Manuéla Kéclard-Mondésir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Manuéla Kéclard-Mondésir
Illustration.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 mois et 25 jours)
Circonscription 2e de la Martinique
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique GDR
Prédécesseur Bruno Nestor Azerot
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Le Lamentin (Martinique)
Nationalité Française
Parti politique PPM (jusqu'en 2017)
Profession technicienne territoriale

Manuéla Kéclard-Mondésir, née le au Lamentin (Martinique), est une femme politique française. Elle devient députée de la Martinique en , en raison de la démission de Bruno Nestor Azerot, dont elle était la suppléante[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Manuéla Kéclard-Mondésir est adjointe au maire de la commune de Saint-Joseph.

Avec Nathalie Grat, elle quitte en le Parti progressiste martiniquais, organisation politique dont elle était membre depuis seize ans[2].

Aux élections législatives de 2017, Bruno Nestor Azerot (divers gauche) est réélu député[3], et Manuéla Kéclard-Mondésir est sa suppléante[4]. Peu après, en , Azerot se présente à l'élection municipale partielle de Sainte-Marie — dont il avait quitté le poste de maire à son élection à la députation — et la remporte[5]. Pour cause cumul des mandats, il doit abandonner son poste de député et sa suppléante doit reprendre le relais[6].

Après avoir fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale en en compagnie d'Azérot[7], Kéclard-Mondésir occupe officiellement sa fonction de députée le , d'après le Journal officiel de la République française du [8]. Attendue au Palais-Bourbon depuis le , un recours déposé devant le Conseil constitutionnel par un collectif de citoyens après la municipale de Sainte-Marie retardait son entrée à l'Assemblée[9],[10]. Elle devient la deuxième femme députée martiniquaise, après Josette Manin, élue divers gauche en 2017[11].

Manuéla Kéclard-Mondésir est secrétaire de la commission de la défense nationale et des forces armées et membre de la délégation aux outre-mer[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Composition de l'assemblée », Journal officiel de la République française, no 96,‎ (lire en ligne).
  2. « Deux femmes du PPM se mettent en congé du parti », sur Martinique La Première, (consulté le 13 mai 2018).
  3. « Assemblée nationale : les quatre députés de Martinique effectuent leur rentrée », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  4. Joseph Nodin, « Bruno-Nestor Azérot remporte les élections à Sainte-Marie », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  5. Karl Lorand, « Bruno Nestor Azérot de nouveau maire de Sainte-Marie », sur Radio Caraïbes international, (consulté le 29 avril 2018).
  6. Peggy Pinel-Fereol, « Qui va remplacer le député Bruno-Nestor Azérot s’il est réélu maire ? », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  7. Jean-Claude Samyde, « Manuela Kéclard-Mondésir fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  8. « Manuela Kéclard-Mondésir est officiellement députée de Martinique », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  9. « Un collectif souhaite faire annuler les élections à Sainte-Marie », sur Martinique La Première, (consulté le 13 mai 2018).
  10. Frank Zozor, « Manuella Kéclard-Mondésir n'est pas députée et Bruno-Nestor Azérot n'est pas officiellement maire de Sainte-Marie », sur Martinique La Première, (consulté le 29 avril 2018).
  11. « Manuéla Keclard-Mondésir, 2e député femme de Martinique », sur France-Antilles, (consulté le 29 avril 2018).
  12. « Mme Manuéla Kéclard-Mondésir », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 6 mai 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]