María Polydoúri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
María Polydoúri
Description de cette image, également commentée ci-après
Polydoúri en 1920.
Nom de naissance María Polydoúri
Naissance
Kalamata, Grèce
Décès
Athènes
Nationalité Grecque
Diplôme
National et Kapodistrian Université d'Athènes
Activité principale
poétesse
Auteur
Langue d’écriture Grecque
Mouvement néoromantisme

María Polydoúri (grec moderne : Μαρία Πολυδούρη), née le à Kalamata et morte le à Athènes, est une poétesse grecque qui appartenait à l'école du néoromantisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Polydoúri est née à Kalamata. Elle était la fille du philologue Eugène Polydoúris et de Kyriakí Markátou, une féministe avant l'heure. Elle a complété ses études secondaires à Kalamata, et a également été à l'école à Gythio et Filiatra, ainsi qu'à l'Arsákeio d'Athènes pendant deux ans. Elle était contemporaine de Kóstas Karyotákis, avec qui elle a eu une histoire d'amour désespérée, mais incomplète. Bien qu'elle ait écrit de la poésie depuis son plus jeune âge, l'un de ses plus importants poèmes a été écrit au cours des quatre dernières années de sa vie, lorsque, souffrant de la tuberculose, elle a été recluse dans un sanatorium d'Athènes où elle est décédée en 1930.

Elle a fait sa première apparition dans le monde littéraire à l'âge de 14 ans avec le poème en prose La Douleur de la Mère, qui fait référence à la mort d'un marin qui s'est échoué sur les rives de Filiatra et est influencée par les lamentations entendues à la péninsule de la Magne. À seize ans, elle a été nommée à la Préfecture de la Messénie, et elle a aussi exprimé un vif intérêt à La querelle des femmes. En 1920, dans une courte période de quarante jours, elle assiste à la fois la mort de ses deux parents.

En 1921, elle a été transférée à la Préfecture d'Athènes pendant qu'elle s’inscrivait à la Faculté de Droit de l'Université nationale et capodistrienne d'Athènes. Kóstas Karyotákis, un camarade poète de l'époque, travaillait dans le même service. Après leur rencontre, une violente passion se développa, qui bien que courte, influença de manière décisive sa vie et son travail.

Ils se sont rencontrés pour la première fois en . Polydoúri était alors âgé de 20 ans, tandis que Karyotákis avait 26 ans. Elle a publié des poèmes de jeunesse alors qu'il avait publié deux recueils de poésie - La douleur des Hommes et des choses” (1919) et Nepenthe (1921) - et qui avait déjà gagné le respect de certains critiques et compagnons-artisans.

Pendant l'été 1922, Karyotákis a découvert qu'il souffrait de la syphilis, une maladie incurable et porteuse de stigmatisation sociale. Il a immédiatement informé Polydoúri à ce sujet et lui a demandé de mettre fin à leur relation. Elle a proposé de se marier sans avoir d'enfants, mais il était trop fier pour accepter ce sacrifice. María a douté de sa sincérité et a senti que sa maladie était un prétexte pour la quitter.

En 1924, elle a rencontré Aristotelis Georgiou, un avocat qui venait juste de rentrer de Paris. Polydoúri s'est fiancée avec lui au début de 1925. Malgré le dévouement de son fiancé, Polydoúri ne pouvait pas se concentrer sérieusement dans son activité. Elle perdit son travail dans le secteur public après des absences répétées et a abandonné la faculté de Droit. Elle a étudié à la Kounallaki, une École d'art dramatique et a même réussi à apparaître comme actrice dans une pièce de théâtre, Le Petit Chiffon, dans lequel elle avait le rôle principal.

Pendant l'été de 1926, elle rompt ses fiançailles et part pour Paris. Elle étudie la couture, mais ne peut pas travailler parce qu'elle a contracté la tuberculose. Elle retourne à Athènes en 1928 et est hospitalisée à l'hôpital Sotiria, où elle apprend le suicide de son ancien amant, Kostas Karyotákis. Dans la même année, elle sort son premier recueil de poésie Ces légers gazouillis et, en 1929, un deuxième, L'Écho sur le chaos.

Polydoúri a laissé deux œuvres en prose, son journal et un roman sans titre dans lequel elle attaque le conservatisme et l'hypocrisie de l'époque. Elle meurt de la tuberculose au matin du , après une série d'injections de morphine qui ont été données par un ami à la clinique Christomanos.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Polydoúri en 1918.

María Polydoúri appartient à la génération des années 1920, qui a favorisé le sentiment d'insatisfaction et de déclin. L'amour et la mort sont les deux axes autour desquels sa poésie s'articule. Sa poésie est une forme concise, la source de lyrisme qui rompt dans une profonde tristesse et parfois de chagrin, avec d'évidentes influences de l'amour de sa vie, Kóstas Karyotákis, mais aussi des déplorations de Mani. Les exacerbations affectives et émotionnelle de Polydoúri servent souvent à couvrir certaines faiblesses techniques et la composition des équipements.

Le critique et poète Kóstas Stergiópoulos a écrit :

« Maria Polydouri a écrit ses poèmes, comme si elle écrivait son journal intime. La transmutation s'est fait automatiquement et sans effort. Pour Polydoúri, l'expression voulait dire la transcription directe de l'ensemble des événements survenus dans son monde émotionnel à la langue poétique avec toutes les idéalisations et les exagérations romantiques que dicte sa nature[1]. »

Le premier article sur María Polydoúri basé sur ses archives et journal appartient à Vasiliki Bobou-Stamati et est publié dans Elliniki Dimiourgia (1954), p. 617-624. Le recueil des œuvres de María Polydoúri est publié pour la première fois dans les années 1960 par l'Estia de Presse, organisée par Lili Zografou[2]. Depuis lors, ils ont été réédités par divers éditeurs. L'écrivain et poète Kostis Gimossoulis a écrit une biographie fictive intitulée La lumière pleut[3]. Ses poèmes ont été mis en musique par des compositeurs grecs, des artistes classiques et rock - notamment Menelaos Palladio, Kostis Kritsotakis, Nikos Mamangakis, Yiannis Spanos, Notis Mavroudis, George Arkomanis, Dimitris Papadimitriou, Michalis Koumbios, Stelios Botonakis, les groupes Plinthetes et Iliodromio, et le compositeur Nikos Fylaktos avec la voix et le piano[4].

Ses poèmes (ou au moins une partie d'entre eux) ont été traduits en bulgare, catalan, néerlandais, allemand, français, italien, macédonien, roumain, espagnol[5] et suédois[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kostas Stergiopoulos, Greek Poetry, Athènes, Sokolis,
  2. Lili Zografou, Maria Polydouri, The complete works, Athènes, Estia,
  3. Kostas Gimosoulis, Raining Light, Athènes, Kedros,
  4. Nikos Fylaktos, « Armoriki »
  5. Maria Polydouri, Los trinos que se extinguen, Madrid, Vaso Roto, , 160 p. (ISBN 978-84-15168-74-4)
  6. Enrique Íñiguez Rodríguez, Mujeres de letras : pioneras en el Arte, el Ensayismo y la Educación, Murcie, Consejería de Educación y Universidades, , 697–717 p., « Los trinos que no se extinguen: reivindicación de María Polyduri y su papel para la literatura griega »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :