María Bruguera Pérez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

María Bruguera Pérez
Image illustrative de l’article María Bruguera Pérez

Naissance
Jerez de la Caballeros (Espagne)
Décès (à 79 ans)
Madrid
Origine espagnole
Type de militance Logo CNT.jpg CNT
Cause défendue féministe libertaire
anarcho-syndicalisme

María Bruguera Pérez, née le [1] à Jerez de la Caballeros (Espagne) et morte à Madrid le , est une militante féministe libertaire espagnole.

Elle fréquente très jeune le milieu libertaire et prend part à la Révolution sociale espagnole de 1936 dans les rangs de la Confédération nationale du travail, dans la Federación Ibérica de Juventudes Libertarias et dans l'organisation féminine libertaire[2] Mujeres Libres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille et sœur de militants anarchistes, elle quitte l'école à 9 ans et milite à la Fédération ibérique des jeunesses libertaires dès sa création en 1932[1].

Enceinte de 4 mois, elle est arrêtée en , avec plusieurs membres de sa famille.

Son compagnon Francisco Torrado Navarro est fusillé ainsi que sa mère Elisa Pérez Moreno.

Condamnée à la réclusion à perpétuité, elle est incarcérée à Badajoz, Salamanca, Valladolid, Santander et Madrid. Elle est libérée en .

Elle rejoint la lutte clandestine dans le comité de Mujeres Libres en liaison avec le Comité Régional du Centre de la Confédération nationale du travail (CNT).

Après la mort de Franco, elle prend part à la reconstruction de groupe Mujeres Libres de Madrid et milite dans la section Santé de la CNT. Elle est parmi les fondatrices de la revue Mujeres Libertarias.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Mujeres Libres.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b * (es) Miguel Iñiguez, Esbozo de una Enciclopedia histórica del anarquismo español, Fundación de Estudios Libertarios Anselmo Lorenzo, Madrid, 2001, page 103.
  2. Mary Nash, Femmes Libres : Espagne, 1936-1939, La pensée sauvage, 1977, lire en ligne.