María Dávila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

María Dávila Guerra est une peintre espagnole née en 1990 à Malaga. Elle vit et travaille à Grenade.

Biographie[modifier | modifier le code]

María Dávila a obtenu une Licence en arts plastiques à l’Université de Malaga et un Master en production et recherche artistique à l’Université de Grenade, où elle prépare une thèse en histoire de l’art depuis 2014[1].

Alors encore étudiante, elle commence à montrer ses œuvres dans des expositions personnelles et à participer à des expositions collectives dans d’importants centres d’art en Andalousie. En 2014, elle gagne le premier prix MálagaCrea[2] puis a été sélectionnée deux années consécutivement au Prix de peinture BMW en 2015 et 2016[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sa peinture a pour problématique les limites du visible et les frontières entre réalité et fiction[4]. Basée sur un matériau photographique ou cinématographique (archives familiales, copies d’écran de films ou de documentaires)[5], María Dávila développe, plus spécifiquement, ses préoccupations dans différentes séries:

  • "Anagnórisis – La trama" (2014) cherche à souligner les similitudes sous-jacentes entre la fiction et les films documentaires, en insistant sur la nature interprétative de notre relation avec la réalité[6]
  • "Solsticio" (2015) traite de notre incapacité à reconnaître notre image et de la non-correspondance entre la mémoire et l’expérience vécue. Cette série est basée sur un album de photographies de famille
  • "Dramatis personae" (2015) a pour sujet le fait de regarder et d’être regardé dans la construction de l’identité, à travers une forme de cinéma privilégiant une (dé)construction narrative, comme les films surréalistes ou la Nouvelle vague[7]
  • "Post scriptum" (2017) s’intéresse à la construction narrative à la base de toute relation humaine, à travers un dialogue avec le cinéma et le théâtre[8].

Expositions[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Después, el silencio, Centro Cultural Provincial, Malaga
  • 2014 : Anagnórisis - La trama, Ecole des Beaux-Arts Malaga
  • 2015 : Dramatis personae, El Palmeral de las Sorpresas/Espacio Iniciarte, Malaga
  • 2017-2018 : Post scriptum, Palacio de los Condes de Gabia, Grenade

Expositions de groupe (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Stand Byes, Centro Cultural Provincial, Malaga
  • 2014 : MalagaCrea 2014, Centro de Arte Contemporáneo de Malaga (CAC Malaga); UNDER35. Arte Emergente en Málaga, Galería de Arte Contemporáneo (GACMA), Malaga
  • 2015 : 30e édition des BMW Painting Awards, Casa de Vacas del Retiro, Madrid; Neighbours III. Artistas de proximidad, Centro de Arte Contemporáneo de Málaga (CAC Málaga); Okupart. MAUS Málaga, Hôtel de ville de Malaga city hall/CAC Malaga; Imago Mundi: Made in Spain, Fondation Luciano Benetton/Centro de Arte Contemporáneo de Malaga (CAC Malaga)
  • 2016 : Tiempo de luz, Museo del Patrimonio Municipal (MUPAM), Malaga; 31ème édition des BMW Painting Awards, Centro Galileo, Madrid

Prix (sélection)[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • María Dávila. Después, el silencio, texte de Marina Bravo Casero, Ville de Malaga/Département de la Culture, 2013.
  • María Dávila. Anagnórisis-La trama, texte de Pedro Osakar Olaiz, Ecole des Beaux-Arts de, Malaga, 2014 (ISBN 978-8494303425)
  • María Dávila. Dramatis personae, texte de Víctor Borrego, Gouvernement d’Andalousie/Département de la Culture, 2015 (ISBN 978-8499591506)
  • María Dávila. Post scriptum, textes de Luis Puelles et María Dávila, Ville de Grenade/Département de la Culture, 2017 (ISBN 978-84-7807-590-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]