Manpuku-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manpuku-ji
Mampukuji.jpg
Nom originel
黄檗山萬福寺Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom en kanas
まんぷくじVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Localité
Coordonnées
Culte
Type
Religion
Ordre religieux
Dédié à
Shakanyorai (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondateurs
Ingen Ryūki, Muyan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Site web
Localisation sur la carte du Japon
voir sur la carte du Japon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la préfecture de Kyoto
voir sur la carte de la préfecture de Kyoto
Red pog.svg
Porte du sanctuaire

Ōbaku-san Manpuku-ji (黄檗山萬福寺, temple Manpuku sur le mont Ōbaku?) est un temple situé à Uji, Kyoto. C'est le temple de tête de l'école du bouddhisme zen japonaise Ōbaku, école à laquelle sont rattachés quelque 460 temples au Japon. Il tient son nom du temple Wanfu à Fujian en Chine. La montagne est également nommée d'après le mont Huangbo où est situé le temple chinois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le temple est fondé en 1661 par le moine chinois Yinyuan Longqi (en) (Ingen, 1592–1673) et son disciple Mu-an (de).

En 1664, le contrôle du temple passe aux mains de Muyan, après que de nombreux moines chinois se furent succédé comme prêtres en chef. Seuls le quatorzième prêtre et ses successeurs sont japonais.

  • (Enpō 1, 5e jour du 4e mois) : Yinyuan (Ingen) meurt au temple[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Balustrades dans le style 卍崩し (manji-kuzushi?, swastika simplifiée)

Les structures du temple sont construites dans le style de la Chine Ming.

La disposition des bâtiments suit également le style architectural de la dynastie Ming et représente l'image d'un dragon.

Gyoban (en) (poisson en bois)

Le temple dispose d'un poisson de bois.

Art[modifier | modifier le code]

La maison du trésor du temple contient une collection complète de textes sacrés bouddhistes achevée en 1678 et comprenant environ 60.000 blocs d'impression encore utilisés. La production des blocs d'impression a été financée par les dons recueillis à travers le pays pendant de nombreuses années.

La principale statue du temple représente Gautama Buddha assis.

Le temple contient également des sculptures du sculpteur chinois connu sous le nom de Han Do-sei et des balustrades en treillis.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon. Paris: Royal Asiatic Society (Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland). OCLC 251800045; see also Imprimerie Royale de France, OCLC 311322353

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, p. 414.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]