Mammouth de Durfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'« éléphant de Durfort », le spécimen de mammouth méridional le plus complet découvert en France, fut trouvé dans la commune de Durfort en 1869. Il est exposé à Paris, au Muséum national d'histoire naturelle.

Le mammouth de Durfort, aussi connu comme « l'éléphant de Durfort », est un squelette complet de mammouth méridional (Mammuthus meridionalis) découvert à un kilomètre du village de Durfort-et-Saint-Martin-de-Sossenac (département du Gard) en 1869[1]. Il est exposé à la galerie de Paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle, à Paris.

Description[modifier | modifier le code]

Son ancienneté est estimée à 2 millions d'années[2]. Il s'agirait d'un sujet jeune, de 5 mètres de haut, pour 7 mètres de long et 2,50 mètres de large pour 10 tonnes. Il a en outre des défenses de quatre mètres[3].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1869, cette espèce disparue était connue sous le nom d'« éléphant méridional » (Elephas meridionalis), mais plus tard elle est rangée dans le genre Mammuthus.

Le mammouth est découvert lors de travaux de voirie, à l'automne 1869[4]. Une tête est extraite, mais la guerre interrompt les fouilles[4].

En 1872, le propriétaire du champ s'oppose aux fouilles que souhaitent entreprendre Jules Ollier de Marichard et Paul Cazalis de Fondouce. C'est après négociation et paiement d'une indemnité que le propriétaire accepte de laisser fouiller le champ. Pendant trois ans, le champ de fouille (40 par 30 mètres, sur 9 mètres de profondeur) va permettre de découvrir quatre mammouths ainsi que quatre hippopotames, un rhinocéros, cinq bisons et quatre cerfs géants[4]. Seul un squelette de mammouth ne se désagrège pas à l'air[4].

Après l'excavation complète du fossile en 1872[2], son transport vers Paris est envisagé pour l'exposition universelle de 1878. Un transport par bateaux est envisagé mais ne se fait pas ; Paul Gervais craint qu’un autre transport n'abîme le squelette[5].

Il est finalement envoyé à Paris en 1885[4]. Il est d'abord exposé au public dans l'ancienne galerie d'Anatomie que Georges Cuvier avait ouverte au public en 1806 (dont il reste de nos jours le bâtiment dit « bâtiment de la baleine ») et ensuite il fut transporté à la galerie de Paléontologie que le Muséum inaugura en 1898. Il y est exposé depuis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Détails et illustrations du lieu de la découverte », sur geosciencesetarcheologieenpaysdoc.midiblogs.com (consulté le )
  2. a et b Marylène Patou-Mathis, Histoires de mammouth, octobre 2015, Fayard, 392 pages, (ISBN 978-2213681115)
  3. « L’Uzétien Jules Ollier et le mammouth de Durfort », sur Le Républicain d'Uzès du Gard (consulté le 18 juin 2019)
  4. a b c d et e « L’Uzétien Jules Ollier et le mammouth de Durfort », sur Le Républicain d'Uzès du Gard (consulté le 18 juin 2019)
  5. « Paul Gervais et le squelette de l’extraordinaire éléphant de Durfort – Traces Écrites : lettres autographes, manuscrits anciens et archives du moyen-âge à nos jours. » (consulté le 18 juin 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]