Mankind Project

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mankind Project
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique organisation non gouvernementale (ONG)
But Mouvement de formation à la « masculinité sacrée », dédiée aux hommes
Fondation
Fondation 1984 (États-Unis)
Fondateur Rich Tosi[1],
Bill Kauth[2]
Ron Hering
Origine Wisconsin (États-Unis)
Identité
Siège Illinois (États-Unis)
Méthode Éducation
Financement Cotisation des membres, dons
Volontaires Plus de 10 000[réf. nécessaire]
Slogan Changer le monde, un homme à la fois
Site web https://mankindproject.org/

Mankind Project (MKP) est un organisme de formation à but non lucratif, dont l'objectif déclaré est de faire renouer les hommes en quête de leur virilité avec leur « masculinité intérieure » par l'entremise de « rites d'initiation au masculin sacré ».

L'association est désignée comme masculiniste[3],[4],[5] et a un pendant féminin, le Woman Within[6],[7],[8].

Origines[modifier | modifier le code]

MKP trouve ses origines dans le mouvement des hommes du début des années 1980, en s’inspirant fortement des travaux de Robert Bly, Robert L. Moore (en), et Douglas Gillette (en). Leur constat est celui du manque de modèles masculins d'une partie d’une génération d'hommes américains, fils de pères partis à la guerre, pour asseoir l'identité masculine des hommes suite aux avancées du féminisme qui a, selon eux, instauré un régime matriarcal[9].

En 1984, Bill Kauth, Ron Hering et l’ancien Marine Rich Tosi créent le New Warrior Network (en français « Réseau du nouveau guerrier »), dont il n’est possible de faire partie qu’en participant à la formation intensive « New Warrior Training Adventure » (en français : « Aventure initiatique du nouveau guerrier »)[9],[10],[11].

Grâce à son expérience dans d’autres groupes d’hommes, Bill Kauth réalise dans les années 1990 que la formation initiale n’est pas suffisant et décide de mettre en place d’autres formations plus longues, dont l’une dure une nuit par semaine pendant 10 à 12 semaines[10]. Cette dernière, initialement appelée « Integration Training » (en français : « formation d’intégration ») est plus tard renommée en « Primary Integration Training » (en français : « formation primaire d’intégration »)[10]. Les hommes ayant suivi cette formation intègrent ensuite des groupes de support mutuel, appelés « I-Groups »[10]. Certains de ces groupes ont été plus tards ouverts aussi aux hommes qui n’ont pas suivi la formation initiale[10].

En 2020, selon l’association, plus de 70 000 hommes dont 3 400 francophones ont participé à leur programme intitulé « Aventure initiatique du nouveau guerrier »[12]. L’association est présente dans 23 pays[13].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2005 un américain texan agé de 29 ans, Michael Scinto[12] se suicide deux jours après avoir participé à l'« Aventure initiatique du nouveau guerrier » en . Ses parents intentent un procès à l'organisation, qu'ils considèrent responsables du suicide de leur fils[14].

Deux jours après son retour de la retraite organisée par le ManKind Project, Scinto se rend à l'hôpital Ben Taub pour chercher de l'aide psychiatrique. Alors sobre, il recommence à prendre des drogues et de l'alcool, et se suicide[14]. Les parties signent un accord en 2008, dont les termes n'ont pas été rendus publics, même si une copie des documents du procès sont mis en ligne par Warren Throckmorton[15], révélant une partie de l'accord conclu qui est alors repris dans la presse[16],[17].

En France, l'association est surveillée par la Miviludes[3]. L'organisation appartient à la sphère des mouvements masculinistes[3],[5].

Un article de 2007 du Houston Press[14] détaille une série de critiques de l'organisation. Le professeur d'anthropologie Norris G. Lang[18] indique que certains des rites d'initiation pratiqués peuvent être traumatiques et même dangereux. L'activiste anti-culte Rick Alan Ross affirme que le ManKind Project semble utiliser des méthodes de contrôle mental, comme la limitation du temps de sommeil et de la nourriture des participants, ou encore l'isolation du monde extérieur, les injonctions au secret et le à l'intimidation[14]. L'organisation répond qu'elle n'a pas les caractéristiques d'un culte tel que communément défini, comme le fait d'avoir un chef charismatique unique ou de séparer les gens du monde extérieur[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « About the Presenters », www.tosi.biz, Tosi and Associates (consulté le 25 avril 2008) : « In 1985, Rich co-founded the ManKind Project... »
  2. (en) Reid Baer, « May interview with Bill Kauth », A Man Overboard, MenStuff: The National Men's Resource, (consulté le 25 avril 2008) : « Bill Kauth is a co-founder of the New Warrior Training Adventure of the ManKind Project... »
  3. a b et c Émilie Ton, « La nébuleuse masculiniste », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le 13 août 2020).
  4. « J’ai appris à devenir un homme dans la forêt », sur www.vice.com (consulté le 13 août 2020).
  5. a et b « Les nouveaux guerriers », sur lequatreheures.com (consulté le 2 février 2020)
  6. Lucas Armati, « Être un homme libéré, c’est pas si facile : les drôles de stages du Mankind Project », sur Télérama, (consulté le 2 mars 2021).
  7. (en) « Woman Within International », sur Woman Within International, (consulté le 2 mars 2021)
  8. Sacrée femme!, « Présentation-Historique », sur sacreefemme.ch (consulté le 2 mars 2021)
  9. a et b Ilyass Malki, « J’ai appris à devenir un homme dans la forêt », sur Vice, (consulté le 2 février 2020)
  10. a b c d et e Edward Read Barton, « Reframing masculinity in a men’s mutual help organization, the Mankind Project: an introduction to the experience reports », International Journal of Self-Help & Self-Care, vol. 8, no 1,‎ , p. 5-9 (lire en ligne)
  11. (en) Christopher K. Burke, Kenneth I. Maton, Eric S. Mankowski et Clinton Anderson, « Healing Men and Community: Predictors of Outcome in a Men’s Initiatory and Support Organization », American Journal of Community Psychology, vol. 45,‎ , p. 186–200 (DOI 10.1007/s10464-009-9283-3, lire en ligne).
  12. a et b « MKP France », (consulté le 2 avril 2020)
  13. (en) « Who We Are », sur ManKind Project, theManKindProject (consulté le 12 avril 2021).
  14. a b c et d Chris Vogel, « Naked Men: The ManKind Project and Michael Scinto. », Houston Press, Village Voice Media,‎ (lire en ligne, consulté le 23 avril 2008)
  15. Certified Document Number 37853765 (20 pages), certification signed by Theresa Chang, District Clerk, Harris County, Texas (June 3, 2008), containing three documents: Defendants' Motion to Enforce Settlement Agreement (May 20, 2008) (pp. 1–4); Settlement Agreement (Exhibit A, April 10, 2008) (pp. 5–9); and Full and Final Release and Settlement Agreement (Exhibit B, undated) (pp. 10–20); Harris County, Texas, District Court, 333rd Judicial District, Cause No. 2007-43994; https://www.wthrockmorton.com/wp-content/uploads/2009/01/nwtascinto.pdf
  16. Chris Vogel, « A New Retreat for the ManKind Project Houston », Houston Press,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2018)
  17. Daniel Villarreal, « Controversial ManKind Project reaches out to gay community », Dallas Voice,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2018)
  18. (en) « Norris G. Lang », sur www.uh.edu (consulté le 29 septembre 2017)
  19. (en-US) « Frequently Asked Questions: Is the ManKind Project (MKP) a Cult? », sur ManKind Project (consulté le 25 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]