Malouinière de la Mettrie-aux-Louëts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Malouinière de la Mettrie-aux-Louëts
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Construction
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
département
région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Ille-et-Vilaine
voir sur la carte d’Ille-et-Vilaine
Red pog.svg

Le malouinière de la Mettrie-aux-Louëts est une malouinière situé à Saint-Coulomb (Ille-et-Vilaine) et datée du premier quart du XVIIIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

La malouinière est construite dans le premier quart du XVIIIe siècle, probablement à la même époque que la chapelle qui date de 1725.

Le domaine de la Mettrie était la propriété de la famille Quentin, famille d'armateurs (Quentin et Banchereau) et négociants (Quentin frères) à Saint-Malo, Tours, Cadix et aux Indes (Pondichéry et Madras)[1],[2],[3]. Vincent Quentin de La Mettrie sera conseiller au Conseil supérieur de Pondichéry en 1741 et épousa la sœur du gendre de Mme Dupleix[4]. Alliée aux Banchereau, Moisant, Le Gobien, Pierrès de La Vieuxville, Leclerc de Bicourt, de Barnewall et de Saint-Paul, la famille Quentin est également propriétaire du château de la Ville-aux-Oiseaux (Saint-Jouan-des-Guérets).

Le logis et l'ensemble du domaine, incluant l'allée menant au logis, sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du [5].

Architecture[modifier | modifier le code]

À l'avant se trouve une grille barrant l'entrée de la malouinière. Cette grille relie la chapelle (datée de 1725[5]) au colombier. Deux sauts-de-loup circulaires protègent l'ensemble[5].

La cour d'honneur est encadrée par des communs présentant une architecture à arcade. Une fausse avenue mène à la façade avant du logis[5].

L'intérieur conserve plusieurs éléments caractéristiques d'une demeure noble[5] : escalier à balustres en bois, lambris strictement dessinés, parquet à large lames, des alcôves.

La façade arrière du logis donne sur une terrasse surélevée puis, après quelques marches, sur le jardin à la française, présentant un bassin, le tapis vert et un miroir d'eau encadré de folies d'angle[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Ozanam. "La colonie française de Cadix au XVIIIe siècle,d'après un document inédit (1777)". In: Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 4, 1968. pp. 259-348.
  2. Arnaud Bartolomei. Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1828). Nouvelle édition. Madrid : Casa de Velázquez, 2017
  3. Michel Zylberberg, '', Une si douce domination: les milieux d'affaires français et l'Espagne vers 1780-1808, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1993
  4. Alfred Martineau, Dupleix et l'Inde française, 1722-1749, Champion, 1923
  5. a b c d e et f Notice no PA00125344, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]