Manuel Flam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manuel Flam
Manuel Flam-IMG 8424.jpg
Manuel Flam en 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Mère
Mireille Flam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Site web

Manuel Flam, né le à Paris, est un ancien haut fonctionnaire français, devenu cadre dans une société privée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Manuel Flam naît le à Paris[1]. Il est le fils de Mireille et Gilbert Flam, deux magistrats étiquetés à gauche[2]. Sa mère est ancienne conseillère de Paris[2].

Il étudie à l'ESSEC[3] en 2002, avant de rejoindre Sciences Po (2003)[1], puis l'ENA (promotion Simone Veil[4]).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l’ENA, Manuel Flam intègre le le corps des administrateurs civils du ministère de l’Économie et des Finances[5]. Il est chef de bureau des affaires communautaires et multilatérales au sein de la direction de la législation fiscale (DLF), et coordonne pour la France les travaux de lutte contre paradis fiscaux conduits au sein de l’OCDE[6].

En 2009, il devient conseiller économique au commissariat général au développement durable au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire (MEEDDAT)[7].

Après avoir participé à la campagne du candidat socialiste, François Hollande, à l'élection présidentielle française de 2012[8] dans le pôle thématique Écologie dirigé par Marie-Hélène Aubert, il est nommé en directeur de cabinet de la ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement, Cécile Duflot. Ses fonctions prennent fin un an plus tard, le [9].

En 2018, il figure en cinquième position du palmarès 2018 de l'Institut Choiseul des « 100 leaders économiques de demain »[10].

Société nationale immobilière[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé membre du directoire de la Société nationale immobilière (SNI)[1], filiale de la Caisse des dépôts, en tant que directeur général chargé du logement social. En 2014, le Groupe SNI annonce la création de Grand Paris Habitat.

En , il devient président du directoire de Grand Paris Habitat[11].

Le , il remet sa démission à Éric Lombard[12]. Il quitte ses fonctions le afin de s'engager « dans un projet entrepreneurial »[11]. et rejoint le groupe immobilier privé Idec comme directeur du développement[13].

Engagement local[modifier | modifier le code]

Il est inscrit au Parti socialiste à l'âge de 16 ans[14],[2].

Dans le cadre de sa scolarité à l’ENA, il effectue en 2004 un stage de six mois à la préfecture de l’Indre, où il fait la connaissance de Michel Sapin, qui l'incite à s'impliquer localement[3],[15]. Il devient secrétaire de la section départementale du Parti socialiste en 2008 et fait partie des listes socialistes aux élections municipales de 2008 à Chateauroux[16]. Il annonce en 2012 cesser ses activités militantes dans le département[17].

Rapports et publications[modifier | modifier le code]

Manuel Flam est le co-signataire de deux rapports pour le Cercle de l'Industrie consacrés à l'économie verte[18],[19].

En 2010, il publie aux Presses universitaires de France un ouvrage consacré à l’économie verte[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dominique Daguet, « Panique à bord », sur france-catholique.fr, (consulté le ).
  2. a b et c « Manuel Flam attend son heure », La Lettre Valloire,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Flam, la nouvelle vague », sur lexpress.fr, .
  4. Promotion Simone Veil de l'ENA Legifrance.gouv.fr
  5. « Arrêté du 16 mai 2006 portant affectation (administrateurs civils) », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  6. Stéphanie Fefeu, « Manuel Flam directeur du developpement du groupe Idec », sur lemoniteur.fr, (consulté le ).
  7. « Saisine « Nouveau modèle de croissance » », sur strategie.gouv.fr, (consulté le )
  8. Hervé Kempf, « Manuel Flam, énarque écologiste », Le Monde, 15 mai 2012.
  9. « Arrêté du 15 juillet 2013 portant cessation de fonctions et nomination au cabinet de la ministre », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  10. « 11 ESSEC dans le palmarès 2018 de l'Institut Choiseul », sur www.alumni.essec.edu (consulté le )
  11. a et b Bruno Poulard, « Manuel Flam quitte son poste à la SNI », sur innovapresse.com, (consulté le ).
  12. « Manuel Flam quitte la SNI », sur lemoniteur.fr, (consulté le ).
  13. « Manuel FLAM , GROUPE IDEC , Annuaire Business Immo », sur www.businessimmo.com,
  14. « Manuel Flam : une étincelle à gauche », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  15. Anne-Sophie Lechevallier, « Michel Sapin, une pièce rare pour le président », sur parismatch.com, .
  16. « Flam monte sur le ring », sur lanouvellerepublique.fr, .
  17. « L'au-revoir de Flam », sur lanouvellerepublique.fr, .
  18. « Étude du Cercle de l'Industrie sur l'économie verte et le rôle de l'industrie dans la croissance verte », sur cercleindustrie.eu, .
  19. « Étude du Cercle de l'Industrie sur l'industrie française face à l'économie verte: l'exemple de sept filières », sur cercleindustrie.eu, .
  20. L'Économie Verte, Essec.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :