Manuel Arias y Porres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Manuel Arias y Porres
Image illustrative de l’article Manuel Arias y Porres
Biographie
Naissance
à Alaejos (Espagne)
Décès
à Séville (Espagne)
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité 1652
Langue Langue de Castille
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par Clément XI
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Archevêque de Séville
Prieur de Castille
1692 –1702
Ambassadeur de l'Ordre
auprès de roi d'Espagne
1692 –1702
Grand chancelier - Bailli de Castille
1689 –1692
Commandeur de Quiroga
1683 –1689
Commandeur de Tevenes
1676 –1683
Commandeur de Viso
1674 –1676
Commandeur de Benavente
1668 –1674
Vice-chancelier de l'Ordre
1662 –1668
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction laïque
Ambassadeur d'Espagne au Portugal
Gouverneur du haut conseil de Castille
de à
et de à
Membre de la Junta de gobierno
de à

Manuel Arias y Porres (né le à Alaejos, en Espagne et mort le à Séville) est chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans lequel il remplit les fonctions de commandeur, de grand bailli, de prieur de Castille et d'ambassadeur de l'Ordre. Il est ensuite archevêque et un cardinal du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une illustre famille, il est le fils de Gomez Arias et de Catalina de Porres.

Arias est présenté de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et est envoyé à Malte en 1652 à l'âge de quatorze ans. En 1662, il est vice-chancelier de l'Ordre, et en 1668 il devient commandeur de Benavente, de Viso (près de Madrid) en 1674, de Tevenes en 1676 et de Quiroga en 1683.

Il obtient alors la responsabilité de grand bailli qu'il quitte pour retourner en Espagne en 1689. En 1690, il est ambassadeur d'Espagne au Portugal. Il est frère chevalier et refuse de devenir frère prêtre. En 1692, il est lieutenant du prieur de Castille, ambassadeur de l'Ordre auprès du roi d'Espagne et lui-même prieur de Castille.

De à , il est gouverneur du haut conseil de Castille contre sa volonté. Il se retire à Viso, mais il est renommé, en , toujours comme son gré, par le roi, pour résoudre la révolte du pain à Madrid, il démissionne en .

Arias est membre de la « Junta de gobierno » après la mort de roi Charles II d'Espagne entre et . Il est conseiller d'état de Philippe V d'Espagne de 1701 à 1703. Dans la question de la succession espagnole, Arias est supporteur de la partie des Français.

Il est élu archevêque de Séville le et reçoit la pallium le . Consacré, le , au « Colegio Imperial de Jésuites » de Madrid par Padro Portocarrero Guzman. Tombé en disgrâce, il retourne à son archidiocèse en . Après la rupture des relations de l'Espagne avec le Saint-Siège en 1709, Arias est un des quatre prélats qui ne suivent pas les ordres du roi Philippe V.

Le pape Clément XI le crée cardinal in pectore lors du consistoire du . Sa création est publiée en 1713.

Source[modifier | modifier le code]