Manifestations de décembre 1960

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manifestations de décembre 1960
Informations générales
Date -
Lieu Alger, Département d'Algérie
Issue Répressions sur la population
Belligérants
Flag of Algeria.svg Algérie Flag of France.svg Algérie française
Forces en présence
Manifestants algériens, éléments du FLN. Parachutistes, appelés du contingent, forces de l'ordre, activistes Pieds-Noirs.

Guerre d'Algérie

Batailles

Du 1er novembre 1954 au 19 mars 1962
Toussaint Rouge — Opération Eckhmül — Opération Aloès — Opération Véronique — Opération Violette — Opération Timgad — Bataille d'El Djorf — Opération Massu — Embuscade de Palestro — Bataille d'Alger — Bataille de Bouzegza — Bataille des Frontières — Coup du 13 mai — Opération Résurrection — Opération Couronne — Opération Brumaire — Semaine des barricades — Manifestation de Décembre 1960 — Putsch des généraux — Combat du Fedj Zezoua — Plan Challe — Opération Oiseau bleu
Du 19 mars 1962 au 5 juillet 1962
Bataille de Bab el Oued — Fusillade de la rue d'Isly — Massacre d'Oran

En décembre 1960, des manifestations pour l'indépendance de l'Algérie éclatent dans plusieurs villes algériennes et notamment à Alger et ses quartiers populaires[1], ces manifestations avaient été organisées en signe de soutien au FLN et au GPRA pour l’indépendance de l’Algérie. Après la bataille d'Alger et le démantèlement des cellules du FLN, elle prouve que le sentiment nationaliste reste fort dans la population algérienne et ce dans toutes les catégories sociales. Les manifestations s'étendirent à tous les quartiers populaires : Belcourt, le quartie de Diar el Mahçoul à Salembier (Madania actuellement), El Harrach, Kouba, Birkhadem, Diar el Ada, la Casbah et Climat de France (Oued Koriche)[2].

Ces manifestations prennent vite l'allure d'un soulèvement populaire contre le colonialisme et la population affrontera directement les forces de l'ordre et les parachutistes. Plusieurs parties des quartiers européens comme la rue Michelet (actuellement rue Didouche Mourad) et Bab el Oued seront envahis, la population voulant en découdre avec les colons qui quelques jours plus tôt avaient manifesté pour l'Algérie française[3].

Les manifestations, qui durèrent plus d'une semaine, s'étendirent également à plusieurs villes algériennes Oran, Chlef, Blida, Constantine, Annaba et autres au cours desquelles le peuple portait les mêmes slogans.

Ces manifestations sont survenues avec la venue de De Gaulle et ont été durement réprimées, alors que l’ONU approuve de nouveau l’autodétermination[4]'[5], elles sont un démenti sévère de la politique française, car elle prouve l'adhésion de la population à la lutte pour l'indépendance et son soutien au FLN. Sur le plan militaire et sécuritaire, elle prouve aussi que depuis la bataille d'Alger l'armée française a une maitrise fragile du terrain car elle n'a pu empêcher la descente de la population dans les quartiers européens[6].

Ainsi, pour la cause algérienne, ces manifestations sont une démonstration de force, au moment où l'Assemblée Générale de l'ONU, qui a inscrit la question algérienne à son ordre du jour le 20 juillet, doit en délibérer le 19 décembre 1960[3],[7].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Long métrage
Documentaire

Odonymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs odonyme de villes algériennes rappellent la date du qui marque le début de ces manifestation de grande ampleur :

Article connexe : Onze-Décembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boualem Bourouiba, Les syndicalistes algériens: leur combat de l'éveil à la libération, L'Harmattan, coll. « Histoires et Perspectives Méditerranéennes », , 454 p. (ISBN 2738468802, lire en ligne), p. 27
  2. Du capitaine Lamoricière à la république bananière,Par Mustapha Bougouba, p 60 à 70
  3. a et b « ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur 1novembre54.com (consulté le 10 décembre 2016)
  4. Le Petit Futé Algérie Par Jean-Paul Labourdette,Marie-Hélène Martin p75[1]
  5. Résolution 1573 ( XV ) des Nations Unies Lire en ligne
  6. Mouloud Feraoun, Chroniques et notes sur la Guerre d'Algérie, Décembre 1960
  7. Sur les enjeux de la résolution du 19 décembre 1960, N° 1573 de la XVe session de l'Assemblée Générale des Nations Unies: Maurice Flory, Algérie algérienne et droit international, pp. 976-979, Lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]