Manipulations (téléfilm, 2013)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manipulation.
Manipulations
Réalisation Laurent Herbiet
Scénario Jacques Labib
Philippe Madral
Acteurs principaux
Sociétés de production Breakout Films
AB Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Politique
Durée 96 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Manipulations est un téléfilm français, un thriller réalisé par Laurent Herbiet, diffusé le 3 avril 2013 sur France 2.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une mystérieuse organisation terroriste menace le gouvernement de faire exploser des trains en pleine période électorale. La police enquête.

Résumé[modifier | modifier le code]

 OOjs UI icon alert destructive black-darkred.svg Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (avril 2013). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

La France est en période de cohabitation politique, avec un président de la République et un Premier ministre (Claire Archambault) de bords opposés.

Or on apprend qu'un mystérieux Comité Anti-Mondialisation Universel (« CAMU ») menace d'organiser des attentats sur le réseau ferroviaire d'ici quelques jours, à moins qu'une forte rançon ne soit versée.

Une équipe spéciale est mise en place sous l'autorité du commissaire divisionnaire Paul Simoni, qui notamment demande à son collègue Frank Barrot (Lambert Wilson), commissaire de police aux méthodes contestées, de venir l'aider. Frank est d'ailleurs en pleine crise conjugale, et le père de son épouse vient, selon la version officielle, de se suicider.

L'équipe d'enquête de Simoni est dirigée concrètement par Frank Barrot et Gamal Zemouri, qui reçoivent le renfort de Philippine Maklouf.

Le CAMU avertit les autorités que si une forte somme d'argent n'est pas versée, une bombe explosera prochainement au passage d'un TGV, et les informe qu'une première bombe a été placée à un endroit dont la situation exacte est donnée. Frank Barrot et ses hommes constatent la présence de la bombe à l'endroit indiqué. L'engin explosif résulte d'un travail de spécialiste et pouvait parfaitement exploser : la menace terroriste est donc parfaitement crédible.

Quelques jours après, une bombe explose près d'une voie ferrée : le CAMU explique qu'il s'agissait du second et dernier avertissement.

Tandis que l'enquête a lieu et que la situation de son couple se dégrade, Frank apprend que la même poudre explosive a été découverte chez un receleur récemment. Entendu, le receleur explique qu'il a vendu ce type d'explosif à un dénommé Dragan. Or Frank connaît cet individu, qu'il avait surpris quelques semaines auparavant en train de cambrioler l'appartement de son beau-père.

Il se rend au lieu supposé d'habitation de Dragan et tente de procéder à l'interpellation. Néanmoins Dragan réagit violemment et menace Frank avec son pistolet. Philippine tue Dragan et sauve la vie de Frank.

Sur ces entrefaites, le ministre de l'intérieur, Lécuyer, démissionne.

Par la suite, Frank découvre que le père de son épouse connaissait les lieux exacts de pose des deux premières bombes, ainsi que le lieu de pose d'une troisième bombe ! Se rendant sur les lieux, il découvre l'engin explosif et le désamorce. Puis Frank découvre que Philippine Maklouf était parfaitement connu de Simoni, alors que ce dernier prétendait ne pas la connaître.

Frank découvre alors une parcelle de la terrible vérité : le CAMU n'existe pas, et tout ceci fait partie d'une sinistre manipulation politique destinée à influencer les résultats de la future élection présidentielle. Mais qui a ourdi le complot ? Et comment l'arrêter ?

Frank tentera de faire la lumière sur ce complot et tentera, avec son collègue Gamal Zemouri, de protéger Philippine d'une tentative d'assassinat. Néanmoins les trois policiers seront tués lors d'un guet-apens, et l'enquête sera alors arrêtée.

Le film se termine par l'annonce faite que les trois policiers tués vont recevoir la Légion d'honneur à titre posthume. La personne à l'origine du complot semble donc avoir gagné... sous réserve du fait que Frank, envisageant la possibilité de sa mort, avait pris la précaution de faire avertir les médias (plus précisément le journal Libération) du résultat de son enquête...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Fait réel[modifier | modifier le code]

Le téléfilm s'inspire des agissements du groupe AZF en 2004[1].

Récompense[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lambert Wilson dans Manipulations, sur 20minutes.fr, consulté le 4 avril 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]