Maladie métabolique génétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maladie métabolique génétique

Spécialité Génétique médicaleVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 E70-E90
CIM-9 270 et 279Voir et modifier les données sur Wikidata
MedlinePlus 002438
eMedicine 804757Voir et modifier les données sur Wikidata
MeSH D008661

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les maladies métaboliques génétiques (ou congénitales), aussi appelées maladies héréditaires du métabolisme, englobent une large classe de maladies génétiques impliquant des troubles du métabolisme. La plupart d'entre elles sont dues à des défauts d'un simple gène portant le code d'une enzyme qui catalyse la conversion de diverses substances (substrats) en d'autres (produits). Dans le cas de la plupart de ces troubles, des problèmes se manifestent à cause de l'accumulation de substances toxiques ou de substances interférant avec une fonction normale, ou à cause des effets de la capacité réduite de synthétiser des composés essentiels.

C'est un médecin britannique, Archibald Garrod (1857-1936), qui inventa le terme "inborn errors of metabolism" (= "erreurs innées du métabolisme") au début du XXe siècle. On lui doit l'hypothèse de "un gène, une enzyme", qu'il formula d'après ses études sur la nature et la transmission de l'alcaptonurie. Son texte-clé, Inborn Errors of Metabolism fut publié en 1923.

Principales catégories de maladies congénitales du métabolismes[1][modifier | modifier le code]

Les maladies par intoxication[modifier | modifier le code]

Les maladies par déficit énergétique[modifier | modifier le code]

Déficit cytoplasmique[modifier | modifier le code]

Déficit mitochondrial[modifier | modifier le code]

Les maladies des molécules complexes[modifier | modifier le code]

Manifestations et présentations[modifier | modifier le code]

Techniques de diagnostic[modifier | modifier le code]

Dépistage néonatal[modifier | modifier le code]

En France, parmi les cinq maladies à dépistage néonatal systématique par prélèvement sanguin, la phénylcétonurie et l'hyperplasie congénitale des surrénales sont des maladies métaboliques génétiques [2]. En 2011, la HAS émet une recommandation[3] pour l'extension du dépistage néonatal au déficit en acyl-coenzyme A déshydrogénase des acides gras à chaîne moyenne (MCAD).

Gestion de la maladie[modifier | modifier le code]

  • Restrictions diététiques (régime)
  • Suppléments ou remplacements diététiques
  • Vitamines
  • Métabolites intermédiaires, produits ou médicaments facilitant ou retardants des vois métaboliques spécifiques
  • Dialyse
  • Enzyme replacement
  • Transfert génétique
  • Transplantation de moelle osseuse ou d'organes
  • Traitement des symptômes et des complications
  • Diagnostic prénatal pour éviter les grossesses à risque ou l'avortement du fœtus atteint

En France, la prise en charge des patients atteints de maladies métaboliques génétiques peut être coordonnée par la filière maladie rare Groupement des Maladies héréditaires du Métabolisme (G2M)[4]. Cette filière regroupe des Centres de Références Maladies Rares (CRMR) et des Centres de Compétences habilités à effectuer un suivi du patient.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Maladies Héréditaires du Métabolisme », sur Filière G2M groupement des maladies héréditaires du métabolisme (consulté le 29 décembre 2017)
  2. Santé publique France - InVS, « Dépistage néonatal / Périnatalité / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil », sur invs.santepubliquefrance.fr (consulté le 29 décembre 2017)
  3. « Haute Autorité de Santé - Evaluation de l’extension du dépistage néonatal à une ou plusieurs erreurs innées du métabolisme par spectrométrie de masse en tandem. 1er volet: déficit en MCAD », sur www.has-sante.fr (consulté le 29 décembre 2017)
  4. « Les filières de santé maladies rares | Fondation maladies rares », sur fondation-maladiesrares.org (consulté le 29 décembre 2017)