Mango (Togo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mango.

Mango ou Sansanné-Mango
Administration
Pays Drapeau du Togo Togo
Région Région des Savanes
Maire
Mandat
BAMOROU Moussa alias 45
2000-
Indicatif téléphonique international +(228)
Fuseau horaire UTC +0
Démographie
Gentilé Anoufo, Anufo ou Anufom
Population 42 397 hab. (Recensement Général de la Population du Togo - 2010; actualisation partielle 2014)
Densité 1 146 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 21′ 26″ nord, 0° 28′ 16″ est
Altitude 208 m
Min. 180 m
Max. 222 m
Superficie 3 700 ha = 37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Togo

Voir la carte administrative du Togo
City locator 14.svg
Mango ou Sansanné-Mango

Géolocalisation sur la carte : Togo

Voir la carte topographique du Togo
City locator 14.svg
Mango ou Sansanné-Mango

Mango ou Sansanné-Mango est une ville du Togo, deuxième plus importante de la région des Savanes.

Mango est le chef-lieu de la préfecture de l'Oti.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants de Mango sont des Anufo (ou Anoufo, Anufom). Ils sont appelés « Tchokossi » par leurs voisins du Togo. La ville compte environ 41 464 habitants en 2007, dont la grande majorité a moins de 20 ans. Les principales ressources proviennent de l'artisanat, du commerce et de l'élevage, mais surtout de l'agriculture (70 %) : culture du coton, du mil, du maïs et de l'igname.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mango est situé à environ 75 km de Dapaong. Elle est drainée par le deuxième plus grand fleuve du Togo, l'Oti, qui alimente la ville et ses environs en eau douce et potable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis-Gustave Binger qui visite la ville en août 1888 écrit à son sujet : « La présence des Traouré, antérieure à la création de Sansanné-Mango prouve que dans ce pays il y avait déjà de nombreuses colonies mandé, et que Sansanné-Mango est au contraire un établissement mandé, relativement récent »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L-G. Binger, Du Niger au golfe de Guinée, vol. 2, Hachette, 1892, p. 40

Bibliographie[modifier | modifier le code]