Manoir d'Argentelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Manoir d'Argentelles
Image dans Infobox.
Vue méridionale.
Présentation
Type
Construction
XVe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Inscrit MH ()
Classé MH (façade et toit en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le manoir d'Argentelles est une demeure, du XVe siècle, qui se dresse sur la commune déléguée de Villebadin au sein de la commune nouvelle de Gouffern en Auge dans le département de l'Orne, en région Normandie.

Le manoir fait l'objet d'une protection totale au titre des monuments historiques[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le manoir d'Argentelles se situe sur le territoire de la commune de Villebadin, dans le nord du département de l'Orne, dans l'extrême sud de la région naturelle du pays d'Auge[2]. Il s'élève à environ 1 km au sud-est du bourg de Villebadin.

Historique[modifier | modifier le code]

Le manoir a été bâti en 1410, pendant la guerre de Cent Ans par Guillot d'Ouilly, officier du roi de France[3]. Composé d'une tour ou d'une palissade circulaire plantée sur une motte entourée de fossés, il constituait, alors, un poste avancé de défense du château fort et de la ville d'Exmes[1].

En 1418, l'édifice tombe aux mains d'officiers anglais. Il n'est récupéré qu'en 1449 par Richar d'Escalles, un descendant de Guillot d'Ouilly[3].

En 1571, le manoir devient la propriété de Jean Le Franc, par mariage[3].

Henri IV y fait un séjour en 1591[1].

En 1635, le domaine appartient à un descendant de jean Le Franc, Bonaventure Le Franc. Celui-ci ajoute deux lucarnes à l'édifice, atténuant ainsi son caractère défensif[3].

Au milieu du XVIIIe siècle, le manoir est acquis par le comte de Flers et reste, jusqu'en 1880, à ses descendants[3].

S'ensuit alors une longue période d'oubli pendant laquelle le manoir tombe en ruine. Ce n'est qu'en 1957 qu'il est sauvé de la désolation par le comte Robert du Mesnil du Buisson qui entreprend, alors, une restauration longue de quatre ans[3].

Description[modifier | modifier le code]

Parmi l'ensemble formé par les manoirs du pays d'Auge, le manoir d'Argentelles présente la particularité d'avoir été construit d'une seule traite. Les seuls ajouts postérieurs à l'édification sont les deux grandes lucarnes du XVIIe siècle[1].

L'ensemble de l'édifice, construit en pierre, présente un fort caractère défensif. En effet, les quatre tourelles d'angle sont percées de meurtrières. Chacune des entrées est défendue par des bretèches à mâchicoulis. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont protégées par grilles en fer forgé. Enfin, la tour polygonale, qui abrite un escalier desservant les différents étages, est surmontée d'une chambre de guet. Celle-ci présente la particularité d'être disposée en encorbellement et d'être construite en pan de bois[3].

Dans le parc entourant le manoir, un colombier cylindrique du XVIIe siècle ayant conservé tous ses boulins s'élève sur ce qui était certainement l'ancienne motte castrale[3].

Protection[modifier | modifier le code]

Est inscrit par arrêté du [1] :

  • le château, sauf les parties classées.

Sont classées par arrêté du [1] :

  • les façades et les toitures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Manoir d'Argentelles », notice no PA00110967, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Les unités de paysage : Unité 7.1.1 : L'escarpement occidental du Pays d’Auge » [PDF], sur Dreal Normandie (consulté le 15 novembre 2017).
  3. a b c d e f g et h Philippe Déterville, Manoirs du pays d'Auge : bijoux et écrins, Ouilly-le-Vicomte, Armand et Hélène Sarfati éditeurs, , 316 p. (ISBN 978-2-9547342-0-0).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :