Manoir de la Perrière (Voivre-lès-le-Mans)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manoir de la Perrière
Manoir Voivres les Le mans.jpg
La façade sud du manoir
Présentation
Type
Anglo-saxon
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Bâtiment agricole
Style
Médiéval
Construction
XIIe siècle
Propriétaire
Privé
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Sarthe
voir sur la carte de la Sarthe
Red pog.svg

Le manoir de la Perrière, a été construit avant le XIIIe siècle, par un seigneur rural, un chevalier, au milieu d’une exploitation agricole sur la commune française de Voivres-lès-le-Mans, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Sa construction[modifier | modifier le code]

Détail de la façade sud.

Le manoir, précieux témoignage de l'architecture médiévale d'inspiration anglo-saxonne reconnaissable par ses trois nefs accolées, surtout antérieure à la guerre de Cent ans, se présente sous la forme d'une grande salle de plain-pied sous charpente apparente avec ailes en appentis contenant les annexes[1].

La charpente actuelle, datée du XVIIIe siècle, pourrait avoir été édifiée après les destructions qui accompagnèrent la Révocation de l'Edit de nates (1698)[2].

Chaque nef était chauffée par une cheminée. Leurs vestiges dans les murs gouttereaux les montrent alignées et de mêmes dimensions (3,05 m de largeur) .

L'origine des célébrations calvinistes à la Perrière[modifier | modifier le code]

La famille noble des Champagnes, seigneurs de La Suze, pourrait être à l'origine des Célébrations calvinistes[3].

Une activité agricole préservant le site naturel[modifier | modifier le code]

L'édifice doit sa préservation à sa transformation en grange au XVIIe siècle. Le manoir, malgré une période d'abandon, s'est transformé, adapté, et a été préservé des destructions des guerres. Depuis presque mille ans, s'adaptant aux évolutions de la société, des agriculteurs s'activent sur le site de la Perrière. Actuellement désaffecté, des réflexions pour menées par les Universitaires avec l'association pour l'Étude du Patrimoine Sarthois, pour lui redonner une nouvelle vie.

Les travaux prioritaires à réaliser pour le sauvetage de l'édifice[modifier | modifier le code]

Désaffecté de sa fonction agricole, l'édifice nécessite des travaux urgents de réparation de la charpente et de la couverture, et d'autre part la réalisation de quelques aménagements pour en faciliter l'accès.

L'association pour l'Étude du Patrimoine Sarthois[4] et l'Association pour la sauvegarde du manoir de La Perrière[5], sont habilitées à recevoir des dons pour des recherches sur le patrimoine sarthois en vue de publication et d’exposition, et l'étude, la consolidation, protection et mise en valeur du manoir. À ce titre, elles se sont mobilisées depuis plusieurs années en faveur de ce site. Elles ont lancé un appel au mécénat privé et au mécénat d'entreprise en application de la Loi française sur le mécénat.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maine découvertes (magazine trimestriel), Sauver la Perrière à Voivres, Le Mans, Éditions de La Reinette,
    Magazine n°62. Menaces sur un manoir du XIIIe siècle, Sauver La Perrière, par Louis Le Meur, coprésident de l'association pour l'Etude du Patrimoine Sarthois; Photographies Gilles Kervella, pp. 29 à 36. Au Mans et dans la Sarthe, Histoire du Protestantisme, texte et photographies Didier Travier, pp. 37 à 42
  • Manoir de La Perrière, XIIIe siècle, Voivres-lès-Le Mans (Sarthe) : Nécessité d'une préservation, Eléments d'évaluation du coût des travaux, Association pour la sauvegarde du manoir de la Perrière à Voivres,
  • Philippe Bouton, Le logis de la Perrière à Voivres lès Le Mans, Bulletin de la Société d'Agriculture Sciences et Arts de La Sarthe,
  • Marie Eve Scheffer, Habitat seigneurial rural non-châtelain de l'Ouest de la Sarthe (XII-XIVe s.) : les résidences de la petite et moyenne aristocratie,
    Mémoire de DEA
  • Natahalie Heinich, La fabrique du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison de l'homme
  • Jean-Claude Meuret, Universitaire émérite Fac de Rennes, Peuplement, pouvoir et paysage - Anjou - Bretagne, Éd. Société archéologique Mayenne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Manoir de La Perrière, XIIe siècle, Voivres-lès-Le Mans (Sarthe) : Nécessité d'une préservation, Eléments d'évaluation du coût des travaux, Siège de l'association : Les Tertres, 72210 Voivres, Association pour la sauvegarde du manoir de La Perrière,
    Le Manoir de La Perrière à Voivres-lès-Le Mans, par Pierre Garrigou Grandchamp, Administrateur de la Société française d'archéologie
  2. Dépliant de présentation de l'Association pour l'Étude du Patrimoine Sarthois, par Louis Le Meur, 2 janvier 2010
  3. Maine découvertes (magazine trimestriel), Sauver la Perrière à Voivres, Le Mans, Éditions de La Reinette,
    Magazine n° 62. Menaces sur un manoir du XIIIe siècle, Sauver La Perrière, par Louis Le Meur, coprésident de l'association pour l'Étude du Patrimoine Sarthois; Photographies Gilles Kervella, Des calvinistes à La Perrière ?, Origine noble du culte ? p. 36
  4. Association pour l’Étude du patrimoine Sarthois, N° d'annonce : 967, parue au J.O.RF le 19/05/2001
  5. Association pour la sauvegarde du manoir de La Perrière à Voivres, N° d'annonce : 1187, parue au J.O.RF le 07/07/2007