Manège militaire de Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

46° 48′ 23″ N 71° 12′ 50″ O / 46.8063, -71.214 ()

Le Manège militaire Voltigeurs de Québec, en septembre 2007.
En juillet 2008, après l'incendie.
Affiche de recrutement du régiment des Voltigeurs lors de la Première Guerre mondiale.

Le Manège militaire Voltigeurs de Québec est un bâtiment militaire de Québec (Québec, Canada) situé au 805 de l'avenue Wilfrid-Laurier est, entre la Grande Allée et les Plaines d'Abraham.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le manège fut construit à partir de 1885 sur des plans de l'architecte Eugène-Étienne Taché afin de servir de domicile à la milice puisque l'armée britannique quittait le pays[1]. Dès 1863, sur ce même site, un premier manège militaire en bois avait été érigé; sa structure sera utilisée jusque dans la décennie 1920[2]. D'inspiration française, l'architecture se rapprochait de celle des châteaux du XIVe et XVe siècle[1]. Le vaste bâtiment de 105 mètres de long est construit de pierres provenant de carrières de Beauport et de Deschambault[2].

Il est inauguré en 1888 par le gouverneur général du Canada Sir Frederick Arthur Stanley[3] et fera l'objet d'un agrandissement en 1913[1].

Son style précurseur de plusieurs autres bâtiments d'importance au Canada a mené à sa reconnaissance comme d'« importance architecturale nationale au Canada » par la Commission des lieux et des monuments historiques du Canada en avril 1987 sous le titre de Lieu historique national du Canada du Manège-Militaire-de-la-Grande-Allée[1],[4]. Il est le seul manège militaire à être ainsi reconnu au Canada[1]. La cérémonie de reconnaissance a lieu en février 1991 en la présence du gouverneur-général du Canada Martial Asselin[2].

Le MMVQ est détruit par les flammes dans la nuit du 4 au 5 avril 2008[5]. Par chance, environ 90 % des objets du musée (documents de la Seconde Guerre mondiale, uniformes, instruments etc.) sont sauvegardés. La façade tient toujours mais le reste est une perte totale, l'intérieur étant principalement fait de bois sec. D'après les dires des politiciens, la reconstruction débuterait dans les meilleurs délais. Miraculeusement, le drapeau au-dessus de la porte n'a pas brûlé. Le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est engagé à le rendre plus attrayant et à le faire reconstruire au plus tôt[6]. Une mise en valeur des ruines du site pour le 400e anniversaire de Québec a été évoqué par différents intervenants dont le maire de Québec[7] Cependant, à une question posée à la Chambre des communes par la députée Christiane Gagnon en mai 2008 au ministre de la défense Peter MacKay quant à savoir si ce serait le cas, le ministre répondit par la négative[7]. Une relocalisation pour une durée indéterminée du régiment des Voltigeurs a par ailleurs été entreprise par le gouvernement fédéral[7]. Ils ont été relogés au 835, boul. Pierre-Bertrand, dans un édifice loué.

Plusieurs scénarios ont été présentés pour l'avenir du Manège militaire[8]. Le budget fédéral déposé en mars 2010 par Jim Flaherty prévoit la reconstruction du manège militaire[9]. Le premier ministre conservateur Stephen Harper a annoncé le 16 novembre 2012 que le manège serait reconstruit; plus de 100 millions de dollars seront investi entre 2012 et 2015 pour les travaux.

Activités[modifier | modifier le code]

Le mémorial de guerre des Voltigeurs devant le Manège militaire.

La première fonction du manège militaire Voltigeurs de Québec est d'abriter le régiment des Voltigeurs de Québec, plus ancien régiment francophone au Canada[1], ainsi que le 35e Régiment du génie de combat. On y trouvait d'ailleurs la plus grande salle d'armes au Canada[5]. Le musée des Voltigeurs, contenant leurs archives et des artefacts de l'histoire militaire canadienne remontant à 1885, y était également situé depuis 1960[2]. Le manège militaire était aussi l'hôte d'un escadron des cadets de l'aviation[5],[10].

Dès 1887, cependant, plusieurs autres activités ont lieu au manège. Des concerts de musique classique sont donnés à cette époque dans la salle de tir[1]. L'Exposition Provinciale, la foire agricole provinciale annuelle, s'est tenue sur les terrains du manège à partir de 1887[1]. L'urbanisation du secteur rend cependant difficile la présentation de cet événement et il est déménagé dans l'actuel quartier Limoilou après 1894[2].

On présente au Manège militaire en 1987 une exposition du Temple de la renommée du hockey dans le cadre de Rendez-Vous '87. Le Festival international de musiques militaires de Québec y tient certains de ses spectacles à partir de 1999[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Dion-Viens, Daphnée, Un édifice unique, journal Le Soleil (Québec), 5 avril 2008. p. 6.
  2. a, b, c, d et e Lacoursière, Jacques et Caron, Pierre, Le manège militaire, le musée des Voltigeurs et le parc George V in Québec et sa région, coll. Histoire vivante du Québec, Les Éditions de l'Homme, Montréal, 2008, pp. 277-279, (ISBN 978-2-7619-2317-0)
  3. Sites historiques militaires de Québec, Festival de musique militaire de Québec, consulté en ligne le 5 avril 2008.
  4. Lieu historique national du Canada du Manège-Militaire-de-la-Grande-Allée, Parcs Canada, consulté en ligne le 5 avril 2008.
  5. a, b et c Boivin, Matthieu, Le feu aux portes du Vieux-Québec, journal Le Soleil (Québec), 5 avril 2008, p. 2
  6. WWW.SPIQ.CA - Incendie du Manège Militaire
  7. a, b et c Normandin, Pierre-André, Les Voltigeurs ne lâchent pas leur QG, journal Le Soleil (Québec), 8 mai 2008, p. 8.
  8. L’avenir du Manège
  9. Radio Canada : Ottawa s'engage à rebâtir le Manège militaire
  10. Notre Musée, Voltigeurs de Québec, consulté en ligne le 5 avril 2008.
  11. Festival de musique militaire de Québec, consulté en ligne le 5 avril 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :