Mandeville (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandeville.

Mandeville
Mandeville (Eure)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Le Neubourg
Intercommunalité Communauté de communes Roumois Seine
Maire
Mandat
Dominique Medaerts
2014-2020
Code postal 27370
Code commune 27382
Démographie
Gentilé Mandevillais
Population
municipale
327 hab. (2015 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2010)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 22″ nord, 1° 00′ 49″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 162 m
Superficie 3,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Mandeville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Mandeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mandeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mandeville
Mare de Mandeville.
Salle communale de Mandeville.
Entrée du village de Mandeville.

Mandeville est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune proche de la Seine-Maritime située à 31 km au sud de Rouen et à 32 km au nord d'Évreux.

Communes limitrophes de Mandeville[1]
La Harengère La Harengère Saint-Didier-des-Bois
Criquebeuf-la-Campagne Mandeville[1] Vraiville
Criquebeuf-la-Campagne Criquebeuf-la-Campagne Daubeuf-la-Campagne

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le Bas Mont ; le Bois Coquerel ; la Boutière du Moulin ; la Caillette ; le Clos de la Pie ; le Clos Hélène ; la Folie ; les Ferrières du Bois ; le Fossé d'Auvergne, les Fourtis ; le Fresne ; le Gris Vorain ; la Grosse Borne ; le Hautier Gardinet ; le Haut Long pour « Haulon » probablement -lon = londe bois) ; le Haut Mont ; la Maladrerie ; le Moulin à Vent ; le Mouton ; les Noires Terres ; les Petites Entes ; la Pierre ; la Callée Criquebeuf ; le Verdillon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Magna villa au Moyen Âge.

Signification : « la grande ferme, le grand domaine » de -ville domaine rural, village et main(e), grand (encore en français médiéval), issu du gallo-roman MAGNU. La forme normande est normalement man(ne), mais dans certains cas une mutation phonétique secondaire l'a fait évoluer en Mande-.

Homonymie avec les Manneville de Normandie et même élément dans Manéglise et la Manneporte à Étretat.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Mandeville fut érigée vers le Xe siècle, sous le patronage de Notre Dame. Les Troussebot étaient suzerains de Mandeville, qui relevaient de la Troussebotière à Saint-Nicolas-du-Bosc-Asselin.

Vers 1160, Roger Troussebot, donne à Sainte-Barbe-en-Auge le patronage de Mandeville, qui fut longtemps desservi par un des religieux de cette abbaye, auquel on donnait le titre de prieur, curé de Mandeville.

Pendant les XIIe et XIIIe siècles, nous trouvons une famille portant le nom de la paroisse ; nous distinguons Raoul, Étienne, Richard, Robert et Gautier de Mandeville. Le dernier seigneur de ce nom est Pierre de Mandeville, chevalier cité en 1296. Au milieu du XIIIe siècle, l'abbaye du Bec avait une grange à Mandeville. À partir de 1200, Jean de Tournebu est dit seigneur de Mandeville, Tourville et La Londe. En 1357, Pierre de Tournebu, donna au chapitre de Rouen 200 livres à percevoir sur les rentes seigneuriales de sa baronnie du Bec-Thomas, Mandeville était compris pour près du quart de ce montant. Pierre de Tournebu épousa en premières noces, Béatrice de la Roche-Guyon, il convola en secondes noces en 1377, avec Jeanne de Saint-Jean, nièce de Bertrand Du Guesclin. Il mourut en 1393 après avoir vendu le Bec-Thomas. Guillaume Cheron, évêque de Porphire en 1401, avait été précédemment curé de Mandeville.

En 1581, les habitants de Mandeville avaient des droits de coutume dans la forêt de Saint-Didier. N.H. Jacques d'Avoyse était seigneur de Mandeville en 1575, il l'était encore en 1584.

En 1636, le chapitre de Rouen prenait le titre de seigneur de Mandeville, sans doute à cause des biens que lui avait donné Pierre de Tournebu en 1357. En 1607, Romain Langlois était prieur de Mandeville ; Guillaume Fromeret l'avait remplacé en 1622. Le 28 mai 1657, Tanneguy d'Avoyse, seigneur de Mandeville, rendit aveu au comte de Tillières, pour de biens à Guernouille ; il fut maintenu de noblesse en 1666 ses armes étaient « De gueules à 3 gerbes d'avoine d'or ».

Il paraît que dans la dernière moitié du XVIIIe siècle, Mandeville appartenait à la maison de Lorraine. En 1748, les principaux habitants de Mandeville étaient : Jacques Monclerc, Pierre Levez, Louis Duhaze et Robert Digoville.

Source : Grand livre des communes de France

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 M. Jean-Marie Beaucousin    
mars 2008 en cours M. Dominique Medaerts UDI Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 327 habitants[Note 1], en augmentation de 4,81 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
328362373379323323265301303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
303279241215218195176171161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1541181041151049210192114
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
11194112245258235288296317
2015 - - - - - - - -
327--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame et son if classé.
  • Église Notre-Dame.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

  • L'if près de l'église, Logo des sites naturels français Site classé (1924)[6]. Âgé d'environ 800 ans, cet if mesure 6,33 mètres de circonférence[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :