Manassès de Hierges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manassès de Hierges
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Père
Enfant

Manassès de Hierges, (né v. 1110 - mort le ) était un seigneur ardennais du XIIe siècle qui partit combattre en Terre sainte, et fut connétable du royaume de Jérusalem de 1144 à 1152. Il était fils d'Héribrand II, seigneur de Hierges et d'Hodierne de Rethel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est cité pour la première fois en 1127 : depuis que Godefroy de Bouillon avait vendu Bouillon à l'évêque de Liège, un litige opposait ce dernier à l'archevêque de Reims à propos d'une partie de la terre de Bouillon qui dépendait de Reims. Ce litige ne fut résolu qu'en 1127, et l'évêque de Liège envoya huit de ses vassaux, dont Manassès, pour rendre l'hommage à l'archevêque de Reims.

Appelé par sa cousine Mélisende de Jérusalem, il devient croisé en 1141 et arrive peu après dans le royaume de Jérusalem. En 1143 meurt le roi Foulques d'Anjou, Mélisende devient régente du royaume et nomme Manessès connétable du royaume.

D'une première épouse, dont le nom reste encore inconnu, il a deux filles. Veuf de cette première épouse, il se remarie en 1151 avec Helvis de Ramla, veuve de Balian d'Ibelin. Helvis était trop âgée pour être à nouveau mère[1], alors que les Lignages d'Outremer lui attribuent deux filles

Le roi Baudouin III de Jérusalem grandissant, un conflit l'oppose à sa mère. Baudouin prend le pouvoir en 1152 et Manassès, allié à Mélisende, doit abandonner ses terres et ses charges et retourner en Europe. Il se marie pour la troisième fois, épousant Alix de Chiny, fille d'Albert Ier, comte de Chiny et d'Agnès de Bar, qui lui donne cinq fils.

En 1176, il tombe gravement malade, et se fait moine à Brogne. Il y meurt le .

Filiation[modifier | modifier le code]

D'une première épouse (nom inconnu) :

Avec Helvis de Ramla :

  • Helvis, mariée à Anceau de Brie en 1167 ;
  • Ysabeau, mariée à Hugues de Mimars en 1180.

Avec Alix de Chiny :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]