Manoir de Saint-Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Château de Saint-Hubert (Le Perray-en-Yvelines).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hubert et Château de Saint-Hubert.
image illustrant l’Allier image illustrant le tourisme image illustrant les châteaux de France
Cet article est une ébauche concernant l’Allier, le tourisme et les châteaux de France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Château de Saint-Hubert
Période ou style Style régionaliste XIXe siècle
Type Manoir
Propriétaire initial Pierre Camus (23 mars 1845-29 août 1905)
Destination initiale Habitation
Destination actuelle Monastère
Coordonnées 46° 25′ 56″ Nord, 2° 57′ 49″ Est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Bourbonnais
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Commune Chavenon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Saint-Hubert

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Château de Saint-Hubert

Le manoir de Saint-Hubert est un monastère orthodoxe rattaché au patriarcat de Moscou ; il est situé à Chavenon dans l'Allier.

Description[modifier | modifier le code]

Le site est intéressant surtout pour son parc, témoignage du savoir-faire de la famille Treyve[1] et de l'influence de Paul de Lavenne, comte de Choulot sur l'art paysager.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Hubert était l'ancien rendez-vous de chasse du château de Laly au Montet ; il fut agrandi et transformé au XIXe siècle par son propriétaire de l'époque[2]. Ces modifications se sont également accompagnées de la création d'un parc de style naturaliste dessiné et réalisé par une des générations de la "dynastie" de paysagistes vichyssois, les Treyve[3], disciples des théories du comte de Choulot, architecte notamment du parc du Vésinet[4]. À la suite de ces travaux, il est nommé habituellement manoir ou château, mais constitue plutôt une maison bourgeoise entourée de dépendances agricoles ; il a été transmis ensuite par héritage à la famille Favardin, puis à la famille Piat et enfin à la famille Michelon. Il est devenu en 2006, selon le souhait des descendants actuels de la famille qui en était propriétaire, un monastère orthodoxe rattaché au patriarcat de Moscou[5],[6],[7]. Le monastère orthodoxe de l'icône de la Mère de Dieu Znaménié, à Marcenat (Cantal), au lieu-dit La Traverse[8], a supervisé la création d'un monastère orthodoxe à Saint-Hubert.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]