Malgré-elles (téléfilm)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malgré-elles
Réalisation Denis Malleval
Scénario Nina Barbier, Barbara Grinberg et Séverine Jacquet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 90 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Malgré-elles est un téléfilm fiction[1] de Denis Malleval avec Flore Bonaventura et Macha Méril, diffusé le sur France 3.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux jeunes Alsaciennes, Alice et Lisette, sont incorporées de force pour fabriquer des obus dans une usine allemande. Soupçonnées de sabotage, elles sont déportées dans un établissement de Lebensborn. Elles y servent d'aide ménagère. Aryenne, Lisette est violée par un SS allemand dans le cadre d'un programme nataliste. Alice échappe à ce traitement car elle est brune et ne correspond pas aux critères racistes de sélection. Lisette enceinte et Alice réussissent à s'enfuir. Lisette accouche d'une fille dans un couvent et se suicide. Alice adopte l'enfant et se marie avec un officier allemand bienveillant. La scène finale montre Alice et son mari âgés racontant l'histoire à leur petite-fille (née de leur fille adoptive), enceinte de leur arrière-petit-fils.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

  • Réalisation : Denis Malleval
  • Format : 90’
  • Production : Italique productions
  • Directeurs de production : Bertrand de la Fontaine / Laurent Rigaut
  • Premier assistant réalisateur : Patrick Tixidre
  • Régisseur général : Emmanuel Agostini
  • Repéreur : Gontran Froehly
  • Chef opérateur : William Watterlot
  • Chef opérateur son : Daniel Banaszak
  • Chef décorateur : Pascal Deprée
  • Diffusion : 9 octobre 2012 sur France 3
  • Avec la participation de France 3 et du CNC
  • Avec la participation de la Communauté urbaine de Strasbourg, le soutien de la Région Alsace et le soutien de la Région Lorraine, en partenariat avec le CNC
  • Avec le soutien la Procirep - société des Producteurs - et de l’Angoa

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Ce téléfilm a été tourné en Alsace à Obernai,Kientzheim, Turckheim, Sigolsheim, Bœrsch, au château d’Osthoffen et au camp militaire de Bitche du 27 septembre au 27 octobre 2011.

Divers[modifier | modifier le code]

Ce téléfilm a été présenté hors compétition dans le cadre du 14e Festival de la fiction TV de La Rochelle 2012.

Audience[modifier | modifier le code]

4 millions de téléspectateurs soit 14,9 % de part d’audience lors de la première diffusion du 9 octobre 2012[2].

Polémique autour du téléfilm[modifier | modifier le code]

Le 9 octobre 2012, la chaîne de télévision France 3 diffuse en première partie de soirée un téléfilm de fiction réalisé par Denis Malleval intitulé Les Malgré-elles qui associe deux thèmes qui n’ont aucun rapport : l’incorporation de force et les Lebensborn.

La documentariste Nina Barbier à l’origine du documentaire de 2009 explique que « Pour des raisons d’évolution dramatique du récit, Alice et Lisette atterrissent là. C’est cohérent dans le film, mais contraire à la vérité historique. Je me suis battue contre la production et la chaîne, qui tenaient absolument à mélanger les deux faits. Les pouponnières de SS-Kinder n’ont rien à voir avec l’Alsace : elles ont été créées en Allemagne pour des Allemandes ! ».

Hélène Delale, la productrice qui a proposé le sujet à France 3, reconnaît : « L’argument de départ était de raconter la vie de ces très jeunes Alsaciennes, enrôlées dans l’effort de guerre allemand. Mais il y a malheureusement eu ce rapprochement parce que France Télévisions trouvait que le sujet des « malgré-elles » ressemblait trop à un récit de STO, et manquait de dramatisation et de rebondissements pour un téléfilm de 90 minutes. On a donc eu l’idée de mélanger deux histoires qui, historiquement, n’ont effectivement rien à voir »[3].

Les mentions additionnelles au générique de fin indiquent par ailleurs que ce téléfilm est une « pure fiction » et sans rapport avec un évènement réel[1].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mention indiquée au générique de fin du téléfilm : « Cette histoire est une pure fiction. Toute ressemblance avec un évènement réel, un personnage, un groupe ou une entreprise passés ou présents, serait fortuite et involontaire ».
  2. AlloCiné, audiences du mardi 9 octobre 2012.
  3. Hélène Rochette, « “Malgré-elles”, du drame au mélodrame », sur telerama.fr, (consulté le 9 octobre 2012)