Manuel Rui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Manuel Ruiz.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rui, Alves (homonymie) et Monteiro (homonymie).
Manuel Rui
Nom de naissance Manuel Rui Alves Monteiro
Naissance (78 ans)
Huambo, Angola
Nationalité Angolais
Pays de résidence Drapeau de l'Angola Angola
Profession
Autres activités
Ministre de l'Information

Manuel Rui Alves Monteiro, né à Huambo le 4 novembre 1941, plus connu sous le nom de Manuel Rui, est un écrivain angolais de langue portugaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manuel Rui fréquente l'Université de Coimbra, au Portugal, et obtient une licence de droit en 1969. Il pratique le droit à Coimbra et Viseu pendant la guerre d'indépendance en Angola[1]. À Coimbra, il devient membre de la rédaction de la revue Vértice (pt), de la direction de Centelha Editora, dans lequel il publie A Onda, en 1973[2]. Il devient également un collaborateur du Centre des études littéraires de l'Associação Académica[1].

Après la révolution des œillets, il retourne en Angola et devient Ministre de l'information du Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA) dans le gouvernement de transition établi par l'Acordo do Alvor[3]. Il devient également le premier représentant de l'Angola de l'Organisation de l'unité africaine et aux Nations unies.

Manuel Rui devient membre fondateur de l'Union des artistes et compositeurs angolais, de l'Union des écrivains angolais (pt) et de la Société des auteurs angolais. Il est l'auteur des paroles de Angola Avante, l'hymne national angolais, et d'autres hymnes comme l' Hino da Alfabetização et l' Hino da Agricultura, et la version angolaise de L'Internationale[1]. Au plan académique, Manuel Rui fut le directeur de la Faculté des lettres de Lubango et de l'Institut supérieur des sciences de l'éducation[1].

Œuvres en français[modifier | modifier le code]

  • Le Porc épique, traduction de Quem me dera ser Onda, Lisboa, Edições Cotovia, 1982, par Michel Laban, Éditions Dapper, 1999

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Niyi Afolabi, Golden cage: regeneration in Lusophone African literature and culture, Africa World Press, Trenton, N.J., 2001, 256 p. (ISBN 0-86543-739-4)
  • (en) Emmanuel Kwaku Akyeampong et Henry Louis Gates, Jr. (dir.), « Manuel Rui », in Dictionary of African Biography, vol. 5, Oxford University Press, p. 220-222 (ISBN 9780195382075)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (pt) « Biografias - Manuel Rui Alves Monteiro », sur UEA (consulté le 10 janvier 2011).
  2. (pt) « Manuel Rui », sur Biblioteca Nacional de Portugal (consulté le 10 janvier 2011).
  3. Phillis Reisman Butler, Manuel Rui's Sim Camarada!: Interpolation and the Transformation of Narrative Discourse, vol. 14, Phillis Reisman Butler Callaloo, 307-312 p., chap. 2.