Manon Cormier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cormier (homonymie).
Manon Cormier
Nom de naissance Madeleine Cormier
Alias
Manon
Naissance
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
Doctorat en droit
Profession
Avocat
Activité principale
Attachée de cabinet, sous-directeur de ministère
Autres activités
Résistante, écrivaine, conférencière
Distinctions

Madeleine Cormier, dite Manon Cormier (1896-1945), est une avocate et écrivaine féministe bordelaise. Résistante et déportée pendant la Seconde Guerre mondiale, elle décède à son retour du camp de Mauthausen[1]. Son nom est inscrit au Panthéon sur la liste des « écrivains morts pour la France » pendant la guerre de 1939-1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et origine[modifier | modifier le code]

Manon Cormier est née le , son frère jumeau Henri Cormier, engagé volontaire à 18 ans, est « mort pour la France » le . Son père Jules Cormier devient, de 1922 à 1925, maire de la commune de Bassens en Gironde[2]. Bonne élève au lycée, elle devient une femme pionnière de la région bordelaise en étant l'une des toutes premières à entrer à la faculté de droit de Bordeaux et obtient, à 20 ans, sa licence de droit[1].

Doctorant et féministe bordelaise[modifier | modifier le code]

Active et militante, Manon Cormier entreprend un doctorat de Droit à la faculté de Bordeaux, et en parallèle s'engage dans de nombreuses associations. On la retrouve présidente de l'association des étudiants de Bordeaux, membre d'associations caritatives comme la Croix rouge française, impliquée dans le Mouvement de libération des femmes comme fondatrice et présidente de la section girondine de la Ligue française pour le droit des femmes[3], fondatrice du club Soroptimist de Bordeaux. Elle effectue des voyages d'études et fait des conférences[4], comme celle sur la Pologne en 1927. En 1921 Manon Cormier devient la première femme à être « appelée après un concours difficile »[5] au poste de secrétaire de la Conférence du stage de Bordeaux. Le a lieu la soutenance de sa thèse de doctorat Les Actions à vote plural en France et à l'étranger.

Hautes fonctions dans l'administration de l'État[modifier | modifier le code]

Avant la fin de l'année 1932, « elle est nommée attachée au cabinet de Louis Marin, Ministre des pensions »[1]. Elle continue de voyager pour son travail. En 1934, elle publie son unique ouvrage[6], Madame Juliette Adam ou l’aurore de la Troisième République, en hommage à la féministe républicaine. Elle obtient pour cette œuvre un prix de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux[7]. De nouveau femme pionnière, elle accepte le poste de sous-directrice au ministère du ravitaillement, poste qu'elle occupe toujours lors de son arrestation par la Gestapo le , dans les locaux du ministère aux Invalides à Paris[1].

Témoignage[modifier | modifier le code]

En avril 1945 la Croix-Rouge procède au rapatriement de femmes du camp de Mauthausen, Manon Cormier est dans l'un des camions du convoi qui arrive en Suisse après un pénible voyage. À Annecy, un médecin la juge trop faible pour qu'elle poursuive jusque chez elle, mais elle insiste et c'est sur une civière qu'elle arrive à Paris. Malade et très affaiblie elle est hospitalisée à l'hôpital Bichat, elle trouve la force de transmettre son témoignage avant de s'éteindre à l'Hôpital Boucicaut le . Sa tombe se trouve au cimetière protestant de Bordeaux.

Résistante[modifier | modifier le code]

Manon Cormier entre en Résistance pour aider les Français qui n'hésitent pas à tuer des soldats allemands pour se procurer des armes. Elle utilise les moyens que lui procure sa situation, au ministère du ravitaillement, en fournissant des cartes d'alimentation et des pièces d'identité. Elle s'occupe également de l'hébergement des réfractaires au STO, et de la transmission de messages. À partir de 1942, elle soutient le Front national de la résistance, notamment par l'intermédiaire de son « chef Michel », elle apporte également son aide à « Philippe » chef régional du réseau FTPF du Sud-Ouest. C'est une information donnée par la police française qui motive son arrestation par la Gestapo le dans les locaux du ministère, aux Invalides[1].

Incarcération et déportation[modifier | modifier le code]

Manon Cormier est emmenée rue des Saussaies, siège de la Gestapo, et passe sa première nuit de captivité à la prison de Fresnes. Elle est transférée à Bordeaux, le , pour y être interrogée par le commissaire Poinsot de la police bordelaise. Elle est incarcérée au Fort du Hâ et subit les interrogatoires de Poinsot jusqu'au mois de mars 1944, où elle fait partie d'un transfert pour Paris, constitué de trois femmes et quarante hommes. C'est un retour à la prison de Fresnes, avant de prendre, à la mi-avril, un bus pour une petite gare de la région parisienne et un convoi ferroviaire, pour une déportation qui l'amène au camp de Lauban[8]. Manon Cormier est intégrée dans un Kommando de travail, le rythme du « battage du lin » est trop difficile pour elle, après huit jours de travail elle s'évanouit, reclassée « attacheuse au bout » elle va tenir difficilement jusqu'au transfert des femmes au camp de Ravensbrück, fin octobre[1].

Six mois après le début de sa déportation Manon est épuisée, son cœur est fragilisé, ses cheveux sont devenus blancs, elle est transférée dans le secteur NN « Nuit et Brouillard »[9], cela lui évite les tâches les plus dures, mais augmente le risque d'envoi dans les « camps de jeunesses », ou d'intégration dans un des « transports noirs », ce qui se traduit par envoi dans un camp d'extermination ou un départ dans un convoi qui disparait sans laisser de traces. Cette situation est le lot de toutes les femmes qui n'ont plus la force, du fait de leur âge ou de maladies, de rester debout pendant les interminables appels. Dans le camp les déportées se sont organisées pour aider les plus faibles, comme Manon, notamment en apportant, en cachette, un tabouret pour qu'elles tiennent pendant ces stations debout qui peuvent durer plusieurs heures. En mars 1945, l'avance de l'armée Russe, provoque l'organisation de départs du camp. Les femmes se retrouvent entassées à soixante-dix par wagons avec peu de nourriture et des conditions d'hygiènes inexistantes, la fin du transport se situant en Autriche à la gare de Mauthausen.

Publications[modifier | modifier le code]

Ordre chronologique.

  • En Pologne ressuscitée. Conférence faite à Bordeaux par Mlle Manon Cormier, le 26 novembre 1927 et le 15 décembre 1927[10].
  • Les Actions à vote plural en France et à l'étranger, Thèse pour le doctorat sciences juridiques soutenue par Manon Cormier, Faculté de droit de l'Université de Bordeaux, 1932[11].
  • Madame Juliette Adam ou l'aurore de la IIIe République, Delmas, Paris, 1934.

Hommages[modifier | modifier le code]

National[modifier | modifier le code]

Manon Cormier est citée à l'ordre de la Nation en janvier 1946, à titre posthume, par le Général de Gaulle. Son nom est gravé au Panthéon sur une plaque citant la liste des « écrivains morts pour la France » pendant la guerre de 1939-1945.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Collectif : Madame Charles Dartigue-Peyrou[12], M. Schilling, Andrée Lehmann…, Manon Cormier, Une Bordelaise martyre de la Résistance, Monographie, 1946[13] (Sommaire[14])
  • Une bordelaise martyre de la Résistance, dans Cahier de la Résistance no 15, coédition[15] Association pour des Études sur la Résistance Intérieure (AERI)[16] - Documentation Française.
  • Bernard Lachaise, Manon Cormier, une Bordelaise en résistances : 1896-1945, Editions Confluences, 2016[17].

Lieux portant son nom[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive du 31/07/2009 :

  • Ambès : Rue Manon Cormier
  • Bayonne : Allée Manon Cormier
  • Bassens : Avenue Manon Cormier
  • Bassens : Collège Manon Cormier[18].
  • Bassens : Plaque sur la clôture du château d'Antichan[19].
  • Bègles : Maison de retraite publique Manon Cormier[20]
  • Bordeaux : Plaque dans le grand hall de la faculté de Droit[21].
  • Bordeaux : salle de conférences Manon Cormier, au sous-sol du bâtiment de recherche droit et sciences politiques de la faculté de droit
  • Bordeaux : Rue Manon Cormier
  • Bordeaux : Résidence personnes âgées Manon Cormier
  • Pessac : un amphithéâtre de l'Université de Bordeaux, au sein du bâtiment G, recherche en droit et en économie[22]
  • Floirac : Résidence Manon Cormier

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Site ffi33.org, Biographie résistants honorés, cahier de la résistance no 15 une bordelaise, martyre de la Résistance lire (consulté le 02/07/2009).
  2. Site officiel Bassens, Maison Manon Cormier lire (consulté le 31/07/2009).
  3. Jean Guérin, Des hommes et des activités : autour d'un demi-siècle, p. 157 : « Avocat à la Cour de Bordeaux, a joint à l'exercice de sa profession une grande activité littéraire et sociale. Féministe convaincue, elle fut présidente de la ligue girondine pour le droit des femmes ».
  4. Jean Guérin, Des hommes et des activités : autour d'un demi-siècle, p. 157 : « des conférences sur les héroïnes d'Henri Bataille ».
  5. Article de presse Grenoble 1923 : « À Bordeaux, en 1921, Mlle Manon Cormier a été appelée, après un concours difficile, au poste envié et vivement disputé de secrétaire de la conférence du stage. » lire (consulté le 02/07/2009).
  6. Jean Guérin, Des hommes et des activités : autour d'un demi-siècle, p. 157 : « ouvrage sur Juliette Adam (prix Montyon 1936) (...) ainsi qu'une étude sur M. de Guillerague, parlementaire humaniste de Guyenne au XVIIIe siècle, couronné en 1925 par l'Académie de Bordeaux »
  7. Actes de l'Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, E. Dentu, 1935
  8. Lauban : « Camp situé à l'Est de Dresde, en Saxe, sur la Bober, à proximité de la frontière austro-hongroise »
  9. Association des écrivains combattants, Anthologie des écrivains morts à la guerre, p. 152, « on la transfère au bloc portant les deux N, qui signifient Nuit et Brouillard. Nuit et nuage préférait-elle traduire. » lire (consulté le 02/07/2009).
  10. Site Amazon.fr, lire (consulté le 01/08/2009).
  11. Bibliothèque numérique des universités de Bordeaux, lire en ligne (consulté le 13/02/2018).
  12. Née Juliette Cormier, sœur de Manon Cormier.
  13. Bibliothèque de l'IHTP, cote R.630 BRO lire (consulté le 31/07/2009)..
  14. Au sommaire : Courte biographie de Manon Cormier ; « En écoutant ma sœur… » par Madame Charles Dartigue-Peyrou, née Juliette Cormier ; « Rapatriée vivante, mais épuisée… » par Manon Cormier (récit de son arrestation, des interrogatoires, de son incarcération, de sa déportation jusqu'à sa libération ; Cite les noms de ses codétenues) ; Obsèques de Paris : Discours de M. Schilling, chef du Service de l'épuration, délégué du Ministère du Ravitaillement ; Discours de Maître Andrée Lehmann, avocate à la Cour de Paris, présidente de La « Ligue française pour le droit des femmes » ; Message de Mme Fernande Surault, du Soroptimist-Club de Bordeaux.
  15. Site AERI, Cahiers thématiques sur la résistance lire (consulté le 01/08/2009).
  16. Site AERI, « L'AERI est une association créée en 1993 par d'anciens résistants, qui s'est donné pour mission d'animer et de coordonner des études sur la Résistance intérieure. » lire (consulté le 01/08/2009).]
  17. Bernard Lachaise, Manon Cormier, une Bordelaise en résistances : 1896-1945, Éditions Confluences, (ISBN 9782355272004, lire en ligne)
  18. Site officiel du collège Manon Cormier, lire (consulté le 27 mai 2010).
  19. Site officiel ville de Bassens, « Le château d’Antichan, propriété privée, est désormais connu sous le nom de «maison Manon Cormier». Une plaque a d’ailleurs été apposée sur le mur de clôture. » lire (consulté le 31/07/2009).
  20. Site de la Résidence Manon Cormier, Maison de retraite publique de Bègles, « La Résidence doit son nom à Manon CORMIER, première femme licenciée de la faculté de Droit de Bordeaux. Inscrite au barreau de la ville, elle créa également la section départementale de la ligue pour le Droit des femmes. » lire (consulté le 03/09/2009).
  21. Site soroptimist, « ils ont procédé au dévoilement d’une plaque à la mémoire de Manon Cormier dans le grand hall de la faculté de Droit en présence d’un public nombreux, parmi lequel on pouvait compter des représentants du barreau et de la municipalité de Bordeaux » lire (consulté le 31/07/2009).]
  22. « Plan du campus Pessac Talence Gradignan - Université de Bordeaux », sur cartographie.u-bordeaux.fr (consulté le 31 mars 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Terrenoire, Combattantes sans uniforme: les femmes dans la résistance, Bloud et Gay, 1946, p. 125
  • Jean Guérin, Des hommes et des activités: autour d'un demi-siècle, BEB, 1957, p. 153
  • Association des écrivains combattants, Anthologie des écrivains morts à la guerre : 1939-1945, Michel, 1960, p. 148–152
  • Bernard Lachaise, Manon Cormier, une Bordelaise en résistances (1896-1945), éd. Confluences, 2016, 212 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]