Malizia II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Malizia II

Autres noms Gitana 16 (nom de baptême)
Mono60 Edmond de Rothschild (nom de course en 2015 et 2016)
Yacht Club de Monaco (nom de course depuis 2017)
Classe 60 pieds IMOCA
Gréement sloop
Histoire
Architecte Verdier/VPLP
Chantier naval Multiplast (Vannes)
Lancement
Équipage
Équipage 1, 2 ou 4 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 18,28 m
Maître-bau 5,50 m[1]
Tirant d'eau 4,50 m
Tirant d'air 29 m
Déplacement 7,6 t
Appendice quille basculante, foils, doubles safrans suspendus
Hauteur de mât 29 m[1]
Voilure • 240 à 330 m2 au près
• 460 à 620 m2 au portant[1]
Vitesse 25 nœuds[1]
Carrière
Armateur • 2015-2017 : Ariane et Benjamin de Rothschild
• depuis 2017 : Gerhard Senft
Port d'attache • 2015-2017 : Lorient
• depuis 2017 : Hambourg

Malizia II, anciennement Gitana 16 de son nom de baptême ou Mono60 Edmond de Rothschild de son nom de course, est un 60 pieds IMOCA. Il est dessiné par le cabinet VPLP et Guillaume Verdier. Mis à l'eau le , il est skippé par Sébastien Josse, avec pour objectif de remporter le Vendée Globe 2016-2017.

Gitana 16 fait partie de la génération 2015 des IMOCA, avec Safran II, Banque populaire VIII, StMichel-Virbac, Hugo Boss, et Vento di Sardegna. Ce sont les premiers IMOCA dotés de foils, appendices qui permettent de soulever la coque aux allures portantes afin de réduire la traînée et augmenter la vitesse.

À bord de Gitana 16, Sébastien Josse remporte la Transat Saint-Barth-Port-la-Forêt 2015. En 2016, en troisième position du Vendée Globe, il doit abandonner au sud de l'Australie. Au début de l'année 2017, le 60 pieds est vendu. Il devient Malizia II. Son nouveau skipper est l'Allemand Boris Herrmann.

Le , Greta Thunberg embarque à bord du voilier pour traverser l'Atlantique et se rendre au sommet sur le climat organisé par l’Onu le .

Caractéristiques et développement[modifier | modifier le code]

Comme tous les IMOCA de la génération 2015, Gitana 16 est conçu par les architectes Guillaume Verdier et VPLP[2], en collaboration avec le Gitana Design Team et l'équipe de Jean-Pierre Dick, pour StMichel-Virbac. Construit explicitement pour la victoire dans le Vendée Globe 2016-2017, il est conçu pour être efficace aux allures portantes et tirer un maximum de profit des foils[3]. Ces deux appendices rétractables remplacent les dérives asymétriques dont elles sont une évolution[4]. Au cours des essais, Sébastien Josse constate une perte pouvant aller jusqu'à un nœud aux allures serrées et un gain de deux nœuds au portant[3].

la plage arrière d'un voilier
Le large cockpit de Gitana 16, en septembre 2015.

Alors que la carène de Safran II et Banque populaire VIII sont identiques[5], celle de Gitana 16 est plus étroite et se distingue par une étrave très volumineuse et des lignes très planes, pour augmenter la puissance du voilier[6]. L'objectif est de rendre le bateau performant dans le petit temps et les zones de transitions, afin d'éviter les manœuvres de changement de voile[7].

À la demande de Sébastien Josse à la suite de son expérience sur les VOR70[6], le cockpit est particulièrement plat et dégagé, de manière à pouvoir y stocker les voiles et ainsi abaisser et reculer le centre de gravité[3]. Dans le même esprit, le mât, les outriggers et la structure en général sont reculés de 80 centimètres par rapport aux précédents 60 pieds comme Banque populaire ou Macif. Cela permet de soulever l'étrave et d'être efficace au travers et au largue[7]. Sébastien Josse souhaitant passer un maximum de temps sur le pont, le cockpit est particulièrement protégé et peut se fermer par une paroi verticale en plastique. L'essentiel des manœuvres y reviennent et il est configuré pour que le skipper puisse travailler à la navigation, dormir ou préparer ses repas[7].

Le bateau est mis à l'eau le 7 août 2015, après onze mois de construction au chantier Multiplast de Vannes[6], pour un coût initial de 4 millions d'euros[7].

Historique[modifier | modifier le code]

Gitana 16 - Mono60 Edmond de Rothschild[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

Bateau bleu et blanc amarré à un ponton. Derrière lui, de l'autre côté du ponton, un bateau orangé : PRB.
Gitana 16 à Lorient, en 2015.

Après un mois d'essais et de prise en main du nouveau voilier, Sébastien Josse termine à la sixième place du Défi Azimut 2015, couru en double avec Charles Caudrelier, avec qui il prend ensuite le départ de la Transat Jacques-Vabre 2015. Premier grand test océanique pour les nouveaux « bateaux à moustache », la transat en double part du Havre le . Gitana 16 est le plus rapide dans la sortie de la Manche mais, au sud de l'Irlande, l'attache en titane de l'outrigger bâbord se brise et une pièce du pied de mât est arrachée[8]. Sébastien Josse décide alors, pour raisons de sécurité, d'abandonner[9].

Dès le retour du 60 pieds à Lorient, l'équipe technique de Gitana s'attache à le réparer pour permettre à Sébastien Josse d'être au départ de la Transat Saint Barth-Port la Forêt le 6 décembre. Le but est d'engranger de l'expérience en solitaire dans le grand large avant le Vendée Globe et de valider la qualification pour le tour du monde. Le skipper et le bateau arrivent à Gustavia moins de deux jours avant le départ[10]. Seul « foiler » à courir la transat, Sébastien Josse arrive en vainqueur à Port-la-Forêt, avec près de trois jours d'avance sur son dauphin Fabrice Amedeo[11]. Josse se montre particulièrement satisfait de la tenue du bateau au cours de la transat, malgré les conditions très dures rencontrées par la flotte, dont des vents à près de 60 nœuds à l'approche du cap Finisterre[10].

2016[modifier | modifier le code]

un voilier remontant un chenal
Gitana 16 au départ du Vendée Globe 2016-2017.

À l'issue de cette victoire, le chantier hivernal au cours des premiers mois de 2016 est consacré à la fiabilisation et à l'optimisation. Une nouvelle génération de foil a été conçue avec les architectes, permettant à Gitana 16 d'afficher une vitesse de croisière proche des 25 nœuds[12]. La répartition des ballasts a également été modifiée dans le but d'affiner le réglage de l'assiette du voilier[12]. Engagé sur la Transat anglaise 2016 dans le but de tester en conditions réelles ces modifications, il est contraint à l'abandon dès le troisième jour, en raison de la déchirure de sa grand-voile au large du cap Finisterre[13].

Le 6 novembre 2016, Gitana 16 et Sébastien Josse prennent le départ du Vendée Globe 2016-2017. Aux avant-postes pendant la descente de l'Atlantique, Josse passe le cap de Bonne-Espérance en troisième position, derrière Alex Thomson et Armel Le Cléac'h, dix-huit jours plus tard[14]. Le 5 décembre, entre les îles Kerguelen et le cap Leeuwin, Gitana 16 est victime d'une avarie majeure de son foil bâbord[15]. Contraint à l'abandon, Josse se dirige vers Fremantle, qu'il atteint le . Dans le port australien, le 60 pieds est démâté et déquillé, puis ramené par porte-conteneur en Europe, où il doit être vendu. Cette vente est sans rapport avec la désillusion du Vendée Globe. Il était prévu que le bateau soit vendu après la course, le Gitana Team ayant lancé en 2014 le projet accaparant et coûteux d'un maxi-trimaran[16].

Malizia II - Yacht Club de Monaco[modifier | modifier le code]

2017[modifier | modifier le code]

À son arrivée en France, Gitana 16 est préparé par le Gitana Team pour être remis à son nouveau propriétaire[16]. Celui-ci est un promoteur immobilier de Stuttgart, Gerhard Senft, partenaire du skipper allemand Boris Herrmann. Le bateau a pour sponsor principal le Yacht Club de Monaco[17]. Enregistré à Hambourg[18], il est loué au Team Malizia, fondé en 2016 par Pierre Casiraghi, vice-président du Yacht Club de Monaco, qui navigue avec Herrmann[19]. Le bateau devient Malizia II[20].

Début août 2017, mené par Herrmann et Casiraghi, il dispute la Fastnet Race, sa première course officielle sous son nouveau nom[21]. Il termine 3e de la catégorie Imoca[22]. Fin août, il termine 2e en temps réel de la Palermo-Montecarlo (it)[23]. En novembre, Herrmann dispute la Transat Jacques-Vabre 2017, associé à Thomas Ruyant. Les deux hommes font un excellent début de course. Puis ils sont aux prises avec des avaries, en particulier de voile et d'électronique. Ils peuvent encore prétendre au podium de la catégorie Imoca à l'entrée du Pot au noir. Mais les trois premiers s'extirpent de cette difficulté juste avant qu'elle ne se referme sur Malizia II, qui finit 4e[24].

2018[modifier | modifier le code]

Au quatrième jour de la Route du Rhum 2018, le , Herrmann, 6e des Imoca, se décale sur la route nord, plus courte, mais avec un vent soutenu et une mer forte[25]. Le , plus près de l'orthodromie, Malizia II prend la première place pour une dizaine d'heures[26]. Mais sa trajectoire est bientôt barrée par l'anticyclone des Açores, qui s'étire d'ouest en est, prolongé par une dorsale jusqu'au nord du Maroc[27]. Le , l'anticyclone se rétracte au sud-ouest[28]. Herrmann peut tirer dans le sud, traversant la dorsale sans encombre. Le , il touche le portant et trace au sud-ouest pour recroiser avec la tête de la flottille Imoca. Il n'a finalement gagné qu'une place (il est 5e), mais elle est précieuse : les trois bateaux avec lesquels il faisait route avant son option éprouvent les pires difficultés à sortir de la dorsale[25]. Malizia II a maintenant 447 milles d'avance sur eux[29]. Le , il termine la course à la cinquième place du classement Imoca[30].

2019[modifier | modifier le code]

Dans la Fastnet Race 2019, mené par Boris Herrmann et Will Harris, Malizia II termine 8e de la catégorie Imoca[31].

La jeune écologiste suédoise Greta Thunberg, invitée à l'Onu par le secrétaire général António Guterres, se refuse à prendre l'avion. Le , elle embarque à Plymouth à bord de Malizia II pour traverser l'Atlantique. Elle est accompagnée de son père et d'un caméraman. L'équipage est constitué de Boris Herrmann et de Pierre Casiraghi[32]. Greta Thunberg doit s'accommoder de l'inconfort de Malizia II, qui ne comporte ni lit, ni douche fixe, ni lavabo, ni toilettes, ni installations de cuisson. Des matelas sont toutefois posés sur les bannettes masquées de rideaux pour créer un peu d'intimité durant cette traversée. Dans un souci de cohérence avec le message écologique de la jeune fille, l'électronique du bord n'est plus alimentée par le moteur (scellé au départ), mais seulement par les deux hydrogénérateurs et les panneaux solaires[33]. Le bateau arrive à New York le [34].

Pour le retour, il est confié à Arno Böhnert, Stuart Mclachlan, Sharon Ferris-Choat (en) et Shane Diviney, dans l'objectif de battre le record de traversée de l'Atlantique en équipage. Il s'élance le [35]. Mais une collision avec un objet flottant non identifié met fin à la tentative trois jours plus tard[36].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Gitana 16, barré par Sébastien Josse[modifier | modifier le code]

Malizia II, barré par Boris Herrmann[modifier | modifier le code]

  • 2018 :
    • 7e de la Monaco Globe Series (course Imoca en double[37]), avec Pierre Casiraghi[38]
    • 5e de la catégorie Imoca dans la Route du Rhum[30]
  • 2019 : 8e de la catégorie Imoca dans la Fastnet Race, en double avec Will Harris[31]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « The Yacht », sur borisherrmannracing.com (consulté le 14 août 2019).
  2. « Mise à l'eau de Safran, premier Imoca nouvelle génération », sur francetvinfo.fr, .
  3. a b et c Dominic Bourgeois, « Seb Josse : “Chaque foil fonctionne différemment…“ », Voiles et Voiliers,‎ (lire en ligne).
  4. Guillaume Loisy, « La voile succombe à l’appel du ciel », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  5. Dominic Bourgeois, « Ronan Lucas : « Nous n’avons pas privilégié le près… », 60 pieds IMOCA, sur Voiles et Voiliers, (consulté le 16 février 2015).
  6. a b et c (en) James Boyd, « Gitana 16 launched », sur thedailysail.com, (consulté le 29 septembre 2015).
  7. a b c et d (en) James Boyd, « Latest IMOCA 60 weapon », sur The Daily Sail, (consulté le 4 mai 2016).
  8. Didier Ravon, « Plaies et bosses à tous les étages ! », sur voilesetvoiliers.com, Voiles et Voiliers, (consulté le 2 novembre 2015).
  9. France Info, « Transat Jacques Vabre : déjà deux abandons et un chavirage après un jour de course », sur franceinfo.fr, (consulté le 2 novembre 2015).
  10. a et b « Entretien avec Sébastien Josse », sur Course au Large, (consulté le 11 mars 2016).
  11. Frédéric Vieille, « Saint-Barth - Port-la-Forêt : victoire de Sébastien Josse », sur RTL.fr, (consulté le 11 mars 2016).
  12. a et b (en) James Boyd, « Pierre Tissier and Armand de Jacquelot on Gitana 16's latest mods », sur The Daily Sail, (consulté le 4 mai 2016).
  13. Loïc Le Bras, « Premières avaries… Premiers abandons », sur Voiles et Voiliers, (consulté le 4 mai 2016).
  14. « Voile - Sébastien Josse, 3e solitaire du Vendée Globe 2016 à pulvériser le temps de référence sur l’Atlantique ! », sur www.paris-normandie.fr (consulté le 5 décembre 2016).
  15. « Actualités - Avarie à bord d’Edmond de Rothschild, Sébastien Josse met provisoirement la course entre parenthèses - Vendée Globe 2016-2017 », (consulté le 5 décembre 2016).
  16. a et b « Le Mono60 Edmond de Rothschild en route vers l'Europe », sur gitana-team.com, 21 décembre 2016 (consulté le 14 août 2019).
  17. (en) UPI, « Teen activist to travel to climate events in U.S., Chile — by yacht », sur breitbart.com, 29 juillet 2019 (consulté le 14 août 2019).
  18. (de) Tatjana Pokorny, « Unter deutscher Flagge für das Ocean Race gemeldet », sur yacht.de, 14 juin 2019 (consulté le 16 août 2019).
  19. « Rencontre avec le Team Malizia à quelques jours de la traversée de l’Atlantique avec Greta Thunberg », sur yacht-club-monaco.mc, 13 août 2019 (consulté le 14 août 2019).
  20. Le premier Malizia est un catamaran à foils, un GC32. (en) « Boris Herrmann et Malizia II, sur yachtclass.mc, 2018 (consulté le 14 août 2019 ).
  21. « La Rolex Fastnet Race dans le viseur de Malizia II », sur yacht-club-monaco.mc, 3 août 2017 (consulté le 15 août 2019).
  22. a et b « Pierre Casiraghi et Boris Herrmann, 3es de la Rolex Fastnet Race », sur figaronautisme.meteoconsult.fr, 9 août 2017 (consulté le 15 août 2019).
  23. a et b (en) « 13th Edition Palermo Monte Carlo Race: and the winners in real time are… » sur hellomonaco.com, 26 août 2017 (consulté le 15 août 2019).
  24. a et b « Malizia II, quatrième de la Transat Jacques Vabre en Imoca », sur figaronautisme.meteoconsult.fr, 20 novembre 2017 (consulté le 15 août 2019).
  25. a et b Michel Desjoyeaux, « Alex Thomson sera dur à aller chercher », sur ouest-france.fr, 10 novembre 2018 (consulté le 10 novembre 2018).
  26. « Classement de la Route du Rhum 2018 », sur ouest-france.fr, catégorie Imoca, 9 novembre 2018 à h 45 (consulté le 9 novembre 2018). — « Qui est Boris Herrmann, le surprenant leader de la flotte Imoca ? », sur ouest-france.fr, 9 novembre 2018 (consulté le 9 novembre 2018).
  27. Pascal Scaviner, « Bulletin Meteo Consult », sur routedurhum.com, 9 novembre 2018 (consulté le 9 novembre 2018).
  28. Pascal Scaviner, « Bulletin Meteo Consult », sur routedurhum.com, 10 novembre 2018 (consulté le 10 novembre 2018).
  29. « Classement de la Route du Rhum 2018 », catégorie Imoca, sur ouest-france.fr, déjà cité, 11 novembre 2018 à 23 h 45 (consulté le 12 novembre 2018).
  30. a et b « Boris Hermann 5e chez les Imoca », sur figaronautisme.meteoconsult.fr, 17 novembre 2018 (consulté le 18 novembre 2018).
  31. a et b (en) « 2019 Fleet Tracking - Race Player », sur rolexfastnetrace.com, 2019 (consulté le 15 août 2019).
  32. (en) « Greta Thunberg to sail across the Atlantic on Malizia II to continue climate campaign in the Americas », sur borisherrmannracing.com, 29 juillet 2019 (consulté le 15 août 2019).
  33. Yannick Kethers, « Exclusif. Boris Herrmann explique comment Greta Thunberg vivra à bord de son ""Malizia"" », sur voilesetvoiliers.ouest-france.fr, 13 août 2019 (consulté le 16 août 2019). — Pauline Moullot, « Sur quel bateau Greta Thunberg va-t-elle voyager jusqu'à New York ? Est-il vraiment écolo ? », sur liberation.fr, 31 juillet 2019 (consulté le )
  34. Avec AFP, « Après 15 jours de traversée, Greta Thunberg arrive en star à New York », sur lefigaro.fr, 29 août 2019 (consulté le 19 septembre 2019).
  35. (de) Carsten Kemmling, « "Kleinliche" CO2-Debatte », sur segelreporter.com, 6 septembre 2019 (consulté le 19 septembre 2019).
  36. Marie Dufay, « On a croisé Malizia II (sans Greta Thunberg) en escale forcée à Saint-Pierre-et-Miquelon », sur voilesetvoiliers.ouest-france.fr, 14 septembre 2019 (consulté le 19 septembre 2019).
  37. « Monaco Globe Series 2018 », sur imoca.org/fr (consulté le 15 août 2019).
  38. « Victoire de SMA devant Monin : l’expérience a parlé », sur yacht-club-monaco.mc, 7 juin 2018 (consulté le 15 août 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]