Malemort-sur-Corrèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malemort (homonymie).
Malemort-sur-Corrèze
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Malemort-sur-Corrèze
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Canton Malemort-sur-Corrèze
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin de Brive
Commune Malemort
Maire délégué Jean-Paul Avril
2016-2020
Code postal 19360
Code commune 19P01
Démographie
Gentilé Malemortois
Population 7 522 hab. (2013)
Densité 456 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 18″ nord, 1° 33′ 53″ est
Altitude Min. 107 m
Max. 320 m
Superficie 16,51 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Malemort
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Limousin

Voir sur la carte administrative du Limousin
City locator 15.svg
Malemort-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 15.svg
Malemort-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Malemort-sur-Corrèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Malemort-sur-Corrèze

Malemort-sur-Corrèze est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine, devenue le 1er janvier 2016 une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Malemort. C'est la quatrième ville du département en termes de population, après Brive-la-Gaillarde, Tulle et Ussel.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, limitrophe de Brive-la-Gaillarde, est traversée par la Corrèze qui y reçoit deux de ses affluents, la Loyre en rive gauche et la Couze en rive droite.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Malemort-sur-Corrèze est limitrophe de sept autres communes.

Communes limitrophes de Malemort-sur-Corrèze
Ussac Sainte-Féréole Venarsal
Brive-la-Gaillarde Malemort-sur-Corrèze Saint-Hilaire-Peyroux
Cosnac Dampniat

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 21 avril 1177, les mercenaires que Richard Cœur de Lion venait de licencier sont massacrés par les habitants de Malemort[1].

En 1180, le château de Malemort est pris par les Brabançons commandés par Mercadier.

Seigneurs de Malemort[modifier | modifier le code]

  • Jaubert de Malemort fut seigneur de Cornil.
  • Eymery de Palisse fut seigneur de Malemort de 1340 à 1398.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 2008 Robert Penalva PS Conseiller général du canton de Malemort-sur-Corrèze (1998-2015)
2008 avril 2014 Jean-Jacques Pouyadoux PS  
avril 2014 décembre 2015 Frédérique Meunier UDI Conseillère départementale du canton de Malemort-sur-Corrèze (depuis 2015)
Avocate

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Jean-Paul Avril UDI  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 7 522 habitants, en augmentation de 2,83 % par rapport à 2008 (Corrèze : -0,83 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
756 928 902 1 029 1 068 1 179 1 157 1 248 1 248
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 225 1 201 1 270 1 228 1 175 1 155 1 212 1 201 1 166
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 195 1 190 1 217 1 099 1 117 1 099 1 120 1 255 1 518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
2 354 3 062 4 706 6 020 6 484 6 535 7 019 7 456 7 522
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Selon le site Internet de la mairie, Malemort compte plus de 370 entreprises et 3 100 emplois.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Malemort-sur-Corrèze

« Fascé d'argent et de gueules de six pièces, les fasces d'argent chargées de neuf quintefeuilles de gueules posées 4, 3 et 2 »

Sports[modifier | modifier le code]

Rugby à XV

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Aline de Mascureau, Chronologie, primitivement publiée dans Aliénor d'Aquitaine. Revue 303, hors-série no 81, p. 218-223, Nantes 2004, in Edmond-René Labande, Pour une image véridique d’Aliénor d’Aquitaine, réédité avec une préface de Martin Aurell par la Société des antiquaires de l'Ouest-Geste éditions en 2005. (ISBN 2-84561-224-9), p. 138
  2. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  7. « Église Saint-Sanctin ou Saint-Xantin », notice no PA00099796, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.
  8. « Bâtiments de l'ancien prieuré Saint-Xantin », notice no PA00125506, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.
  9. « Croix de chemin du 16e siècle », notice no PA00099795, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.
  10. « Ancien castrum de Malemort dit " domaine de Montemart " », notice no PA19000022, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.
  11. « Château de Breniges », notice no PA00099794, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.
  12. « Château de Puymaret », notice no PA19000008, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 28 juin 2015.