Manre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manre
Manre
Vue d'ensemble de la rue Principale avec la mairie, le monument aux morts et le clocher de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
René Bruaux
2014-2020
Code postal 08400
Code commune 08271
Démographie
Population
municipale
96 hab. (2015 en diminution de 9,43 % par rapport à 2010)
Densité 5,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 46″ nord, 4° 39′ 56″ est
Superficie 18,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Manre

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Manre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Manre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Manre

Manre est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à la limite sud du département des Ardennes : parmi les communes limitrophes, Gratreuil et Sommepy-Tahure appartiennent au département de la Marne.

Communes limitrophes de Manre
Aure Marvaux-Vieux
Manre Ardeuil-et-Montfauxelles
Sommepy-Tahure Gratreuil

Ce village est à la confluence de deux cours d'eaux, l'Allin (ou Alin, anciennement l'Aure) et les Viviers, encore appelé ruisseau de la Tannerie. À la sortie est du village, à l'endroit de cette confluence, près d'un ancien moulin, subsiste d'un ancien site médiéval un ouvrage de terre parfaitement circulaire, haut de 5 m, mesurant quelque 70 m de diamètre à la base et entouré d'un fossé en eau large d'une dizaine de mètres[1]. Plus à l'est, le ruisseau du Bois Isay vient renforcer encore le ruisseau d'Allin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a été un site celtique. Des squelettes ont été exhumés à plusieurs reprises au XIXe siècle, au nord du territoire de la commune[2]. Plus récemment au XXe siècle, dans les années 1960, plus d'une vingtaine de tombes ont été mises en évidence sur le Mont-Troté, dans la partie sud-est du territoire de la commune, ainsi qu'une tombe à char, datant de la culture de La Tène. Outre les squelettes, des objets divers ont été exhumés, torques, bracelets, fibules, vases, etc. Une tombe est reconstituée au Musée de l'Ardenne, et des éléments sont également présentés au Musée Saint-Remi de Reims[3],[4].

Vers l'an 1000, ce territoire est déjà la propriété de l'église de Reims, pour plusieurs siècles[5],[2]. Les comtes de Grandpré en sont les avoués : ils en deviennent dans les faits les maîtres absolus, sauf l'hommage qu'ils rendent aux archevêques de Reims[2]. Une charte de franchise est accordée en 1273 aux habitants, avec l'élection d'échevins, contre une contribution annuelle[1].

Le 1er janvier 1360, le duc de Lancastre investit le bourg malgré ses remparts, le ravage et l'incendie lors de la chevauchée vers Reims[2].

Pendant la Première Guerre mondiale, le front se stabilise de septembre 1914 à septembre 1918 à Tahure, au sud de la commune de Manre. Tahure est détruit complètement par le conflit et ne s'en relève pas[6]. Fin septembre 1918, la 4e armée française du général français Henri Gouraud, épaulée par la première armée américaine du général Pershing, mène dans cette région la dernière attaque, l'offensive Meuse-Argonne. Manre est un des premiers villages libéré lors de cette atttaque[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1879 Galloy[8]    
mars 2001 mars 2008 Dominique Mainsant    
mars 2008 en cours René Bruaux[9]   Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2015, la commune comptait 96 habitants[Note 1], en diminution de 9,43 % par rapport à 2010 (Ardennes (département) : -1,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 321 347 375 427 427 407 376 377
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
335 288 275 278 290 260 254 243 250
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
248 196 204 227 220 184 218 165 138
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 - -
138 125 114 108 123 95 96 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Moulin de Manre : un moulin existe depuis plusieurs siècles à l'extrémité Est du village et à la confluence de l'Allin et du ruisseau de la Tannerie[1],[2]. Il est cité dans la charte de 1273[14]. Ce moulin a appartenu notamment à deux grandes familles de meuniers des Ardennes, les Périnet puis les Payer (la famille des Payer s'est divisée en plusieurs branches, et le botaniste Jean-Baptiste Payer, fils de meunier, est issu d'une de ses branches implantée dans le Vouzinois)[15]. Cet ancien moulin a conservé des installations industrielles du XIXe siècle, en particulier une roue à augets verticale, en fer, et une turbine hydraulique. Le bâtiment de meunerie est en brique, à toit à deux pans, avec des planchers soutenus par des colonnes en fonte. Les façades montrent un décor géométrique à motifs de briques sur les façades. Un ancien logement patronal, en brique et pierre, dans un style art déco, est accolé à cette ancienne meulerie. Construit sur un soubassement surélevé, il est surmonté de toits à croupe et en pavillon débordants. Au XXe siècle, le moulin a été utilisé pour moudre des farines pour animaux, puis converti en habitations en 1985[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Daniel Hochedez, « À la découverte des sites médiévaux de l'Argonne du Nord », Horizons d'Argonne, no 88,‎ , p. 7-14 (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. VI, éditions Terres ardennaises, , 112 p. (ISBN 2-905339-57-8), « Manre »
  3. J. G. Rozoy, « Le cimetière gaulois du Mont Troté à Manre », Études Ardennaises, no 40,‎ , p. 40-42
  4. J. G. Rozoy, « La tombe 27 du Mont Troté (Ardennes) », Revue du Nord, t. 47, no 187,‎ , p. 615-622 (DOI 10.3406/rnord.1965.2549, lire en ligne)
  5. Patrick Demouy, Genèse d’une cathédrale. Les archevêques de Reims et leur église aux XIe et XIIe siècles, Éditions Dominique Guéniot, , 814 p., p. 102, 503, 504? 521, 711
  6. Jean-Pierre Husson, « Les 7 villages détruits de la Marne », sur Centre national de documentation pédagogique
  7. (en) Francis W. Halsey, The Literary Digest History of the World War: Compiled from Original and Contemporary Sources, Cosimo, Inc., (lire en ligne), p. 26
  8. Almanach Matot-Braine, Reims, 1879, p292.
  9. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Marie-France Barbe, Sylvie Laverdine et Françoise Parizel, Moulins des Ardennes. Par monts et par vaux, Éditions Terres Ardennaises, , p. 97
  15. a et b Maya Bennani, Bruno Decrock, François Griot et Julien Marasi, « Manre, Moulin (rue du). Moulin à blé, puis usine de produits pour l'alimentation animale, actuellement maison », dans Patrimoine industriel des Ardennes, Conseil départemental des Ardennes, (ISBN 978-2-87825-458-7, lire en ligne), p. 156

Liens externes[modifier | modifier le code]