Mama Béa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mama Béa
Nom de naissance Béatrice Tékielski
Naissance (71 ans)
Avignon, France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Chanson française, blues rock, rock progressif
Instruments guitare
Années actives 19711998
Site officiel www.mamabea.fr

Mama Béa, dite aussi Mama Béa Tékielski, de son vrai nom Béatrice Tékielski, née le 23 août 1948 à Avignon, est une auteure-compositrice-interprète française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Béatrice Tékielski naît en août 1948 à Avignon[1], rue Saint Etienne. Sa mère est Mafalda Fiacco, d'origine italienne ; son père Karol Tékielski, violoniste concertiste qui abandonne sa famille lorsque Mama Béa a 2 ans, son frère un an, profitant d'une tournée au Maroc [2].

Sa jeunesse est inspirée par Jacques Brel, Barbara, Colette Magny, Janis Joplin et Léo Ferré dont elle devient une inconditionnelle (elle reprendra douze de ses titres dans l'album Du côté de chez Léo. Comme elle le fera pour De la main gauche de Danielle Messia).

En 1968, Béatrice Tekielski participe au concours La fine fleur de la chanson française de Luc Bérimont, producteur à l’ORTF. Elle arrive en finale à Bobino et termine deuxième. Dix ans plus tard, en 1978, elle fait en vedette son premier Olympia, et obtient la même année le prix Charles Cros pour son quatrième album Pour un bébé robot... [3].

Mama Béa, avec sa voix forte, profonde, rauque et fluide à la fois, et ses textes rebelles et déchirants, marque le rock français de la fin des années 1970. Elle est même la voix d'Édith Piaf dans le film Édith et Marcel de Claude Lelouch. Mais trop rebelle, elle n’obtient pas, ou perd le soutient des médias. De plus, en 1984, son contrat avec RCA est rompu.

Mama Béa revient en 1986 avec La différence, qui comprend un duo avec Little Bob (Roberto Piazza)[1].

En 1991 elle crée son propre label baptisée Mafalda Connection[1], en référence au prénom de sa mère.

En 1994 sort une compilation de 25 titres parus entre 1976 et 1981, et en 1998, Mama Béa sort l’album Indienne, où finalement elle rend hommage à son père dans la chanson Le voyageur[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

45 Tours[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

Mama Béa apparaît dans de la bande dessinée Ballade pour un bébé robot[4] de Cédric Villani et Baudoin, à la planche numérotée 8. Le récit fait référence à elle à de multiples reprises.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Grandfils 2017.
  2. Entretien avec Hélène Hazéra sur France culture - https://www.franceculture.fr/emissions/chanson-boum/mama-bea
  3. Le Monde de la musique, 1999, article de Franck Tenaille.
  4. Cédric Villani et Baudoin, Ballade pour un bébé robot, Gallimard Bande Dessinée, (ISBN 978-2-07-509119-0), planche numérotée 8.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Grandfils, « Mama Béa Tékielski », dans Anthologie du rock français De 1956 à 2017, Camion Blanc, , 1066 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]