Malick Sidibé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Malick Sidibé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(80 ans)
Bamako (Mali)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaine
Représenté par
Jack Shainman Gallery (d), Afronova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix international de la Fondation Hasselblad ()
Prix PHotoEspaña (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Malick Sidibé, né en 1936 à Soloba, cercle de Yanfolila (Mali) et mort le à Bamako (Mali)[1], est un photographe portraitiste malien.

C'est, avec Omar Diop, Samuel Fosso et Seydou Keita, un des représentants importants de la photographie africaine contemporaine.

Il a été surnommé « l'œil de Bamako »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

La collection d'appareils photographiques de Malick Sidibé dans son studio de Bamako.
Les boîtes dans lesquelles Malick Sidibé rangeait et classait l'ensemble de ses négatifs.

Malick Sidibé est né à Soloba dans une famille peule[3] de paysans ; il fut d'abord berger, bouvier et cultivateur[4]. Il fait des études de dessin et de bijoutier à l’école des artisans soudanais (devenu Institut national des arts de Bamako) à Bamako.

En 1955, il entre au studio « Photo service » de Gérard Guillat-Guignard avec qui il apprend la photographie.

Il ouvre son premier studio à Bamako en 1958[4], puis s’installe en 1962 dans le quartier populaire de Bagadadji, où il va rester jusqu'à sa mort. Il se spécialise d’abord dans la photographie de mariage et de reportage, notamment dans les soirées dansantes de la capitale malienne.

« Dans l’ambiance joyeuse du pays qui vient tout juste d’accéder à l’indépendance, Malick Sidibé, jeune photographe, circule à bicyclette de mariages en surprises-parties. C’est le temps des yéyés, du twist, des 45 tours et ses images respirent l’insouciance. »[5]

Dans les années 1970, il se tourne davantage vers les portraits pleins de malice réalisés en studio[6].

« Les photographies de Malick Sidibé sont très populaires parce qu’elles évoquent la nostalgie d’un pays sortant du colonialisme, plein d’espoir. Mais aussi parce qu’elles dépassent cette dimension historique, pour devenir des moments de poésie pure. »[5]

Les premières Rencontres africaines de la photographie à Bamako en 1994 permettent à Malick Sidibé d’accroître sa réputation. Il expose alors dans des galeries en Europe (comme la Fondation Cartier à Paris), aux États-Unis et au Japon[7].

Mais « C’est un homme d’honneur, un sage qui a su rester simple. Son succès ne l’a pas grisé. Il continue à développer lui-même les pellicules, à prendre des photos d’identité et à donner une seconde vie aux appareils fatigués, à les réparer. Il les collectionne, les bichonne. »[8]

Il meurt le à Bamako[3] des suites d'un cancer[4].

Un an après son décès, la Fondation Cartier pour l'art contemporain lui rend hommage à travers «Mali Twist», une exposition rétrospective de ses plus belles photographies organisée à la fondation à Paris du au [9],[10].

Expositions[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2003, Malick Sidibé reçoit le prix international de la Fondation Hasselblad. Il est le premier Africain à recevoir ce prix[4].

Le , il reçoit un Lion d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière à l'occasion de la 52e Biennale d'art contemporain de Venise[12].

Le , il remporte le prix PhotoEspaña Baume & Mercier 2009 pour son travail de portraitiste[13] et, la même année, le World Press Photo dans la catégorie Arts and Entertainment.

Les Rencontres d'Arles de 2016 le mettent à l'honneur dans « Swinging Bamako », exposition de la séquence « Africa Pop »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Disparition du photographe malien Malick Sidibé par Le Quotidien de l'Art », sur LE QUOTIDIEN DE L'ART (consulté le 14 avril 2016)
  2. Olivier Rogez, « Le photographe malien Malick Sidibé, "l’œil de Bamako", est mort » sur RFI, 15 avril 2016.
  3. a et b « Le portraitiste Malick Sidibé tire sa révérence », sur humanite.fr, (consulté le 17 avril 2016).
  4. a b c d et e Valérie Duponchelle, « Disparition - Malick Sidibé, père de la photographie africaine », Le Figaro, samedi 16 / dimanche 17 avril 2016, page 14.
  5. a et b Musée Nicéphore Niépce, présentation de l’exposition « Les nuits de Bamako », du 20 juin au 27 septembre 2009, en ligne
  6. « Biographie de Malick Sidibé », sur Africultures.com (consulté le 12 novembre 2011)
  7. Voir aussi Mounira Khemir, « De una Punta a otra de Africa. Impresionas fotograficas » in Retrats de l'Anima, Catalogue d'exposition. Barcelone (La Caixa), 1997
  8. Séverine Kodjo-Grandvaux, « Malick Sidibé, une vie à observer les autres », in Jeune Afrique, 11 juin 2007, en ligne
  9. « Malick Sidibé à la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain cet hiver • Little Africa Paris », Little Africa Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018)
  10. (en) « Malick Sidibé, Mali Twist », Fondation Cartier pour l'art contemporain,‎ (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2018)
  11. Musée d'art moderne de la ville de Paris, Premier comité pour la photographie, présentation de l'exposition, 2014
  12. L'Œil, septembre 2007, p. 34.
  13. Mali: le portraitiste Malick Sidibé remporte le prix PHotoEspaña 2009, Afp, 23 juin 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Delarge (lire en ligne)
  • Malick Sidibé : Bamako 1962-1976 [exposition, Paris, -], Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, 1995, 16 p. (ISBN 2-86925-052-5) (catalogue d'exposition)
  • André Magnin, Malick Sidibé, Scalo, Zurich, New York, 1998, 183 p. (ISBN 3-908247-00-4)
  • Malick Sidibé [exposition, -, Cotonou], Fondation Zinsou, Cotonou ; diff. Belles lettres, Le Kremlin-Bicêtre, 2008, 191 p. (ISBN 978-90-5779-1048) (trois expositions fixes à Cotonou (à la Fondation Zinsou, sur la place Lénine et sur l'esplanade du stade de l'Amitié), et cinq expositions itinérantes à Cotonou également)
  • (en)(fr)(it) Laura Incardona et Laura Serani (dir.), Malick Sidibé : la vie en rose [exposition, Reggio Emilia, Collezione Maramotti, - ], Silvana Editoriale, Milano, 2010, 157 p. (ISBN 978-88-366-1716-6) (catalogue d'exposition)
  • (en)(fr)(it) Laura Incardona, Laura Serani et Sabrina Zannier (dir.), Malick Sidibé : il ritratto del Mali, Skira, Milano, 2011, 183 p. (ISBN 978-88-572-1309-5)
  • Laura Sérani (intr.), Malick Sidibé, Actes Sud, Arles, 2013, 144 p. (ISBN 978-2-330-01229-8)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Malick Sidibé, le partage, film de Paul Glaser, P.O.M. Films, Montreuil, Paris ; ADAV distrib., 2013, 52 min (DVD + brochure, 31 p.)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :