Maladie de König

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Maladie de König

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Large lésion en volet de la tête du fémur, typique de la maladie de König à un stade avancé. Dans ce cas, la lésion a été causée par nécrose aseptique de l'os sous-chondral..

CIM-10 M93.2
CIM-9 732.7
OMIM 165800
DiseasesDB 9320
eMedicine radio/495  sports/57 orthoped/639
MeSH D010008
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie de König, ou ostéochondrite disséquante (OCD), est une altération pouvant conduire à une nécrose d'une zone de cartilage articulaire et de l'os sous-jacent[1],[2].

C'est un trouble articulaire dans lequel se forment des fissures dans le cartilage et dans l'os sous-condral. L'OCD est causée par une dépravation de sang dans l'os sous-chondral. Cet arrêt de perfusion entraine la mort du cartilage par un processus appelé nécrose avasculaire.


Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La maladie touche des personnes sportives d'environ 13 ans d'âge moyen et préférentiellement au niveau du genou (bilatérale dans 25 % des cas).

Classification anatomo-radiologique[modifier | modifier le code]

  • Stade 1 : lacune
    • 1a : niche bien limitée, dense
    • 1b: image intra-lacunaire dense
  • Stade 2 : nodule

Nodule dense, cartilage fermé

  • Stade 3 : séquestre en grelot

Cartilage ouvert

  • Stade 4 : corps étranger articulaire

Signes fonctionnels[modifier | modifier le code]

  • Douleur 80 % : mécanique, imprécise, profonde, absente au repos
  • Boiterie
  • Pseudo blocage ou vrai blocage si séquestre

Examen physique[modifier | modifier le code]

  • Hydarthrose (stade 3 et 4 car le cartilage est ouvert)
  • Limitation des amplitudes articulaires en flexion et extension
  • Signe de Axhausen : douleur lors de la pression de bas en haut sur le genou à 90°
  • Signe de Wilson : douleur lors du passage de la flexion à l'extension en rotation interne

Examens paracliniques[modifier | modifier le code]

  • Radiographies standards : face, profil, défilé fémoro-patellaire à 30°
  • Arthrotomodensitométrie
  • IRM

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

  • Poly-ostéochondrose des condyles fémoraux
  • Fracture ostéochondrale

Traitements conservateurs[modifier | modifier le code]

Jusqu'au stade 3

  • Repos sportif
  • Immobilisation (2 à 6 mois)
  • Décharge pendant la période douloureuse

Traitement chirurgical[modifier | modifier le code]

Stade 4, échec traitement conservateur, stade 2 après 15 ans

  • Forage (ou « perforation ») du fragment[3]
  • Fixation du fragment et greffe spongieuse
  • Ablation du séquestre
  • Greffes de cartilage

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. Bedouelle 1988
  2. Le Quotidien du Médecin (Rédaction), « Une pathologie de l'adolescent sportif : l'ostéochondrite disséquante du genou », Le Quotidien du Médecin, no 7837,‎ , p. 4 (ISSN 1763-4954, OCLC 474358871, lire en ligne [PDF])
  3. G. Versier et F. Dubrana, « Traitement des pertes de substances cartilagineuses du genou en 2010 », Revue de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, vol. 97, no 8, Supplément,‎ , S368-S382 (ISSN 1877-0517, DOI 10.1016/j.rcot.2011.09.085, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]