Mame Thierno Birahim Mbacké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mame Thierno Birahim Mbacké, né en 1862, de son vrai nom Ibrahima Faty Mbacké, encore appelé Borom Darou, est un disciple et frère cadet de cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme. Il est connu pour avoir été le bras-droit de ce dernier, qui lui avait d'ailleurs confié la communauté mouride durant ses absences, pour emprisonnement ou exil..

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Mame Thierno voit le jour à Porokhane dans le province du Saloum au Sénégal. Il est le fils de Mame Mor Anta Saly Mbacké et de Sokhna Faty Issa Diop de Koki, et le frère du Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du Mouridisme[1].

Il devient le bras-droit de Ahmadou Bamba Mbacké[1],[2], et joue le rôle d'émissaire entre les colonisateurs et son frère, tout en étant son représentant au sein de la communauté mouride durant ses arrestations et ses exils imposés par l'administration coloniale française, notamment de 1895 à 1902[1],[3]. Il fait face, en particulier, au gouverneur du Sénégal, de 1890 à 1895, Henri-Félix de Lamothe, puis aux gouverneurs de l'Afrique-Occidentale française, Jean-Baptiste Chaudié jusqu'en 1900, suivi de Noël Ballay puis Pierre Capest jusqu'en 1902, Ernest Roume jusqu'en 1907, et William Merlaud-Ponty jusqu'en 1915. Mame Thierno est également l'un des plus grands maîtres du mouridisme, et un agriculteur. Il se met en retrait de son frère lorsque celui-ci revient d'exil en 1902. Il le supplée de nouveau, lorsqu'il est arrêté en 1903 et déporté en Mauritanie pendant 4 ans. Il s'efface à son retour, et lorsque les autorités françaises comprennent, à partir des années 1910, et sous l'impulsion de la politique de William Merlaud-Ponty, favorable à une meilleure intégration des musulmans, que ce mouvement soufi ne désire pas le conflit. Durant ces années 1910, Mame Thierno fonde la ville de Darou Mouhty, deuxième capitale du mouridisme au Sénégal[1],[4],[5].

Il meurt en 1943[1], à Darou Mouhty, où son mausolée est toujours visible[6],[7].

Son petit-fils, Modou Kara Mbacké, est le créateur en 2004 d'un parti politique sénégalais, le Parti de la vérité pour le développement[8]. Le mouridisme est la plus importante confrérie confrérie soufie du Sénégal. Cette confrérie a un rôle économique non négligeable, le travail étant au cœur de ses préceptes et ayant valeur de prière, et elle a toujours eu une influence politique significative, de l'époque de la colonisation, où elle a incarné une partie de la culture wolof face aux colons, à aujourd'hui: « Le mouridisme et l’État sénégalais sont comme les deux cornes d'un bœuf : elles ne se rencontrent jamais mais sont inséparables »[9],[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Abdou Seye, Des hommes autour du Serviteur de l'Envoyé - Aperçu biographique de disciples de Cheikh Ahmadou Bamba, Édition 1438 h / 2017

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Ousseynou Cissé, Mame Thierno Birahim, 1862-1943: frère et disciple de Cheikh Ahmadou Bamba, Éditions L'Harmattan,
  2. Cheikh Guèye, Touba: la capitale des mourides, Éditions Karthala, (lire en ligne), p. 61
  3. Oumar Ba, Ahmadou Bamba face aux autorités coloniales (1889-1927), Archives du Sénégal, (lire en ligne), p. 80-83
  4. Cheikh Guèye, Touba: la capitale des mourides, Éditions Karthala, (lire en ligne), p. 121
  5. Ahmadou Khadim Sylla, La doctrine du Cheikh Ahmadou Bamba - Origines et enseignements, Éditions L'Harmattan, , p. 57-58
  6. Alain Juillet, Cheikh Ahmadou, mouridisme, Magal, (lire en ligne), « Cheikh Ibra Faty Mbaccké (Mame Thierno Birahim) »
  7. Cheikh Ndiaye Djolof, Cheikh Modou Awa Balla Mbacké: soldat de l'islam et du mouridisme, vol. 1, Nègre International éditions, (lire en ligne), « Mame Thierno Ibra Faty », p. 27
  8. Momar-Coumba Diop (dir.), Le Sénégal sous Abdoulaye Wade, Éditions Karthala, (lire en ligne), p. 204
  9. Marion Guénard, « Au Sénégal, les réseaux très prospères de la confrérie mouride », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Christophe Châtelot, « Au Sénégal, les confréries au cœur de l'élection », Le Monde,‎ (lire en ligne)