Manuel Torre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuel Torre
Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Manuel Torre à Jerez de la Frontera

Informations générales
Surnom Niño de Jerez, El niño Torre, Manuel Torre
Nom de naissance Manuel Soto Loreto
Naissance
Jerez de la Frontera
Décès (à 54 ans)
Séville
Activité principale chanteur
Genre musical Flamenco
Années actives 1902-1931
Labels Odéon, Gramófono
Influences Enrique El Mellizo

Manuel Torre, nom de scène de Manuel Soto Loreto, est un chanteur (cantaor) et auteur de cantes flamenco gitan espagnol né à Jerez de la Frontera (Cadix) en 1878 mort à Séville en 1933.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manuel Torre est né dans le quartier de San Miguel, le 5 décembre 1878. Il est le fils de Tomasa Loreto Vargas, de Jerez, et de Juan de Soto Montero, de Algeciras, lui-même cantaor non professionnel. Il est le neveu de Joaquín La Cherna, cantaor et auteur de Siguiriyas. Il commence à chanter dans les cafés de Jerez sous le surnom de El niño Torre surnom attribué à cause de sa grande taille. Il rencontre Enrique El Mellizo qui l'initie au chant flamenco et dont il reprend le répertoire. Il fait ses débuts professionnels en 1902 à Seville. Il enregistre ses premiers disques en 1909. En 1922 il est invité lors du concours de cante jondo qui se déroule à Grenade à l'initiative de Federico Garcia Lorca et Manuel de Falla. Devenu indigent et atteint de tuberculose, il meurt le 21 juillet 1933 dans son fauteuil. Sa famille n'ayant pas les moyens de payer son enterrement, le cantaor Pepe Marchena organise un spectacle en son hommage afin de recueillir des fonds pour payer les obsèques. Une plaque commémorative et un buste à son effigie orne la place où il est né. Ses deux fils, Thomas et Pépé Torre, ont aussi été chanteurs de flamenco.

Style[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme l'un des plus influents cantaors gitans du début du XXe siècle, et comme l'une des figures représentatives du style de cante de Jerez. Sur scène ses prestations impressionnaient le public, c'est à son propos que Garcia Lorca parla pour la première fois de « Duende » pour qualifier un état de transe lors de l'interprétation d'un chant flamenco. Manuel Torre le qualifiait ainsi: « Tout ce qui possède des sons noirs a du Duende »[1]. Il s'est spécialisé dans les chants primitifs tels les siguiriyas et les soleás, mais interpréta aussi des chants de type andalous comme les tarantas et les mineras, ainsi que des saetas (chants religieux entonnés à cappela lors de la semaine sainte).

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Manuel Torre a enregistré 49 cantes flamenco réparties en quatre séances d'enregistrement en 1909, 1922, 1929 et 1931. Pour ses premiers 78 tours édités par Odéon en 1909, il est accompagné à la guitare par Juan Gandulla Habichuela[2]; ensuite par El Hijo de Salvador en 1922 lors du concours de cante jondo de Grenade chez Gramófono[2], par Miguel Borrull en 1929 chez Odéon et par Javier Molina en 1931 chez Gramófono[3],[4]. Ces disques 78 tours donnent une faible idée de ses talents, pour Antonio Mairena : « Les amateurs de flamenco qui ont seulement entendu ses enregistrements, ne connaissent que son ombre, car il a fait tous ses enregistrements dans un état inconscient »[5].

Enregistrements 1909[modifier | modifier le code]

Disques Odéon, guitare Juan Gandulla Habichuela[6],[7].

  1. cartagenera - Acaba penita acaba
  2. cartagenera - Como el tiempo es variable
  3. cartagenera - Yo te voy a comprar un refajo
  4. farruca - Que estaba llorando una farruca
  5. malagueña - Baje del cielo un castigo
  6. petenera - Yo ni aun durmiendo puedo tener
  7. petenera - Yo no creo en mi madre
  8. saeta - Por no saber lo que hacerle
  9. seguiriyas - A clavito y canelita
  10. seguiriyas - Por tu causita me estoy viendo malito en la cama
  11. seguiriyas - Siempre por los rinconcitos
  12. soleá - Pérdidas que aguardan ganancias
  13. soleá - Primita de mi alma
  14. tiento - A mi cuerpo lo voy a vestir
  15. tiento - Cuando me meto en mi cuarto
  16. tiento - 'En la casa de la pena
  17. tiento - Haga usted favor rey moro
  18. tiento - Tengo momentos en la noche
  19. tiento - Tú eres tontita inocente

Enregistrements 1922[modifier | modifier le code]

Disques Gramófono enregistré en 1922 lors du concours de cante jondo de Grenade, guitare El Hijo de Salvador[6],[7].

  1. seguiriyas - Siempre por los rincones
  2. seguiriyas - Queditos los golpes
  3. soleá - Tan solamente a la tierra
  4. soleá - Delante de un crucifijo

Enregistrements 1928-29[modifier | modifier le code]

Disques Odéon, guitare Miguel Borrull[6],[7].

  1. alegría - Yo le di un duro al barquero
  2. bulerías - Yo no sé por qué
  3. bulerías por soleá - Cuando me eches de menos
  4. campanilleros - A la puerta de un rico avariento
  5. fandangos - Mi caballo se paró
  6. fandangos - Una paloma blanca
  7. malagueña - Por buscar la flor que amaba
  8. saeta - Al son de roncas trompetas
  9. saeta - De sus barbas santas le jalaban
  10. saeta - Los cielos se oscurecieron
  11. saeta - Lo pasean por el pueblo
  12. seguiriyas - Con que dobles fatigas
  13. seguiriyas - Contemplarme a mí madre
  14. seguiriyas - Te fuiste de mi vera
  15. seguiriyas - Manuela de mi alma
  16. seguiriyas - Qué grandes son mis penitas
  17. seguiriyas - Siempre por los rincones
  18. soleá - Mal fin tengas
  19. soleá - Por nadie lo había yo hecho
  20. soleá - Por ti abandoné a mis niños
  21. taranto - Dónde andará mi muchacho
  22. taranto - Por Dios que me den la espuela

Enregistrements 1931[modifier | modifier le code]

Disques Gramófono, guitare Javier Molina[6],[7].

  1. seguiriyas - A clavito y canela
  2. seguiriyas - Por los rincones madre
  3. soleá - Como la quería yo tanto
  4. soleá - Hasta mi fe de bautismo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Leblon, Flamenco Cités de la musique/Actes Sud 1995

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Federico Garcia Lorca Teoría y juego del duende 1933, Poésies III 1926-1936, NRF, Poesie/Gallimard
  2. a et b El flamenco en la discografia primitiva sevilla.abc.es
  3. Manuel Torre andalupedia.es
  4. Pierre Lefranc Manuel Torre (1878-1933) 78 tours apaloseco.com
  5. Antonio Mairena: Confesiones de Antonio Mairena, Secretariado de Publicaciones de la Universidad de Sevilla, Seville, 1976
  6. a, b, c et d Grabaciones históricas datos.bne.es
  7. a, b, c et d Manuel Torre obra completa canteytoque.es