ManoMano (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

"ManoMano"

Colibri

logo de ManoMano (entreprise)
Logo de ManoMano depuis 2018

Création 26-07-2012 (immatriculation)[1]
Dates clés : Lancement de MonEchelle
: Changement de nom pour ManoMano
Fondateurs Christian Raisson
Philippe de Chanville
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris 52 rue Bayen
Drapeau de France France
Direction Christian Raisson
Activité Traitement de données, hébergement et activités connexes
Produits Bricolage Jardinage
Sociétés sœurs Planete Formation

Asset Recovery

Marietta Martin

SIREN 752979930
SIREN 752979930Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web manomano.fr

Chiffre d'affaires 425 millions d'euros (revendiqué) en 2018[2]

comptes non disponibles

ManoMano est la marque commerciale d'une entreprise française du secteur du commerce en ligne spécialisée dans le domaine du bricolage et du jardinage, la société Colibri.

Créée en France en 2012[1] sous la forme d'une place de marché, l'entreprise est présente depuis fin 2016 en France, en Belgique, en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'entreprise est cofondée en [1] par Christian Raisson et Philippe de Chanville, tous les deux diplômés de l’EDHEC Business School[3], sous la dénomination sociale Colibri SAS. Le site internet est lancé en France en sous le nom MonEchelle puis change de nom en pour devenir ManoMano et s'étend en France, en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni puis en Allemagne.

Développement de la société[modifier | modifier le code]

En ManoMano (sous le nom de MonEchelle) effectue une première levée de fonds de 150 000 €[4] afin de financer le lancement de sa place de marché en France.
En la société effectue une deuxième levée de fonds d'un montant de 300 000 € auprès de business angels[4],[5] et met en ligne son site Internet un mois plus tard.
En une troisième levée de fonds de 150 000 € est effectuée auprès des actionnaires historiques.
En la startup réalise une nouvelle levée de fonds de l'ordre de 2 millions d'euros auprès du fonds CM-CIC Capital Privé et de l'un des actionnaires historiques[6]. Ces financements permettent à ManoMano de se lancer sur le marché européen : en la plateforme s'ouvre à l'Espagne, en à l'Italie et en au Royaume-Uni[7].
En MonEchelle change de nom pour devenir ManoMano et lance en le service Supermano, une plateforme de mise en relation entre bricoleurs et particuliers ayant des besoins ponctuels en petits travaux[8].
En ManoMano lève 13 millions d'euros auprès de Partech Ventures, Piton Capital, CM-CIC Capital Privé et du Fonds Ambition Numérique de Bpifrance ce qui lui permet de passer à 70 salariés et d'accélérer son déploiement en Europe. La même année la société intègre le programme Scale-Up de Google[9] qui a pour but d'accompagner les startups dans leur croissance.
En ManoMano ouvre sa plateforme en Allemagne.
En la société compte 150 salariés et 1,2 million de produits référencés.
En , ManoMano lève 60 millions d'euros[10] auprès de General Atlantic[11].
En , ManoMano crée une agence à Bordeaux. Elle compte recruter une cinquantaine de personnes, essentiellement des profils de développeurs et data scientists[12].

La place de marché d'articles de bricolage et jardinage a levé entre décembre et mars un tour de 110 M€, incluant une partie de secondaire. Eurazeo et Idinvest mènent l'opération, accompagnés du fonds Large Venture de Bpifrance, d'Aglaé Ventures et des actionnaires existants General Atlantic, Partech, CM-CIC Capital Privé et Piton.[13]

En , ManoMano intègre le Next40[14].

À la fin de l'année 2019 : ManoMano enregistre un volume d'affaires de 620 millions d'euros et compte 420 salariés et 4 millions de référence produits.

Début 2020, ManoMano lève 125 M€. La place de marché de bricolage et jardinage fait entrer en chef de file le fonds souverain singapourien Temasek et la société d'investissement Kismet Holdings.[15]

Expansion internationale

ManoMano a d'abord commencé son activité en France avant d'étendre son activité dans d'autres pays européens.
ManoMano est actuellement présent dans six pays [réf. nécessaire].

Pays Date d'ouverture
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne [7]
Drapeau de l'Italie Italie [7]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni [7]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Chiffres clefs[modifier | modifier le code]

  • CA Europe 2013 : 1 million d’euros
  • CA Europe 2014 : 15 millions d'euros[16]
  • CA Europe 2015 : 32 millions d'euros[16]
  • CA Europe 2016 : 89 millions d'euros[10]
  • CA Europe 2017 : 250 millions d'euros[17]
  • CA Europe 2018 : 450 millions d'euros[18]
  • CA Europe 2019 : 620 millions d'euros

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Fiche Colibri SAS sur le RCS
  2. https://www.lsa-conso.fr/bricolage-manomano-leve-110-millions-d-euros-et-detaille-toute-sa-strategie,315266
  3. « ManoMano, créé par deux diplômés EDHEC, lève 13 millions d'euros pour un site communautaire dédié au bricolage », sur Edhec.edu, (consulté le 12 janvier 2017)
  4. a et b « La marketplace dédiée au bricolage Monechelle.com lève 300 000 euros », sur Journaldunet.com,
  5. « Monechelle enfonce le clou avec une nouvelle levée de fonds », sur Itespresso.fr,
  6. « Le site monEchelle.fr lève 2 millions d'euros », sur Journaldunet.com,
  7. a b c et d « Qui est ManoMano.fr, cette sorte de "Uber-Amazon" du brico-jardin ? », sur L'UsineDigitale.fr,
  8. « Bricolage collaboratif et jobbing : trouver un bricoleur près de chez soi », sur Francetvinfo.fr,
  9. « "Après la vallée de la mort, seules 50 % des start-up survivent" », sur Challenges.fr,
  10. a et b « ManoMano : l'Amazon français du bricolage qui monte, qui monte… », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2018)
  11. « ManoMano.fr : le superhéros du bricolage », sur Bfmtv.com,
  12. « ManoMano s'installe à Bordeaux et va y créer 50 emplois », sur objectifaquitaine.latribune.fr, (consulté le 25 juin 2019)
  13. « ManoMano engrange un tour à trois chiffres », sur CFNEWS (consulté le 6 octobre 2020)
  14. Jean-Guillaume, « French Tech : qui sont les 40 startups qui composent le Next40 ? », sur Presse-citron, (consulté le 21 septembre 2019)
  15. « ManoMano engrange un tour à trois chiffres », sur CFNEWS (consulté le 6 octobre 2020)
  16. a et b « Manomano, la marketplace du bricolage fait un carton – Entreprendre.fr », sur Entreprendre.fr (consulté le 30 janvier 2018)
  17. JEAN-NOËL CAUSSIL, « ManoMano change de logo », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2018)
  18. « ManoMano lève 110 millions et part à la conquête de l'Europe », sur business.lesechos.fr, (consulté le 13 janvier 2020)