents corrects, le Français Albert Corey n'est pas été inclus dans l'équipe de France. Il est concoure donc à titre individuel en tant que résident américain.

Résultats[modifier | modifier le code]

Source[2]
Place Athlète Temps
1 Drapeau : États-Unis Thomas Hicks h 28 min 53 s
2 Drapeau : États-Unis Albert Corey[Note 1]> h 34 min 52 s
3 Drapeau : États-Unis Arthur Newton h 47 min 33 s
4 Drapeau : Cuba Andarín Carvajal (en) Inconnu
5 Drapeau : Grèce Dimitrios Veloulis Inconnu
6 Drapeau : États-Unis David Kneeland Inconnu
7 Drapeau : États-Unis Henry Brawley Inconnu
8 Drapeau : États-Unis Sidney Hatch Inconnu
9 Drapeau : Royaume-Uni Len Taunyane (en) (Afrique du Sud) Inconnu
10 Drapeau : Grèce Christos Zechouritis Inconnu
11 Drapeau : États-Unis Harry Devlin Inconnu
12 Drapeau : Royaume-Uni Jan Mashiani (en) (Afrique du Sud) Inconnu
13 Drapeau : États-Unis John Furla Inconnu
14 Drapeau : Grèce Andrew Oikonomou Inconnu
Drapeau : États-Unis Edward Carr DNF
Drapeau : Grèce Georgios Drosos DNF
Drapeau : États-Unis Robert Fowler DNF
Drapeau : États-Unis John Foy DNF
Drapeau : États-Unis William Garcia (en) DNF
Drapeau : Grèce Kharilaos Giannakas DNF
Drapeau : Royaume-Uni Bertie Harris (Afrique du Sud) DNF
Drapeau : États-Unis Thomas Kennedy DNF
Drapeau : États-Unis John Lordon DNF
Drapeau : Grèce Ioannis Loungitsas DNF
Drapeau : Grèce Georgios Louridas DNF
Drapeau : États-Unis Samuel Mellor DNF
Drapeau : États-Unis Frank Pierce DNF
Drapeau : Grèce Petros Pipiles DNF
Drapeau : États-Unis Guy Porter DNF
Drapeau : États-Unis Michael Spring DNF
Drapeau : Grèce Georgios Vamkaitis DNF
DISQ Drapeau : États-Unis Frederick Lorz (en) h 13 min 0 s

AR Record continental | CR Record de la compétition | DNF N'a pas terminé | DNS N'a pas pris le départ | DQ Disqualification | EL Meilleure performance européenne de l'année | MR Record du meeting | NR Record national | OR Record olympique | PB Record personnel | SB Meilleure performance personnelle de la saison | WL Meilleure performance mondiale de l'année | WJR Record du monde junior | WR Record du monde

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arrivant sans documents corrects, le Français Albert Corey n'est pas été inclus dans l'équipe de France. Il coure donc pour les États-Unis.
  2. Il est seulement le deuxième athlète a remporté une médaille pour un pays où il n'est pas né.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Kelly Moffitt, « In 1904, St. Louis hosted the first Olympics on American soil. It was kind of a mess. » (consulté le 17 octobre 2017)
  2. a, b, c et d (en) « Athletics at the 1904 St. Louis Summer Games: Men's Marathon - Athletics at the 1904 Summer Game », sur sports-reference.com (consulté le 12 octobre 2017).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Karen Abbott, « The 1904 Olympic Marathon May Have Been the Strangest Ever », sur smithsonianmag.com, (consulté le 12 octobre 2017).
  4. (en) Joe Holleman, « Spotlight: Lone marker notes 1904 Olympic marathon route, but who put it up? », sur stltoday.com (consulté le 17 octobre 2017)
  5. Il s'agit ici de la première mention d'un dopage aux jeux olympiques modernes.
  6. a, b, c et d (en) « Sports Legend Revealed: A marathon runner nearly died because of drugs he took to help him win », sur latimes.com, (consulté le 12 octobre 2017).