Mandeville (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mandeville
Mandeville (Eure)
La mairie.
Blason de Mandeville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure
Maire
Mandat
Dominique Medaerts
2020-2026
Code postal 27370
Code commune 27382
Démographie
Gentilé Mandevillais
Population
municipale
319 hab. (2019 en diminution de 1,54 % par rapport à 2013)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 22″ nord, 1° 00′ 49″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 162 m
Superficie 3,05 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Louviers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Neubourg
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Mandeville
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Mandeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mandeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mandeville
Mare de Mandeville.
Salle communale de Mandeville.
Entrée du village de Mandeville.

Mandeville est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune proche de la Seine-Maritime située à 31 km au sud de Rouen et à 32 km au nord d'Évreux.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le Bas Mont ; le Bois Coquerel ; la Boutière du Moulin ; la Caillette ; le Clos de la Pie ; le Clos Hélène ; la Folie ; les Ferrières du Bois ; le Fossé d'Auvergne, les Fourtis ; le Fresne ; le Gris Vorain ; la Grosse Borne ; le Hautier Gardinet ; le Haut Long pour « Haulon » probablement -lon = londe bois) ; le Haut Mont ; la Maladrerie ; le Moulin à Vent ; le Mouton ; les Noires Terres ; les Petites Entes ; la Pierre ; la Callée Criquebeuf ; le Verdillon.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 738 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Canappeville », sur la commune de Canappeville, mise en service en 1960[8] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 744 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, dans le département de la Seine-Maritime, mise en service en 1968 et à 23 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,5 °C pour 1981-2010[13], puis à 11 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mandeville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Louviers, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 44 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (88,8 %), zones urbanisées (9,7 %), prairies (1,4 %), forêts (0,1 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Magnavilla en 1193 (charte de Garin, évêque d’Évreux), Magneville juxta la Harangiere en 1253, Mangneville en 1359 (cartulaire du chap. de Rouen), Manganevilla vers 1380 (Bibl. nat.), Mandeville-la-Champagne en 1828 (L. Dubois)[22].

Signification : « la grande ferme, le grand domaine » de -ville domaine rural, village et main(e), grand (encore en français médiéval), issu du gallo-roman MAGNU. La forme normande est normalement man(ne), mais dans certains cas une mutation phonétique secondaire l'a fait évoluer en Mande-.

Homonymie avec les Manneville de Normandie et même élément dans Manéglise et la Manneporte à Étretat.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Mandeville fut érigée vers le Xe siècle, sous le patronage de Notre Dame. Les Troussebot étaient suzerains de Mandeville, qui relevaient de la Troussebotière à Saint-Nicolas-du-Bosc-Asselin.

Vers 1160, Roger Troussebot donne à l'abbaye de Sainte-Barbe-en-Auge le patronage de Mandeville, qui fut longtemps desservi par un de ses prieurs, curé de Mandeville.

Pendant les XIIe et XIIIe siècles, nous trouvons une famille portant le nom de la paroisse ; nous distinguons Raoul, Étienne, Richard, Robert et Gautier de Mandeville. Le dernier seigneur de ce nom est Pierre de Mandeville, chevalier cité en 1296. Au milieu du XIIIe siècle, l'abbaye du Bec avait une grange à Mandeville. À partir de 1200, Jean de Tournebu est dit seigneur de Mandeville, Tourville et La Londe. En 1357, Pierre de Tournebu, donna au chapitre de Rouen 200 livres à percevoir sur les rentes seigneuriales de sa baronnie du Bec-Thomas, Mandeville était compris pour près du quart de ce montant. Pierre de Tournebu épousa en premières noces, Béatrice de la Roche-Guyon, il convola en secondes noces en 1377, avec Jeanne de Saint-Jean, nièce de Bertrand Du Guesclin. Il mourut en 1393 après avoir vendu le Bec-Thomas. Guillaume Cheron, évêque de Porphire en 1401, avait été précédemment curé de Mandeville.

En 1581, les habitants de Mandeville avaient des droits de coutume dans la forêt de Saint-Didier. N.H. Jacques d'Avoyse était seigneur de Mandeville en 1575, il l'était encore en 1584.

En 1636, le chapitre de Rouen prenait le titre de seigneur de Mandeville, sans doute à cause des biens que lui avait donné Pierre de Tournebu en 1357. En 1607, Romain Langlois était prieur de Mandeville ; Guillaume Fromeret l'avait remplacé en 1622. Le , Tanneguy d'Avoyse, seigneur de Mandeville, rendit aveu au comte de Tillières, pour de biens à Guernouille ; il fut maintenu de noblesse en 1666 ses armes étaient « De gueules à 3 gerbes d'avoine d'or ».

Il paraît que dans la dernière moitié du XVIIIe siècle, Mandeville appartenait à la maison de Lorraine. En 1748, les principaux habitants de Mandeville étaient : Jacques Monclerc, Pierre Levez, Louis Duhaze et Robert Digoville.

Source : Grand livre des communes de France

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Jean-Marie Beaucousin    
mars 2008 En cours Dominique Medaerts UDI Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2019, la commune comptait 319 habitants[Note 8], en diminution de 1,54 % par rapport à 2013 (Eure : +0,75 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
328362373379323323265301303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
303279241215218195176171161
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1541181041151049210192114
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
11194112245258235288296317
2017 2019 - - - - - - -
318319-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame et son if classé.
  • Église Notre-Dame.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Mandeville
Blason de Mandeville Blason
D'argent à la bande d'azur chargée de trois épis d'orge d'or posés à plomb, accompagnée en chef de trois pommes de gueules feuillées de sinople, 2 et 1, et en pointe d'un if au naturel.
Détails
Création Denis Joulain. Adopté le 29 juin 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Canappeville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Mandeville et Canappeville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Canappeville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Mandeville et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 132 (lire en ligne sur DicoTopo) [1]
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. « L'if près de l'église de Mandeville », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le ).
  28. « L’if séculaire du cimetière de Mandeville (Eure) », sur Krapo arboricole, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :