Manlio Cancogni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manlio Cancogni
Naissance
Bologne, Italie
Décès (à 99 ans)
Pietrasanta, Italie
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture italien
Genres

Œuvres principales

La linea del Tomori
Allegri, gioventù
Quella strana felicità
Il genio e il niente

Manlio Cancogni, né le à Bologne et mort le à Pietrasanta[1] en Italie, est un écrivain et journaliste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manlio Cancogni a été journaliste pour le Corriere della Sera, La Stampa, Il Popolo, L'Europeo, Botteghe Oscure et L'Espresso (comme correspondant du journal à Paris)[1]. À ce titre, il écrit, dans ce dernier journal, un article célèbre[2],[3] dénonçant la corruption avec un titre en Une du quotidien resté dans les annales de la presse italienne « Capitale corrotta=nazione infetta » dénonçant les spéculations immobilières d'après-guerre à Rome sous le mandat de l'administration municipale de Salvatore Rebecchini (it)[3].

Écrivain prolifique, Manlio Cancogni a notamment reçu trois (Bagutta, Strega, Viareggio) des quatre principaux prix littéraires italiens – étant toutefois retenu dans la sélection finale du dernier, le prix Campiello en 1971 –, ce qui est un fait particulièrement exceptionnel si ce n'est unique.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Delitto sullo scoglio, éd. Lettere d'oggi, 1942.
  • La carriera di Pimlico, éd. Einaudi, 1956.
  • L'odontotecnico, Einaudi, 1957.
  • Cos'è l'amicizia, éd. Feltrinelli, 1958.
  • Storia dello squadrismo, éd. Longanesi, 1959.
  • Una parigina, éd. Feltrinelli, 1960.
  • Parlami, dimmi qualcosa, éd.Feltrinelli, 1962.
  • La linea del Tomori, éd. Mondadori, 1965 ; rééd. in Signor tenente, éd. Elliot, 2014. (ISBN 978-88-6192-531-1)prix Bagutta 1966
  • La camicia rossa, éd. Vallecchi, 1967.
  • Lo scialle di Maria, éd. Rizzoli, 1967.
  • Azorin e Mirò, éd. Rizzoli, 1968.
  • Il Napoleone del Plata avec Ivan Boris, éd. Rizzoli, 1970.
  • Il ritorno, éd. Rizzoli, 1971 – sélection finale du prix Campiello
  • Gli squadristi, éd. Longanesi, 1972.
  • Allegri, gioventù, éd. Rizzoli, 1973 – prix Strega 1973
  • L'amore lungo, éd. Rizzoli, 1976.
  • Il latte del poeta, éd. Rizzoli, 1977.
  • Perfidi inganni, éd. Rizzoli, 1978.
  • Adua (sous le nom de Giuseppe Tugnoli) avec Franca Cancogni, éd. Rizzoli, 1978.
  • Al sole di settembre (sous le nom de Giuseppe Tugnoli) éd. Rizzoli, 1979.
  • Libro e moschetto. Dialogo sulla cultura italiana durante il fascismo avec Giuliano Manacorda, éd. ERI, 1979.
  • Nostra Signora della Speranza, éd. Rizzoli, 1980.
  • La gioventù, éd. Rizzoli, 1981.
  • Una bambina da Philippeville, éd. Pananti, 1982.
  • Il principe di Gadames, éd. Mursia, 1982.
  • Le leonesse, Editoriale nuova, 1982.
  • La coincidenza, Editoriale nuova, 1984.
  • Quella strana felicità, éd. Rizzoli, 1985 (ISBN 88-17-66170-8)prix Viareggio 1985
  • Dolci spine, éd. Rizzoli, 1986 (ISBN 88-17-66171-6).
  • La ragazza del Pellegrino, éd. Pananti, 1986.
  • La vita nuova, éd. Carpena, 1986.
  • Il genio e il niente, éd. Longanesi, 1987 (ISBN 88-304-0726-7) ; rééd. in Il viaggio di Guido Reni, éd. Elliot, 2013 (ISBN 978-88-6192-383-6)prix Grinzane Cavour 1987
  • Rimorsi, éd. Pananti, 1988.
  • Mario Marcucci. Marine, éd. Pananti, 1989.
  • Quei generosi errori. La Rivoluzione francese, éd. Pananti, 1989.
  • Volo di notte, éd. Pananti, 1989.
  • Se un gallo canta, éd. Erba d'Arno, 1989.
  • L'ultimo ad andarsene, éd. Marietti, Genève, 1990 (ISBN 88-211-6224-9).
  • L'avanguardia a bocca chiusa, éd. Pananti, 1990.
  • La sorpresa, Librairie Scheiwiller, 1991 (ISBN 88-7644-166-2)PEN club, prix Italie 1990
  • La conquista. Sulle tracce di Cristoforo Colombo, éd. Pananti, 1992.
  • Giuseppe Biagi, Edizioni d'arte Pegaso, 1992.
  • Gli angeli neri. Storia degli anarchici italiani, éd. Ponte alle Grazie, 1994. (ISBN 88-7928-186-0).
  • Tobia, éd. Pananti, 1995.
  • Il fascismo. Storia di un regime che occupò un ventennio e travolse l'Italia. Ancora oggi se ne discute, éd. Bulgarini, 1997 (ISBN 88-234-1234-X).
  • Lettere a Manhattan, éd. Fazi, 1997 (ISBN 88-8112-043-7).
  • Caro Tonino, un anno dal diluvio, éd. Galleria Pegaso, 1997.
  • Matelda. Racconto di un amore, éd. Fazi, 1998 (ISBN 88-8112-091-7).
  • Sonetti per la Madonna, avec Ron Banerjee, éd. Maschietto&Musolino, 1999 (ISBN 88-87700-11-7).
  • Il mister, éd. Fazi, 2000 (ISBN 88-8112-135-2).
  • L'impero degli odori, éd. Diabasis, 2001 (ISBN 88-8103-126-4).
  • Gli scervellati. La seconda guerra mondiale nei ricordi di uno di loro, éd. Diabasis, 2003 (ISBN 88-8103-377-1).
  • Sposi a Manhattan, éd. Diabasis, 2005 (ISBN 88-8103-408-5).
  • Caro Tonino, éd. Diabasis, 2006 (ISBN 88-8103-415-8).
  • L'ultimo viaggio di Mussolini, éd. Le Lettere, 2008 (ISBN 88-6087-120-4).
  • La cugina di Londra, éd. Elliot, 2011. (ISBN 978-88-6192-248-8).
  • Toro delle meraviglie, éd. Cairo, 2012 (ISBN 978-88-6052-426-3).
  • Tutto mi è piaciuto. Conversazione sulla libertà, la letteratura e la vita, éd. Elliot, 2013 (ISBN 978-88-6192-323-2).
  • Così parlò Carpendras (recueil d'articles 1967-1968), éd. Elliot, 2013 (ISBN 978-88-6192-324-9).
  • Il racconto più lungo. Storia della mia vita. Conversazioni con Giovanni Capecchi, éd. Interlinea, 2014 (ISBN 978-88-8212-961-3).
  • Dov'era la verità, éd. Elliot, 2015 (ISBN 978-88-6192-866-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) E' morto a Pietrasanta lo scrittore Manlio Cancogni dans La Repubblica du 1er septembre 2015.
  2. (it) E' morto Manlio Cancogni, scrittore e giornalista. Sua la celebre inchiesta 'Capitale corrotta, nazione infetta' dans L'Espresso du 1er septembre 2015.
  3. a et b (it) Capitale corrotta=nazione infetta par Manlio Cancogni dans L'Espresso du 11 décembre 1955, page 3, reparu dans Internazionale du 19 décembre 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]