Le Manifeste 2016-2019 : Ni dieu ni maître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Manu dans l'cul)
Le Manifeste 2016-2019 : Ni dieu ni maître

Album de Damien Saez
Sortie Drapeau de la France 20 novembre 2019 (sortie digitale sur le site officiel), 22 novembre 2019 (sortie physique)
Enregistré 2016-2019
Durée 3 h 47 min 49 s
Genre Musique française, Rock
Format 4 disques
Label 16.ART, Wagram Music[1], Cinq 7

Albums de Damien Saez

Singles

  1. S'ils ont eu raison de nous
    Sortie :
  2. Germaine
    Sortie :
  3. Mandela
    Sortie :
  4. Jojo
    Sortie :

Le Manifeste 2016-2019 : Ni dieu ni maître (initialement nommé Le Dernier Disque puis À Dieu) est le douzième album studio de Damien Saez, paru le . Il est le successeur de son précédent album #humanité, sorti le . Il s'agit du quatrième album issu du projet artistique du Manifeste. Le premier extrait, S’ils ont eu raison de nous, est dévoilé le , sur son site deux semaines seulement après la sortie de l’album précédent #humanité.

Il contient 39 morceaux en quatre disques. 15 d'entre eux sont déjà présents sur les trois albums précédents. 10 ont été publiés depuis l'annonce de l'album et 14 sont dévoilés le sur le site officiel de l'artiste. Un EP de 7 titres intitulé Libertaire sort le pour le premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes.

Cet album paraît au milieu de la tournée franco-belge du Manifeste[2]. Il est le quatrième et dernier album issu du projet artistique Le Manifeste.

Histoire de l'album[modifier | modifier le code]

Deux albums sont annoncés en pour l'automne de la même année. Le premier, L'Oiseau liberté, composé de deux disques, en et Lulu, annoncé le comme un triple album.

L'annonce de la sortie de l'album est faite par l'artiste le au soir sur son site officiel culturecontreculture.fr[3]. Trois morceaux accompagnent l'annonce, il s'agit de Germaine, Jojo et Mandela[3],[4].

Le , un premier extrait intitulé «S'ils ont eu raison de nous» est publié sur culturecontreculture.fr. Il s'agit d'un morceau de d'après le site officiel de l'artiste.

La sortie de l’album était initialement annoncée pour le sur le site officiel de Saez mais l’album ne sort pas à la date prévue et cela sans qu’aucune nouvelle ne soit donnée par l’artiste.

Le , au lendemain de l'incendie qui ravage la cathédrale Notre-Dame, Saez publie une photo sur son site officiel dévoilant le contenu d'un disque intitulé Ma cathédrale contenant 9 titres. Cet événement donnera naissance au morceau La Dame en feu.

Le , 23 nouveaux titres sont dévoilés. Trois nouveaux extraits sont publiés : Germaine, Jojo et Mandela. Pour faire hommage à un an du mouvement des Gilets jaunes. Saez publie 7 titres de l’album sur son site officiel le en leur dédiant ces morceaux. Il s’agit des morceaux La Province, Libre, Liberté, Contestataire, Camarade président, Manu dans l'cul et L'Enfant de France. Manu dans l'cul est offert en téléchargement gratuit[5].

Saez se produira pour la première fois à l'AccorHotels Arena de Paris le pour la promotion de l'album[6].

L'album est publié dans son intégralité le à minuit sur le site officiel de Saez.

Dans une entrevue en , Saez évoque la sortie prochaine de son treizième album composé de musique classique instrumentale orchestrale[7], l’album étant en cours de finalisation[8]. Cet album sera joué et enregistré sur scène en 2021 pour donner naissance à un double album. Un album acoustique sortira également en 2021 dans les mêmes conditions. Il s’agit des albums Mélancolie et La symphonie des siècles.

Le titre et les pochettes[modifier | modifier le code]

Initialement annoncé sous le nom de Le Dernier Disque[9] en 2017, puis À dieu[10] en 2018, le titre définitif Ni dieu ni maître (Le Manifeste 2016-2019 : Ni dieu ni maître dans sa forme longue) est finalement dévoilé le . Ce titre fait référence à la devise anarchiste et révolutionnaire Ni dieu ni maître, signifiant tout refus au pouvoir et à toute autorité, thème prédominant de l'album à travers des morceaux comme Contestataire, ou Camarade président. Les quatre disques sont regroupés en deux sous parties, L'Humanité disque 1 et 2 et L'Humain disque 1 et 2.

Ni dieu ni maître[modifier | modifier le code]

La pochette de L'Humanité est une photo noir et blanc représentant l'artiste, assis accoudé à une table dans la pénombre, simplement éclairé d'une source lumineuse provenant du bas à droite de l'image. Il fume une cigarette de la main droite, portant une alliance, une chemise claire, unie et largement ouverte. Au-dessus est inscrit le titre Le Manifeste 2016-2019, centré en lettres capitales blanches[11],[3]. Tout semble faire largement référence aux portraits les plus connus de Serge Gainsbourg[12] qui portait de la même manière, la cigarette, la bague et la chemise ouverte[13],[14].

La pochette de L'Humain représente un portrait de l'artiste, cheveux et barbe longue dans les tons noir et blanc très contrastés[15]. Au-dessus est inscrit le titre Le Manifeste 2016-2019, centré en lettres capitales noires.

Libertaire[modifier | modifier le code]

La pochette de l'EP Libertaire paru le représente Saez vêtu d'un kangourou noir dissimulant son visage et un jean, se donnant à un riff de guitare électrique. Il semble être accompagné d'un chien, assis devant lui sur la gauche.

Libertaire (EP)[modifier | modifier le code]

L'EP Libertaire sort le à l'occasion du premier anniversaire des gilets jaunes. Il contient 7 titres extraits du quadruple album Ni dieu ni maître.

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

Disque 1
No Titre Durée
1. La province 4:33
2. Libre 5:52
3. Liberté 5:38
4. Contestataire 4:25
5. Camarade président 4:14
6. Manu dans l'cul 7:11
7. L'Enfant de France 5:52
37:35

L'album[modifier | modifier le code]

Sonorités[modifier | modifier le code]

S'ils ont eu raison de nous, Jojo, Camarade président, Nonne ou Putain, La Dame en feu, Il s'endort et Mandela sont des morceaux chantés, au piano puis parfois accompagnés à la guitare. Mandela contient également un air d'instruments à cordes. Germaine et Contestataire sont des titres à la guitare et batterie. La Dame en feu se termine en musique religieuse chrétienne. Manu dans l'cul est un titre rythmé, à la guitare et la batterie. La mélodie est emprunté au morceau Le Petit Âne gris de Hugues Aufray à un tempo plus élevé[16],[17].

La Province et Libre sont des titres presque a cappella avec quelques accords discrets à la guitare, à l’instar des morceaux de l’album Varsovie - L'Alhambra - Paris, triple album musicalement minimaliste, paru en 2008.

Pretrushka est un morceau composé d’instruments à corde aux airs de violons puis évolue vers des airs traditionnels russes, d'un tempo montant crescendo.

Thème introduction à l'œuvre est un morceau instrumental de musique classique contemporaine au violon et à la contrebasse.

Thèmes[modifier | modifier le code]

L'album contient des thématiques multiples, alternants les chants révolutionnaires (Camarade président, Manu dans l'cul) et les chants humanistes ou messages de tolérance (Les Enfants paradis, La Province, L'Humaniste, Mandela, Anatoline). Nonne ou Putain est une ode à l'amour de la femme et Anatoline prône l'amour quel qu’il soit, notamment l'homosexualité, « Si moi je n'ai de dieu que cet amour pour toi, pour toi qui me ressemble du même sexe que moi, Oh non Anatoline, l'amour n'a pas de sexe et tant pis si ça vexe... [...] Il sait que l'amoureux n'a pas besoin de loi... ».

Manu dans l'cul et Camarade président sont des chants révolutionnaires adressés au Président Emmanuel Macron, un appel à la révolte et révolution. Saez évoque les manifestations des gilets jaunes[5]. Il incarne un gilet jaune s'adressant au Président et fait référence au tag « Macron on veut ton cul », inscrit sur l'Arc de Triomphe lors de l'« Acte III » le [18]. Mandela, quant à elle, est une chanson humaniste et révolutionnaire faisant référence à l’oppression subie par des peuples, les noirs américains, les Syriens. Il évoque une suite de personnalités ayant milité pour la défense de ces peuples comme Martin Luther King, Nelson Mandela, la princesse Diana, Mère Teresa ou encore le révolutionnaire Che Guevara. Il cite également deux affaires d’agression raciste, le cas de Rodney King et de Malik Oussekine.

Jojo est un hommage à Johnny Hallyday[19]. Saez évoque les débuts de l'artiste, des passages de ses textes et lui rend hommage à travers plusieurs personnalités françaises comme Catherine Deneuve, Alain Delon, Jean Gabin, Jean-Luc Godard, Gérard Depardieu, Brigitte Bardot, Barbara, Jacques Brel[12]...

Dans les morceaux Ma vieille et Il s’endort, Saez évoque la vieillesse et la fin de vie, la difficulté de vieillir dans cette société qui oublie les personnes âgées, qui les néglige. Une société qui les place dans des établissements ou qui les laisse mourir seules, « Aux abattoirs pour vieux où l’on stocke la viande, ces vieux qui nous font chier, faut bien qu’on leur rende ».

Dans Mohamed, l'artiste se livre sur sa famille algérienne, son entourage et son enfance. Mohamed est un hommage au grand-père maternel de l'artiste, immigré algérien venu en France. Dans Germaine, Saez fait notamment référence aux romans des Misérables de Victor Hugo et de Germinal d’Émile Zola. Il fait référence à l'anarchiste et activiste Germaine Berton.

La Dame en feu est un hommage à l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris survenu le .

Dans S'ils ont eu raison de nous, Saez parle de ses adieux à la musique et rend hommage à ses fans : « À vous, mes amis des concerts, toi le compagnon qui a tenu le combat quelle que soit la guerre de nos yeux noyés sous les crues, je crois qu'il est venu pour moi le temps de tirer révérence, d'aller me blottir dans les bras de l'inconnu de votre absence... » La suite du texte a des airs testamentaires, il s'agit d'un texte d'adieu de l'artiste : « Après tant d'années à se dire, après tant d'années à s'aimer, tu sais j'ai le cœur qui chavire, ce soir à devoir vous quitter [...] Je t'écris avec l'espérance qu'un jour tu m'auras remplacé. Faut jamais laisser la souffrance au cœur trop longtemps s'installer ».

Dans Petrushka, Saez chante son amour pour une danseuse russe et évoque la culture du pays à travers les plus grands chorégraphes et danseurs russes du XXe siècle Rudolf Noureev, Vaslav Nijinski, Maïa Plissetskaïa et le fondateur des ballets russes Serge de Diaghilev, le poète Sergueï Essénine ou encore le compositeur Igor Stravinsky.

Manu dans l'cul[modifier | modifier le code]

Manu dans l'cul est sortie le vendredi 15 novembre 2019 en téléchargement gratuit, à l’occasion de l’anniversaire du mouvement des Gilets jaunes (initié le 17 novembre 2018) [20]. Elle figure ensuite sur l'album Ni dieu ni maître.

Emmanuel Macron le .
Tag "Macron on veut ton cul" sur l'Arc de triomphe

Manu dans l’cul est un chant révolutionnaire adressé au Président Emmanuel Macron (nommé Manu dans les paroles), un appel à la révolte et révolution. Saez évoque les manifestations des gilets jaunes. Il incarne un gilet jaune s'adressant au Président et fait référence au tag « Macron on veut ton cul », inscrit sur l'Arc de Triomphe lors de l'« Acte III » le 1er décembre 2018[18].

La mélodie est empruntée au morceau Le Petit Âne gris de Hugues Aufray à un tempo plus élevé[16],[17], et les paroles font allusion à la chanson Manu de Renaud ("Eh Manu rentre chez toi").

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

L'Humanité - Disque 1
No Titre Durée
1. Humanité 7:28
2. Mon européenne 5:33
3. Je suis 4:54
4. Mon terroriste 5:19
5. Manu dans l'cul 7:11
6. J'envoie 5:04
7. P'tite pute 4:27
8. Camarade président 4:14
44:10

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

L'Humanité - Disque 2
No Titre Durée
1. Libre 5:52
2. Liberté 5:38
3. Contestataire 4:25
4. L'Enfant de France 5:52
5. Burqa 3:31
6. Ma religieuse 4:18
7. Nonne ou Putain 5:59
8. Les Enfants paradis 4:31
9. La Dame en feu (version longue) 8:15
10. Tous les gamins du monde 5:43
54:04

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

L'Humain - Disque 1
No Titre Durée
1. La Province 4:33
2. Ma populaire 5:56
3. Germaine 6:26
4. À tes côtés 5:47
5. Bonnie 4:22
6. Lulu 7:13
7. Ma vieille 7:05
8. Jojo 4:43
9. Ma gueule 3:46
10. Il s'endort 7:10
59:01

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

L'Humain - Disque 2
No Titre Durée
1. Mohamed 8:32
2. Mandela 4:25
3. La Maria 7:31
4. Petrushka 6:44
5. Ma magnifique 4:35
6. Anatoline 7:25
7. Notre-Dame mélancolie 7:20
8. La Dame en feu 6:29
9. Thème introduction à l'œuvre 6:21
10. S'ils ont eu raison de nous 7:24
11. L'Humaniste 4:19
1:10:34

Le Manifeste : Edition Limitée (Coffret)[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 2021, Saez annonce la sortie coffret en édition limité de son projet du Manifeste pour le 3 décembre 2021. Ce coffret contient 9 disques et un recueil de 160 pages.

Vidéos[modifier | modifier le code]

Ma vieille[modifier | modifier le code]

Le , Saez publie le clip du morceau Ma vieille. Il s'agit d'une performance de l'artiste peintre Tanguy Roland peignant une toile de grand format. Il peint tout d'abord une vieille dame assis dans un fauteuil portant un nourrisson puis des personnages en arrière plans que l'on peut interpréter comme étant des membres de sa famille. Apparaît ensuite la cathédrale Notre-Dame de Paris puis survient l'incendie faisant disparaître la flèche dans une épaisse fumée grise. L'artiste alors par suite les personnages un à un avant de faire disparaître la vieille dame à son tour pour ne laisser qu'un fauteuil vide.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Damien Saez puissance quatre ! - MusiK Please », sur MusiK Please, (consulté le ).
  2. « Saez repart sur les chemins », sur JHM Musique, (consulté le )
  3. a b et c « culture contre culture », sur www.culturecontreculture.fr (consulté le )
  4. « Saez «Jojo» », sur NosEnchanteurs (consulté le )
  5. a et b « "Manu dans l'cul" : Saez attaque Emmanuel Macron sur un titre révolutionnaire », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  6. « Saez, chanteur rebelle, appelle à un concert à Paris-Bercy en décembre 2019 ! », sur www.infoconcert.com (consulté le )
  7. « Rencontre. Damien Saez : "Ni dieu ni maître" ni compromis », sur We Culte ! - Le Mag'Culture, (consulté le ).
  8. http://www.chartsinfrance.net/Saez/news-112107.html
  9. « Saez: "Nous sommes dans une société qui prend des allures de plus en plus décadentes" », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « "Humanité" et "A Dieu" : Saez annonce la sortie de deux albums », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  11. betty, « Damien Saez puissance quatre ! », sur MusiK Please, (consulté le )
  12. a et b « Saez dévoile "Germaine", "Mandela" et "Jojo" avant l'album "Le manifeste 2016-2019" », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  13. « Il y a cinquante ans, 1969 : Les passions de Serge Gainsbourg (1928-1991) », sur France Culture (consulté le )
  14. « Serge Gainsbourg - Sa bio et toute son actualité - Elle », sur elle.fr (consulté le )
  15. « La « fresque sociale » de Damien Saez, une nouvelle fois gravée dans son « Manifeste » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. a et b « Saez – Ni dieu ni maître (Le Manifeste 2016-2019) | Désinvolt » (consulté le )
  17. a et b Antoine Champion, « Saez : humanisme et engagement », sur Musically Yours, (consulté le )
  18. a et b « Voilà, voilà », sur www.brain-magazine.fr (consulté le )
  19. BFMTV, « Damien Saez dévoile Jojo, sa chanson crépusculaire sur Johnny Hallyday », sur BFMTV (consulté le )
  20. https://www.zikeo.net/francaise/saez-offre-une-chanson-aux-gilets-jaunes/